La ligne Principale JR Chûô   中央線

Date de publication :

Un train de la série JR E233 arrivant en gare de Tokyo

Train spécial JR série 215 'Holiday Rapide Yamanashi' les week-ends sur la ligne Chûô, entre Takao et Ôtsuki.

Trains en gare de JR Shiojiri, lieu de connexion des lignes Chûô et Shinonoi

La ligne JR Chûô dans les montagnes des Alpes japonaises à la hauteur de Narai Juku

Arrêt en gare de JR Nagiso sous la neige, sur la ligne Chûô

Nouveau train JR de la série E353 en service à partir de décembre 2017 sur le ligne Chûô

Légende ferroviaire

La ligne ferroviaire principale de la Chûô est exploitée depuis la fin du XIXe siècle au Japon. Elle part de la gare de Shinjuku et allait jusqu’à Tachikawa lors de son ouverture, puis jusqu’à Nagoya dès 1911 en passant par Shiojiri, ainsi que les Alpes japonaises. Aujourd’hui, c’est l’une des lignes légendaires du réseau JR, ayant un traffic très important vers Tokyo.

Eloge de la lenteur


La longueur de la ligne principale JR Chûô est de presque 400 kilomètres - 396,9km pour être précis - et va de Tokyo jusqu’à Nagoya. La ligne comprend 112 gares tout du long, partagées entre la JR East et la JR Tôkai. Même si aujourd’hui pour faire Tokyo-Nagoya, il est préférable de monter à bord d’un Shinkansen (1h38 seulement par la ligne Tôkaidô Shinkansen !), alors que plusieurs très longues heures vous seront nécessaires par la ligne Chûô, via les Alpes japonaises. Bien entendu le plaisir d’admirer les paysages sera très différent.

Cette route qui part vers l’est suit le Kôshû Kaido puis Nakasend�� (ou Kisoji), c’est à dire deux des cinq routes de l’époque d’Edo (1603-1868), qui sont respectivement : Tôkaidô, Nakasendô, Nikkô Kaidô, Ôshû Kaidô et Kôshû Kaidô.

Quitter la ville pour la campagne


En prenant comme point de départ la gare centrale de Tokyo, sur le quai le plus élevé, vous vous élancez. Vous passez par la gare de Shinjuku, où de nombreux trains grandes lignes prennent le départ, notamment les Kaiji, Azusa et Super Azusa à destination de Matsumoto. Le plus gros du traffic a lieu sur la première partie de la ligne entre Tokyo et Takao, avec 14 trains par heure, et jusqu’à 29 trains par heure durant le rush du matin. Les trains de banlieue JR de la série E233 à la bande orange règne en maître. Les voies en hauteur permettent déjà d’avoir quelques points de vue intéressants sur la ville, que l’on quitte peu à peu.

Lire : Le mont Takao

Tout change après Takao : les paysages urbains laissent place aux petites maisons de campagnes, aux vallées encaissées, aux montagnes de plus en plus hautes ; vous passez par Ôtsuki, puis Kôfu. Vous voilà entré(e) dans le département de Yamanashi ! Le week-end des trains spéciaux vous emmènent vers ces destinations de montagnes, pour une virée à la journée depuis Tokyo. À Ôtsuki, vous pouvez prendre la ligne privée Fujikyûkô, qui vous amène au plus près du mont Fuji pour en admirer toute la magnificence.

Vous apercevrez le mont Yatsugatake puis des Alpes du sud japonaises. Vers la gare de Kôfu, les vergers de pêchers vous raviront lors de leur floraison printanière toute rose. Puis viennent les vignes, vers Yamanashi, avant que le mont Fuji ne se dévoile un instant.

La ligne Chûô à Tokyo

La ligne Chûô à Tokyo

Le toit de la Chûô


Entrez dans le département de Nagano, où les forêts de troncs blancs de bouleau défilent sous vos yeux. En hiver les paysages enneigés font ton sur ton. La voie unique de la ligne Chûô vous fait prendre de la hauteur, à 900 mètres d’altitude ; rafraichissant en été, très vivifiant en hiver. Vous avancez à petit rythme au bord du lac Suwa, appelé la "Suisse du Japon" car il y a même des fabricants de montre à cet endroit.

Arrivé(e) en gare de Shiojiri, il est temps de choisir. Soit vous quittez la ligne Chûô pour prendre la ligne Shinonoi vers Matsumoto sans changer de train, soit vous continuez sur la ligne Chûô vers Nagoya. Ce sera alors le train express Shinano dans lequel vous devrez poursuivre votre route.

La ligne Chûô, une route historique


Continuez votre périple vers Nagoya en empruntant la route de la vallée de Kiso, qui suit la rivière du même nom. Nezame no Toko est une vallée ravinée par l’érosion de la rivière, créant des sculptures naturelles, si belles que parfois le train ralentit pour vous permettre d’apprécier le paysage.

Plusieurs arrêts de la ligne sont des anciens relais de la route d’Edo, comme les villages de Narai Juku, Kiso Fukushima, Magome ou Tsumago. On ne peut que vous conseiller d’y passer pour y découvrir les merveilles que recèlent ces endroits préservés. De chacun de ces points partent des chemins de randonnées sur la route de Kiso. Il est temps de dire au revoir à la rivière Kiso, qui est devenue un fleuve au fil des kilomètres, pour arriver dans le département de Gifu. La nature sauvage laisse place peu à peu aux premiers immeubles de Nagoya. Votre vaisseau se transforme en train de banlieue pour finir son périple et arriver dans la grande ville.

Notez bien qu'à partir du 23 décembre 2017 un tout nouveau train va être mis en circulation sur la ligne Chûô : le magnifique et impressionnant JR série E353, mais seulement sur la moitié des services "super Azusa" au début, puis peu à peu sur tous et à terme sur chaque service "Azusa" et "Kaiji".

La campagne au-dessus de O Tsumago

La campagne au-dessus de O Tsumago

Le col de Magome (800 m), dans la vallée de Kiso.

Le col de Magome (800 m), dans la vallée de Kiso.

Le mont Ontake vu depuis un chemin de randonnée de la vallée de Kiso (Alpes japonaises).

Le mont Ontake vu depuis un chemin de randonnée de la vallée de Kiso (Alpes japonaises).

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs