L'e-sport aux JO   オリンピックでのEスポーツ

Date de publication :
e-sport

Une joueuse professionnelle lors d'un événement

e-sport

La compétition "The international" en 2014

E-sport : vers une discipline olympique ?

Si l'e-sport ne sera pas intégré comme discipline olympique aux JO de Tokyo, cela fait longtemps que les discussions battent leur plein sur la question. On fait le point avec les dernières nouvelles en la matière...

L'e-sport, c'est quoi ?

L'e-sport, aussi appelé "Sport électronique", désigne la pratique de jeux-vidéo de manière compétitive, où le joueur affronte, seul ou en équipe, d'autres mordus du jeu vidéo. Si l'e-sport n'est pas un phénomène nouveau puisqu'il est né dès les années 80, il a gagné en puissance ces dix dernières années. L'e-sport tient une place importante dans le monde de jeu vidéo, et de nos jours, d'immenses tournois sont organisés, certains joueurs étant devenus de grandes stars dans le milieu.

Les jeux-vidéos compétitifs les plus présents dans les tournois sont actuellement Overwatch, Starcraft, League of Legends, Heartsone, Dota, et bien d'autres. Jeux de tir, sportifs, jeux de cartes, de gestions, de combat... de nombreux styles sont représentés. De nos jours, le sport électronique est officiellement reconnu par les instances sportives comme un sport.

L'e-sport et les Jeux Olympiques

Mauvaises nouvelles pour les geeks et les joueurs professionnels : l'e-sport ne sera pas intégré aux compétitions des JO de Tokyo 2020, ni même à ceux de Paris en 2024. La question d'ajouter cette discipline au programme des Jeux Olympiques était pourtant discutée depuis 2017, et une petite épreuve d'e-sport avait même eu lieu quelques jours avant les JO d'hiver de 2018 à PyeongChang.

Le comité olympique avait en effet soutenu la tenue de cette compétition organisée par une des plus grandes ligue d'e-sport, l'Electronic Sport League. Intitulée Intel Extreme Masters, elle était articulée autour des jeux Starcraft 2 (jeu de stratégie) et Steep (jeu de sports extrêmes).

e-sport

La finale des Intel Extreme Masters à PyeongChang

À la suite de cet événement, le CIO avait indiqué qu'il conditionnait les discussions sur l’intégration de l’e-sport au programme olympique à la création d’une fédération internationale. En effet, chaque sport admit aux JO possède une telle fédération, qui permet de chapeauter l'ensemble de la discipline.

La mise en place d'une fédération globale s'avère cependant compliquée dans le monde de l'e-sport, les compétitions étant nombreuses, de même que les jeux, qui n'appartiennent pas tous aux même éditeurs, ces derniers ayant sans doute bien du mal à s'accorder.

Puis, le 8 décembre 2018, un communiqué du Sommet Olympique a estimé que l'admission à part entière des e-sports et jeux électroniques au programme olympique était prématurée

Pourtant, le pas avait déjà était franchi lors des Jeux Asiatiques 2018 - organisés tous les quatre ans par le Conseil Olympique d'Asie - où l'e-sport a été présenté comme sport de démonstration. Il s'agit du premier événement olympique dont l'e-sport a fait partie intégrante.

Dernièrement, d'autres instances sportives asiatiques ont décidé d'intégré l'e-sport en tant que discipline olympique. Ainsi, lors de la prochaine édition en novembre 2019 des Jeux d'Asie du Sud-Est (SEA), organisés et supervisés par le Comité international olympique et le Conseil Olympique d'Asie, l'e-sport sera intégré en tant que discipline olympique, avec remises de médailles.

Six épreuves y seront organisées : deux sur consoles, deux sur PC, et deux sur téléphone mobile. Une belle reconnaissance pour le monde du sport électronique qui avait donc espoir, tout particulièrement pour les JO de Paris 2024.

e-sport

Une épreuve e-sport lors des Jeux Asiatiques de 2018 à Jakarta

Mais dans le fameux communiqué de décembre 2018, le Comité International olympique explique pourquoi l'intégration du e-sport en tant que discipline olympique est prématurée. Selon lui, certains jeux-vidéo, notamment ceux violents, ne sont pas compatibles avec les valeurs olympiques. Le comité estime aussi que le secteur évolue trop rapidement et que par conséquent la popularité de certains jeux est très fluctuante. En outre, le secteur est fragmenté et concurrentiel, et est par nature axé sur le commerce, alors que le sport repose sur des valeurs.

Le CIO a donc quelques problèmes de taille à régler avant que l'on puisse suivre des épreuves d'e-sport aux Jeux Olympiques d'été... Patience donc !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

interessant

merci de ces precisions !