Isabelle Despert-Okumura

Isabelle

Voilà plus de vingt ans qu’Isabelle vit à Kamakura. Ce sont d’abord ses temples, sa longue plage et son ambiance de vacances qui l’ont attirée. Puis l’histoire de cette ancienne capitale, l’aura qu’elle avait auprès des artistes et des intellectuels au début du XXe siècle et enfin ses nombreux matsuri (fêtes traditionnelles souvent d’origine shintoïste) l’ont passionnée. Passion qu’elle aime partager avec tous : habitants, amis, ou visiteurs de passage.

Son parcours

Après des études en Langue et Civilisation Chinoise à l’INALCO, Isabelle découvre l’Asie du Sud-Est et s’installe trois ans à Singapour où elle y enseigne le français et, la licence de guide en poche, fait découvrir la «  ville du lion » aux voyageurs français. Le destin la conduit encore plus loin en Orient et une fois au Japon, le lieu de vie s’impose : Kamakura. Depuis, elle enseigne le français, écrit des articles et fait visiter sa ville d’adoption.

Ses conseils pour vous

A ne pas manquer :

Les temples zen, les petits temples ou sanctuaires dissimulés dans la verdure.
Les matsuris locaux, des cérémonies en l’honneur des divinités Shinto.

A ramener :

Kamakura-bori : des objets sculptés sur bois puis laqués. Une spécialité de la ville qui date de l’ère Kamakura (1192-1333).

Choses à faire :

Si vous aimez la marche, il y a plusieurs chemins de randonnée dans les collines qui entourent la ville. Certains mènent à des sites touristiques (grand Bouddha, le temple Kenchoji).
La plage, pour voir le Pacifique et pourquoi pas s’y tremper ? La mer est bonne de fin juin à début octobre. En été, il y a des restaurants installés sur la plage.
Aller voir le coucher de soleil sur la mer avec l’île d’Enoshima et le mont Fuji se profilant au loin.

Mots à connaitre :

Sugoi (prononcez sougoï) signifie « formidable, super, extraordinaire ». La taille gigantesque du Grand Bouddha, le calme et la beauté des temples : sugoi !

Plats à gouter :

Les shirasu, ce sont des alevins de sardines ou d’anchois. Ils sont pêchés localement et se mangent crus sur un bol de riz (shirasu don) ou encore légèrement bouillis et séchés au soleil (on les appelle alors chirimenjako) en accompagnement de salades, d’omelettes, ou même de pizza ! On en trouve également des entièrement séchés pour grignoter à l’apéritif.

Pièges à éviter :

Kamakura étant une destination très prisée, évitez de la visiter les week-ends et les jours fériés, particulièrement au Nouvel An et pendant la Golden week (du 29 avril au 5 mai). La « ville des samouraïs » peut alors se transformer en une véritable fourmilière humaine !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.