Trouver une poubelle à Tokyo   ゴミ

Date de publication :

Les rares poubelles publiques de Tokyo se déclinent en couleurs, selon les règles du recyclage.

Les nombreux corbeaux de Tokyo, ennemis jurés du recyclage des déchets.

le cendrier de poche (ポケット 灰皿), partenaire indispensable du fumeur japonais.

Le recyclage des piles, dans un supermarché à Tokyo.

Mission impossible ?

On ne voit ça qu'à Tokyo (et ailleurs au Japon) : des rues propres, mais pas une poubelle à portée de vue ! Mais que font donc les Tokyoïtes de leurs ordures ? En voyage dans la capitale japonaise, que faire de ses "gomi" (déchets) ?

Les poubelles semblent se cacher à Tokyo... Mais cela n'a pas toujours été le cas. En fait, la plupart des poubelles publiques ont été supprimées en 1995, après l'attentat au gaz sarin perpétré par la secte Aum dans le métro de la capitale. Peu de chances également d'y trouver des poubelles de particuliers ou d'habitats collectifs : le Japon pratique le recyclage à grande échelle, et avec une rigueur toute nippone. Les bacs poubelles (comme en France) n'existent pas, et des collectes des déchets privés, placés dans des sacs multicolores, ont lieu chaque matin.

Discipline et recyclage

Depuis 1995 donc, les Tokyoïtes font preuve d'un civisme apprécié de tous : on ne jette pas de papier par terre, et on ne sort pas sans un sac plastique pour y fourrer les petits déchets du quotidien. Les fumeurs, par exemple, le savent bien, eux qui ont interdiction de s'en griller une dans plusieurs quartiers de Tokyo, et qui ailleurs doivent le faire dans les endroits indiqués, ou bien mettre cendres et mégots dans un "pocket ashtray" (cendrier de poche).

Une autre raison explique cette propreté urbaine : de Shinjuku à Ueno en passant par Ginza, on croise toutes les cinq minutes des employés chargés d'entretien, qui armés de pinces à déchets s'escriment à faire disparaître chewing gums et papiers... Mais il est beaucoup plus rare d'y croiser une poubelle, et même quand cela ça arrive, ce n'est pas une mais trois poubelles ou plus qu'on trouvera, et mieux vaut être à la page sur le recyclage... pour ne pas confondre les bacs à combustibles, verres, plastiques, ou magazines !

Mais alors, comment faire pour ne pas déambuler dans Tokyo les poches chargées de petits déchets à la recherche d'une hypothétique poubelle pour les accueillir ?

Le guide du touriste écolo

- N'imitez pas les Tokyoïtes qui ont pris la mauvaise habitude de remplir de leurs ordures les banettes des vélos... ou pire de jeter leurs sacs dans la rivière Sumida (même au Japon, cela arrive).

- Prenez toujours avec vous un sac plastique, dont vous vous débarrasserez, une fois rempli, dans n'importe quel grand magasin, ou dans les stations de métro (on y trouve toujours toilettes et poubelles).

- Jetez vos canettes et bouteilles dans les bacs prévus à cet effet qui voisinent les dizaines de milliers de distributeurs de boissons à Tokyo.

- N'oubliez pas les konbini (Seven Eleven, Family Mart...), qui proposent toujours des poubelles à l'entrée, normalement réservées à leurs clients...

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

nippophile

Une précision de taille à apporter. Au Japon et y compris à Tokyo, chacun balaye devant sa porte. Commerçants, habitants, tout le monde, au moins deux fois par jour, donne un bon coup de balai sur le trottoir devant chez lui et ça, ça fait toute la différence.