Top 5 des meilleures randonnées à faire au Japon   全国の最高ハイキング

Date de publication :
Coucher de soleil dans le parc Daisetsuzan à Hokkaido.

Coucher de soleil dans le parc Daisetsuzan à Hokkaido.

Sélection des plus beaux spots pour s'évader dans la nature japonaise

Découvrez les merveilles naturelles du Japon à travers cette sélection des meilleures randonnées, à faire à travers tout le pays !

Le mont Tokachi-dake au parc national de Daisetsuzan (Hokkaido)

Le mont Tokachi-dake au parc national de Daisetsuzan (Hokkaido)

Hokkaidô : le parc naturel de Daisetsuzan 


Le parc national de Daisetsuzan est un massif montagneux situé au centre de l'île d'Hokkaidô. C'est à ses poches de neiges qui durent même une fois l'été venu qu'il doit son nom : en japonais, daisetsuzan signifie "grand montagne de neige". Daisetsuzan est également le plus grand parc national du Japon et couvre une superficie de 230 000 hectares. Les chemins de randonnées s'élèvent en moyenne entre 1 800 et 2 000 mètres.La plus grande concentration en sentiers et en huttes de montagne se trouve autour des pics d'Asahi-dake et Tokachi-dake. Ces deux volcans encore actifs se situent dans les parties nord et sud du parc et sont reliées par un chemin de randonnées réalisable en 5 jours. Les huttes de montagnes étant souvent pleines, nous vous conseillons d'emmener votre matériel de camping pour plus de tranquillité. 

Voir : Le parc national d'Akan

  • L'environnement de Daisetsuzan

Le parc a une faune et une flore très riche. Ne manquez pas de vous y rendre si vous visitez Hokkaidô en juillet : vous apercevrez des champs de fleurs sauvages à perte de vue ! Si vous avez de la chance, vous rencontrerez des écureuils, des pika (ochotona) et les renards abondent dans les pics rocheux. Attention toutefois aux ours, très présents également dans la région : avant de partir, n'oubliez pas de vous munir d'une cloche, dont le son les éloigne.

Temple du mont Yudono (Dewa Sanzan)

Temple du mont Yudono (Dewa Sanzan)

Tohoku : les trois monts sacrés de Dewa sanzan


Dès le VIe siècle, les ermites arpentaient les monts sacrés de Dewa Sanzan : Haguro-san (représentant la naissance), Gassan (représentant la mort) et Yudono-san (représentant la résurrection). Au sommet de chacune de ces montagnes, vous trouverez un temple, bien que le mont Haguro soit considéré comme le centre du trio montagnard, car c'est là que sont représentées les dieux des trois montagnes. Des prêtres bouddhistes de renom comme Kôbô Daishi, fondateur de la secte Shingon, ou En-no-Gyôja, fondateur du Shugendô, ont foulé les chemins des monts sacrés. Des milliers de dévots visitent chaque année la région, lors du pèlerinage saisonnier qui a lieu en août. Parmi eux, vous apercevrez certainement des ermites des montagnes, les yamabushi

Lire : Les ermites des monts Dewa initient les étrangers au yamabushido

La dernière semaine d'août fait place aux célébrations du pèlerinage annuel d'une semaine, shugyô. Elle se finalise par un festival, Hassaku matsuri, où un feu rituel embrase la nuit. 

Bien qu'il soit possible de passer par les trois montagnes en un jour, nous vous conseillons une randonnée de deux jours afin de profiter au maximum des paysages uniques qui s'offrent à vous.

  • L'environnement de Dewa Sanzan

La région volcanique qui entoure les monts Gassan et Yudono est populaire auprès des voyageurs grâce à ses fleurs sauvages qui y poussent lors de la saison estivale et ses 130 sortes de plantes des hauts plateaux. À noter : le mont Gassan reste enneigé même au mois d'août et il est possible pour les mordu(e)s de ski de dévaler quelques pentes à cette période de l'année.

S'élevant à seulement 414 mètres, Haguro-san est le plus petit des trois monts. Contrairement à ses deux frères, ensevelis sous la neige l'hiver, il reste accessible tout au long de l'année. La saison de randonnée à Gassan est officiellement ouverte entre le 1er juillet et mi-octobre, bien qu'il soit possible d'accéder à la montagne un mois avant et après ces dates. Renseignez-vous si vous comptez randonner hors saison.

Le temple du mont Haguro

Le temple du mont Haguro

Le sentier du Dewa Sanzan, dans la montagne de Yamagata

Le sentier du Dewa Sanzan, dans la montagne de Yamagata

Un yamabushi soufflant dans son horagai.

Un yamabushi soufflant dans son horagai.

Le plus vieux cèdre, entouré d’une corde sacrée et baptisé Jiji-sugi, aurait plus de 1 400 ans.

Le plus vieux cèdre, entouré d’une corde sacrée et baptisé Jiji-sugi, aurait plus de 1 400 ans.

Le mont Fuji vu depuis le lac Kawaguchi

Le mont Fuji vu depuis le lac Kawaguchi

Tokyo : le mont Fuji

En toute saison, la plus haute montagne du Japon (3 776 mètres) est l'objet de l'admiration des nombreux touristes japonais et étrangers. Visible depuis Tokyo par temps clair - une centaine de kilomètres sépare la montagne de la capitale ! -, les meilleurs moments pour apercevoir le Fuji sont �� la fin de l'automne, l'hiver et au début du printemps. Sur les chemins du Fuji, vous rencontrerez des randonneurs âgés de 10 à 70 ans.

