Alexandre Barbe

Alexandre

Passionné d'Histoire du Japon, amoureux de Kyoto et pratiquant le bouddhisme zen, Alexandre vous donnera toutes les clés pour comprendre ce pays et ses traditions. Il saura vous décrypter la symbolique des temples et des jardins pour donner du sens à vos visites. Attention, sa passion peut être contagieuse...

Egalement journaliste, Alexandre vous parlera des Japonais d'aujourd'hui et de cette société si riche en paradoxes.

Son parcours

Tombé dans la marmite à l'adolescence, Alexandre apprend le japonais dès l’âge de 15 ans, avant de s'intéresser au bouddhisme.

A 26 ans, il séjourne six mois dans un temple zen dans les montagnes au nord-ouest de Kyoto, où il mène une vie en auto-suffisance parmi les moines.

Après cinq voyages sur l'Archipel, il réalise son rêve en 2017 : s'installer à Kyoto, d'où est originaire son épouse.

Journaliste de formation, Alexandre a été correspondant au Japon pour RFI et RTL. Il travaille également comme traducteur et narrateur pour des audio-guides. 

Ses conseils pour vous

A ne pas manquer :

Le Japon, c'est "l'Empire des signes", et tout ou presque a un sens : l'emblème inscrit sur un lampion, la position des mains d'une statue bouddhique, la palissade en bambou au pied d'une maison de thé...

Il serait dommage de passer à côté de ces détails qui font toute la profondeur du Japon.

A ramener :

Les "yatsuhashi" de Kyoto, petites crêpes fourrées à la pâte de haricot rouge ; et dans un autre registre, pourquoi pas des chaussettes, spécialité de la région de Nara que les Japonais offrent en cadeau !

Choses à faire :

S'asseoir devant un jardin sec et oublier le temps qui passe. Ne cherchez pas ce qui est beau, contentez-vous de regarder simplement...

Mots à connaitre :

Pour épater vos interlocuteurs japonais : "ichigo ichie", proverbe zen signifiant "une seule fois dans une vie". Une façon d'exprimer le caractère unique et sacré de chaque instant, de chaque rencontre. Surtout en voyage.

Plats à gouter :

Les tempura, ces beignets de légumes, de patates douces ou encore de crevettes, que les jésuites portugais apportèrent à la fin du XVIe siècle.

Pièges à éviter :

Etre pris dans la foule du fameux sanctuaire Fushimi Inari et ses milliers de torii. Essayez d'y aller avant 9 heures. Et pour les plus courageux, poussez l'ascension un peu plus haut : plus on monte, moins il y a de monde.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.