Voyager au Japon sur les pas de Shigeru Ban   坂茂の足あとを巡る旅

Date de publication :
Le Centre Pompidou-Metz

Le Centre Pompidou-Metz

La bibliothèque de l'université de Seikei à Tokyo

La bibliothèque de l'université de Seikei à Tokyo

Intérieur de l'hôtel Suiden Terrasse

Intérieur de l'hôtel Suiden Terrasse à Tsuruoka

Fuji-san World Heritage Center

Fuji-san World Heritage Center

Une architecture écologique et moderne

Shigeru Ban est l’un des plus grands architectes japonais de notre époque. Dans ses constructions, il utilise principalement le carton et le bois, par soucis écologique et pour venir en aide à des populations sinistrées. Découvrez ici sa vie et ses oeuvres et visitez le Japon dans ses pas.

Une vie dédiée à l’architecture

Notre architecte est né en 1957 à Tokyo. Dès l’âge de 15 ans, il sent monter en lui cette vocation qui ne l’a plus quittée. À 19 ans, il part pour les Etats-Unis, étudier à la SCI-Arc (Southern California Institute of Architecture) puis à la Cooper Union de New York.

Shigeru Ban dispose aujourd’hui de trois antennes, à New York, Tokyo et Paris, après avoir gagné le concours pour la réalisation du Centre-Pompidou Metz, un bâtiment blanc en forme de chapeau chinois.

Shigeru Ban travaille en partenariat avec l’Américain Dean Maltz et le Français Jean de Gastines sur certains projets.

En 2014, Shigeru Ban remporte le prestigieux Prix Pritzker, qui couronne une carrière exemplaire et son côté humaniste.

Cet architecte s’intéresse beaucoup aux problèmes de l’habitation pour les minorités et les gens sans logement après une catastrophe naturelle. Les sinistrés et les réfugiés le préoccupent particulièrement.

Construire, une mission humanitaire !

En 1995, son nom apparaît alors que la ville de Kobe vient d’être frappé par un puissant séisme qui laisse des milliers de morts, des sans-abris et une ville dévastée. Il faut tout reconstruire, et cela va prendre des années. Shigeru Ban propose alors des logements provisoires en carton dur. Vite construites, ces petites maisons vont être fort utiles pour de nombreux sinistrées.

Il va continuer de développer cette idée du carton pour construire, grâce à des tubes épais et durs qui seront les murs porteurs de la structure. Fort de cette idée, il va alors édifier une maison qui se veut pérenne sur les bords du lac Yamanashi.

Les Paper Loghouses à Kobe de Shigeru Ban

Les Paper Loghouses à Kobe de Shigeru Ban

Intérieur de la cathédrale éphémère de Christchurch

Intérieur de la cathédrale éphémère de Christchurch

Ensuite, partout où survient une catastrophe naturelle ou des déplacements de population à cause de conflits, il essaye d’apporter son aide avec ses constructions de carton, légères, vite construites et pratiques. 

Dans un camp de réfugiés au Rwanda, lors des tremblements de terre au Sri Lanka (2004), dans le Sichuan en Chine (2008), ou à Christchurch en Nouvelle-Zélande (2011). 

Dans cette dernière ville, il va édifier une incroyable et magnifique cathédrale provisoire, toujours avec ses tubes de carton et du bois cernant des vitraux.


Où trouver les oeuvres de Shigeru Ban au Japon ?

Au Japon, Shigeru Ban laisse des traces un peu partout, parfois pour des clients prestigieux, comme en 2006, où il s’occupe de bâtir la bibliothèque de l’université Seikei à Tokyo. Il fut étudiant au lycée Seikei. D’une allure futuriste, des salles de réunions surgissent dans l’espace comme de grands champignons bullés.

En 2007 pour le Nicolas G Hayek Center à Ginza, en plein coeur de la capitale. Il mélange le luxe artistique d’un bâtiment qui s’élance tout en finesse avec le bois dans un souci écologique, et sa forme fétiche de parasol torsadé que l’on retrouve dans de nombreuses créations.

En mars 2011 survient la grand catastrophe de la région du Tohoku. Shigeru Ban agit, vite et bien, dans la ville de Onagawa, dans le département de Miyagi. 60% des habitants, 5700 personnes, sont touchées par le tremblement de terre et surtout par le terrible tsunami qui suivit, en perdant leur maison. L’idée de Shigeru Ban sera là d’utiliser des containers, rapidement transformés en habitation temporaire, avec en plus la possibilité de les empiler pour créer des étages. Ils ne nécessitent pas beaucoup de place, une durée de travaux courte, avec de vrais espaces de vie privée à l’intérieur et une réutilisation possible pour d’autres besoins par la suite.

En 2015, Shigeru Ban revient à Onagawa pour y reconstruire la gare, qui marque le terminus de la ligne JR Ishinomaki. 

Musée d'art de Oita

Musée d'art de Oita

En 2015, il réalise le musée d’art de la ville de Oita sur l'île de Kyushu. Tout en finesse, son plafond courbé en bois alvéolé marque toute la structure par sa grâce.

En 2016, il signe une superbe construction, le Fujisan World Heritage Center, à la ville de Fujinomiya. L’idée magique vient de cette grande forme en éventail tout en bois tressé, qui en reflet dans le bassin évoque parfaitement le mont Fuji. Magistral !

En 2018, Shigeru Ban s’attaque à un hôtel, "Suiden Terrasse" est construit dans la préfecture de Yamagata, au milieu des rizières de la ville de Tsuruoka. Il fait surgir un complexe de grand standing avec une bibliothèque, bains publics, et même un espace de jeux pour enfants attenant "Sorai", avec l’application de ses concepts, l’architecture écologique et le recyclage des matériaux. Les tubes de cartons et le bois sont omniprésents pour une ambiance chaleureuse et luxueuse à la fois, mais dans un soucis de développement durable. Du grand art.

Ses toutes dernières réalisations sont : Shishiwa House en 2018, un hôtel en pleine forêt à Karuizawa, l’Office du tourisme de Yufuin  où il s’amuse avec le bois pour créer de très élégantes courbures, et le centre de remise en forme "Kur Park Nagayu" à Takeda, si magnifique que le plaisir de se détendre prend tout son sens dans un tel joyau architectural.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs