Ohara

Campagne Japonaise, Journée complète

Le Japon rural et les merveilles du bouddhisme Tendaï


L'avis de Vivre le Japon

La possibilité pour tout visiteur curieux d’entrevoir une facette aussi importante que méconnue : le Japon des rizières, des bois et des champs, avec en prime la possibilité de visiter dans la même journée deux merveilleux temples, souvent délaissés pour cause d’éloignement.

Le + de votre Travel Angel

Nicolas a constaté qu’au Japon comme en France on essaie de garder ou de retrouver le goût de l’authenticité et des bons produits. Les gourmets et autres amoureux du terroir devraient être pleinement satisfaits de cette journée. 

Description

Votre accompagnateur vient vous chercher à 9 heures et nous partons à bord d’un van, conduit par ce dernier en direction d'Ohara, la "grande plaine".

Très vite nous longeons la rivière Takano et laissons les bruits de la ville derrière nous. La route monte en quelques lacets, contourne l’imposant mont Hiei par le flanc Ouest et débouche sur un plateau assez vaste où l’on aperçoit les premières rizières.

Ohara est un village très agréable, dont les maisons sont éparpillées de part et d’autre de la route et de la rivière entre champs et forêts. La petite route étroite que nous empruntons à pied est bordée de petites échoppes où l’on vend principalement des tsukemono, ces légumes en saumure qui font la fierté de Kyoto et dont un bon nombre provient justement de la plaine fertile d’Ohara.

Kyoto est la pointe Nord du triangle de la région du Kansai et de ses 18 millions d’habitants. Ohara est encore plus au nord. Jusqu’aux rivages de la mer du Japon, à 100 kilomètres de là, il n’y a rien qu’une succession de vallées escarpées.

Une fois passée la porte du temple Sanzen-in, le vert nous envahit. Vert de la mousse sur les vieilles lanternes de pierre ou au pied des érables, il filtre la lumière du soleil, à moins encore qu’elle ne se teinte d’un jaune ou d’un rouge éclatant quand l’automne arrive.

Vert aussi des bosquets d’azalées et d’hortensias et puis des roses, des blancs, des rouges des bleus et des violets quand éclate leur floraison du printemps au début de l’été.

L'Amidadô, un pavillon en bois vieux de près de 1 000 ans, dégage une puissante sobriété. Il abrite trois remarquables statues en bois, laque et feuilles d’or datant aussi de la période Heian (794-1185), peu après la fondation de Kyoto.

Les amateurs de temples* pourront poursuivre l’émerveillement en visitant le Hosen-in, son vénérable pin à 5 fûts, vieux de 700 ans et ses lames de plafond teintées de sang, pour avoir été à l’origine les lames du parquet du château de Fushimi où s’éventrèrent 370 samurai...

Nous reprenons notre promenade à travers les rizières et jardins jusqu'à un petit restaurant local au bord de la rivière, où la cuisine est entièrement réalisée avec des légumes bio locaux.
Amis gastronomes à vos baguettes, l'endroit vaut le détour !

Après Ohara, nous reprenons la route vers le Nord en direction du lac Biwa, pour ensuite emprunter la route en lacets grimpant dans une foret d'érables jusqu'au sommet du Hiei-zan, nous offrant au passage de superbes points de vue sur le lac et les montagnes de la chaîne centrale .

Pour terminer, nous visitons au sommet de la montagne, à plus de 800 mètres d’altitude, le célèbre Enryaku-ji, classé au patrimoine mondial par l’Unesco. Un lieu chargé d’histoire depuis la fondation même de la ville de Kyoto, au VIIIe siècle.

L’histoire de ce temple se confond avec l’histoire du bouddhisme japonais, tant son influence fut prenante sur la vie religieuse mais aussi politique. Chargé à l’origine de protéger la capitale des influences néfastes et des démons venant du Nord-Est, le temple a souvent été le lieu d'arbitrage des conflits par l’intervention de ses moines guerriers, les célèbres "Sohei". Perché au sommet du mont Hiei, les immenses bâtiments en bois brut ou vermillons forment aujourd’hui un ensemble des plus majestueux.

Et puis, par une petite route, nous retournons à la ville bruissante de sa circulation, tout étonné du contraste et surpris d’avoir pu, au cours d’une simple journée, apercevoir cette autre Kyoto, derrière la montagne…

Comment venir

Votre Travel Angel vous contactera pour vous indiquer le point de rendez-vous.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.