Antonio Bruno

Antonio

Toni est un jeune Italien qui a beaucoup voyagé en Italie et en Espagne et qui a décidé d’aller vivre au Japon il y a environ deux ans. Jeune diplômé, il avait trop de rêves en tête pour travailler dans un bureau, et pendant des années, il a tenté en vain de devenir un employé « normal ». Un jour, il a tout laissé derrière lui. Il a vécu quelques années en Espagne, puis est parti au Japon. Il s’est marié à une Japonaise, et le couple a décidé de s’installer à Kyoto, une ville dont ils sont tous deux tombés immédiatement amoureux. 

Son parcours

Après avoir obtenu un diplôme en informatique à l’université de Pise, Tony a travaillé pendant plusieurs années dans l’une des plus grandes sociétés de logiciels d’Italie. Mais ce style de vie n’était pas adapté à sa nature profonde. Toni préférait être en contact avec les gens plutôt qu’avec des machines. Il a alors quitté son emploi et s’est installé en Espagne, où il a travaillé dans le domaine du tourisme. Il y était parfaitement heureux. Mais la vie avait d’autres projets en réserve pour lui. Un jour, il a rencontré une Japonaise et ils sont tombés rapidement amoureux l’un de l’autre. Elle lui a fait découvrir la culture japonaise, et ils ont décidé d’aller s’installer au Japon. Après avoir parcouru ensemble ce pays étonnant, ils sont tombés sous le charme de Kyoto et sont allés y vivre.

Ses conseils pour vous

A ne pas manquer :

Vous n’aurez que l’embarras du choix ! Ne manquez pas de vous rendre à Arashiyama pour découvrir le temple Daikaku-ji. Il s’agit de l’un des temples les plus anciens de Kyoto, intéressant en tant qu’édifice religieux, mais également pour la structure particulière de son village. Ce lieu, plus que tout autre, vous donnera la sensation pendant quelques heures d’être plongé dans le Japon d’antan.
Après un détour au temple Kiyomizu-dera, que vous ne manquerez pas de visiter, j’en suis certain, prenez le temps de vous promener dans le quartier pour profiter de l’atmosphère magique qui y règne : vous serez envoûtés ! Parcourez la petite rue spectaculaire bordée de vieilles maisons en bois, goûtez aux pâtisseries locales à base de haricots rouges (souvent offertes) que l’on peut trouver dans quelques épiceries anciennes et dégustez un thé japonais traditionnel. Laissez-vous séduire par le charme de Kyoto et par l’hospitalité chaleureuse de ses habitants.  

A ramener :

Kyoto regorge de magasins d’antiquités. Offrez-vous une estampe illustrant des scènes de la vie quotidienne du Japon d’autrefois, ou des dessins traditionnels représentant des portraits de Japonais, ou encore un livre écrit en caractères japonais anciens (kanji). Un souvenir qui vous rappellera l’histoire millénaire de ce grand pays à laquelle vous aurez momentanément pris part.

Choses à faire :

Résistez à la tentation de voir le maximum de choses en un minimum de temps. Le Japon est un pays si extraordinaire que vous aurez envie d’y revenir (et chaque saison lui confère un charme particulier). La ville de Kyoto en elle-même abrite tant d’endroits magiques, de lieux magnifiques et de merveilleux jardins japonais qu’il serait dommage d’essayer de tout voir rapidement et de passer à côté de la pure beauté qui s’offre à vos yeux. Ralentissez le rythme, restez un jour de plus, et prenez le temps de vous immerger dans la culture et l’histoire japonaise, si présentes dans cette ville. Vous éprouverez un sentiment bienfaisant de paix et d’harmonie.

Mots à connaitre :

Les deux mots que j’entends le plus fréquemment sont kawaii, qui veut dire « mignon » et sumimasen, qui signifie « excusez-moi/désolé ». Mais mon mot préféré est kudasai, que l’on traduit généralement par « s’il vous plaît », et qui signifie littéralement « faites ça pour moi ». C’est une formule de politesse qui permet de demander quelque chose d’une manière très respectueuse et courtoise, même lorsque l’on ne maîtrise pas le japonais. Une autre expression utile : kore o kudasai qui signifie « donnez-moi ça, s’il vous plaît ». 

Plats à gouter :

Kyoto se trouve dans la région de Kansai. Ne manquez pas de déguster au moins une fois un Okonomiyaki. Okonomi signifie littéralement « ce que vous voulez », et yaki signifie « grillé ». L’Okonomiyaki est connu à travers le monde sous le nom de « pizza japonaise ». Il en existe plusieurs versions au Japon. Si les versions d’Hiroshima et d’Osaka sont très prisées (et savoureuses), je préfère la version de Kyoto, qui offre une saveur plus intense et raffinée, une caractéristique de la cuisine de Kyoto.

Pièges à éviter :

Le bus est souvent le moyen le plus pratique pour visiter la ville dans son intégralité. Évitez d’acheter les billets à l’unité si vous prévoyez de vous déplacer souvent en bus. Optez pour un forfait journalier, beaucoup plus avantageux. Vous pouvez également acheter des tickets papier au distributeur automatique de la station principale, ce qui vous permettra de bénéficier de réductions allant jusqu’à 25 %.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.