La saison officielle pour escalader le mont Fuji est très courte : du 1er juillet au 31 août. L'itinéraire menant au sommet du volcan sacré est divisé en 10 stations. La plupart des randonneurs commencent l'ascension depuis la 5e stationQuatre sentiers vous sont proposés : le plus court, Fujinomiya, vous prendra environ 5 heures à l'aller et 3 heures au retour. Il est également l'un des plus fréquentés (59 799 personnes à l'été 2016) ! Les sentiers Yoshida et Subashiri seront un peu plus longs à l'ascension ; 6 heures environ. Yoshida sera plus long à descendre : 4 heures contre 3 pour Subashiri. Enfin, Gotemba est le plus long de tous les itinéraires : il vous faudra 7 heures pour atteindre le sommet du Fuji, et 3 pour en redescendre. Pour plus de détails sur les itinéraires du Fuji, rendez-vous sur ce site (en anglais). Notez qu'une fois arrivé(e) au sommet, il vous faudra une heure supplémentaire si vous voulez visiter le cratère.

  • L'environnement du mont Fuji

Le saviez-vous ? La forme conique du mont Fuji vient de trois volcans, entassés les uns au dessus des autres : ils sont le fruit de passé explosif de la montagne sacrée. Mais rassurez-vous, la dernière éruption du Fuji date de 1707. Le mont Fuji est, en plus d'être un symbole national, un site protégé : il fait partie du parc national Fuji-Hakone-Izu. Si l'aventure du Fuji vous tente, n'oubliez pas d'emmener un sac poubelle afin de ramener vos déchets avec vous.

Vue depuis le mont Fuji

Vue depuis le mont Fuji

Chemins de randonnée du mont Fuji

Chemins de randonnée du mont Fuji

L'ascension du mont Fuji se fait à la saison estivale

L'ascension du mont Fuji se fait à la saison estivale

Les gorges d'Oboke (préfecture de Tokushima)

Les gorges d'Oboke (préfecture de Tokushima)

Shikoku : le parc quasi-national de Tsurugi-san


La création du parc quasi-national date de 1964. À cheval sur les préfectures de Tokushima et de Kôchi (île de Shikoku), le parc couvre une superficie de 20 961 hectares. Vous pourrez y découvrir les vallées les plus profondes du Japon : les gorges d'Ôboke et de Koboke, et la vallée d'Iya. Le second pic le plus élevé du pays s'y trouve également, le mont Tsurugi-san (1 955 mètres).

  • L'environnement du parc quasi-national de Tsurugi-san

La région du parc quasi-national de Tsurugi-san est connue pour sa flore alpine, dont les miyama kuma-zasa  (une sorte de bambou) et les kome-tsuji (azalées). Ces plantes ont même été désignées Monuments Naturels en 1994 ! Venez admirer les champs de kome-tsuji, de juin à août. Le parc regorge également de formations rocheuses cristallisées et de pierres d'un vert profond, les awa-ishi, qui donnent leur couleur si particulière aux fleuves et rivières qui traversent le parc.

Quelle que soit la saison, la pluie est souvent au rendez-vous dans les vallées, et plus particulièrement en été. Prévoyez de quoi vous mettre au sec !

Le mont Tsurugi à Shikoku

Le mont Tsurugi à Shikoku

Les gorges d'Oboke

Les gorges d'Oboke

La vallée d'Iya (Shikoku)

La vallée d'Iya (Shikoku)

La vallée d'Iya (Shikoku)

La vallée d'Iya (Shikoku)

Chemin à Yakushima

Chemin à Yakushima

L'île de Yakushima

Incorporé au parc national de Kirishima-yaku en 1964, l'île de Yakushima et ses sentiers sont foulés par les randonneurs japonais depuis l'ère Shôwa (1926-1989). En 1993, l'endroit devient le premier site de l'Unesco du Japon. La meilleure saison pour arpenter les chemins sauvages de l'île est au printemps et à l'été (de mai à septembre). Les randonneurs les plus courageux pourront tenter l'aventure jusqu'en décembre ; au-delà de cette période, la neige recouvre les sommets de l'île aux cèdres. Notez également que les périodes où l'île est la plus visitée se trouvent aux alentours des fêtes de l'O-bon (mi-août), au nouvel an et lors de la Golden Week (début mai).

  • L'environnement de Yakushima

L'attraction principale de l'île est bien évidemment les cèdres centenaires, les yaku-sugi. Les cèdres géants doivent être âgés d'au moins 1 000 ans pour mériter ce titre. Les cèdres yaku-sugi possèdent la particularité, en plus d'être les plus anciens du pays, d'avoir des anneaux et leur sève bien plus concentrés en comparaison avec les autres arbres de la même espèce. Le plus ancien de tous s'appelle Jômon-sugi et son tronc a une circonférence de 28 mètres ! Son âge est estimé à 7 200 ans environ.

Sur la côte ouest de l'île, vous pourrez observer le spectacle singulier de la ponte des tortues Caouanne et des tortues vertes. Attention cependant à ne pas troubler ce fragile processus ! Pour en savoir plus sur les tortues de Yakushima, rendez-vous à l'Umigame-kan, un musée et centre environnemental dédié à ces animaux. 

Enfin, il est possible de se baigner à Yakushima, de mai à septembre.

Après midi brumeuse à Yakushima

Après midi brumeuse à Yakushima

Forêt de Yakushima

La forêt de l'île de Yakushima ressemble à s'y méprendre à celle de Princesse Mononoke.

Jômon sugi, le plus ancien des anciens cèdres de l'île de Yakushima

Jômon sugi, le plus ancien des anciens cèdres de l'île de Yakushima

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs