Les monuments en rénovation

Date de publication :
Le Torii du sanctuaire d'Itsukushima à Miyajima est en travaux.

Le Torii du sanctuaire d'Itsukushima à Miyajima est en travaux.

Le château de Kumamoto en ruine suite au séisme de 2016

Le château de Kumamoto en ruine suite au séisme de 2016

Une liste non-exhaustive des monuments en travaux sur l'archipel

C'est toujours plaisant de découvrir les monuments mythiques de l'archipel. Ça l'est un peu moins lorsque l'on arrive sur les lieux et que ces derniers sont fermés pour rénovation. Au Japon, de nombreux monuments en bois font régulièrement l'objet de travaux : temples, sanctuaires, châteaux, le gouvernement japonais prend grand soin de son patrimoine matériel. Une nécessité qui peut alors parfois décevoir plus d'un touriste, puisque les rénovations durent généralement plusieurs années ! Afin de ne pas se retrouver le bec dans l'eau lors de son séjour au pays du Soleil Levant, voici une liste non-exhaustive de monuments encore en travaux aujourd'hui.

TOHOKU

  • Le château de Hirosaki (préfecture de Aomori)

Depuis 2013, le château de Hirosaki est en reconstruction. Des travaux importants, qui touchent principalement les murs intérieurs du château, ainsi que la célèbre tour "Tenshu" du bâtiment (dernière tour du genre dans la région du Tohoku) qui a été déplacée juste à côté de son emplacement initial le temps que la nouvelle tour soit construite.

Bien que les visiteurs puissent circuler librement dans tout le site depuis 2015, les travaux ne prendront fin qu'aux alentours de 2023.

Lire : Le château de Hirosaki et son parc

Château de Hirosaki

Château de Hirosaki

KANTO

  • Le sanctuaire Toshogu (Nikko)

Le sanctuaire Toshogu est l'un des lieux les plus visités de Nikko puisqu'il abrite le tombeau de Tokugawa Ieyasu, le premier shogun de l'époque Edo (1603-1868). Du moins, il l'était encore en 2007 avant de devoir fermer au public pour rénovation !

Bien que l'entretien de la porte Yomeimon ait pris fin en mars 2017, l'ensemble des travaux devrait encore se poursuivre jusqu'en mars 2024.

Lire aussi : Nikko Toshogu, le mausolée du shogun

Le Yomeimon du Nikko Toshogu

La porte Yomeimon est un des chefs d'oeuvre incontestés de l'art japonais.

  • Le sanctuaire Meiji (Tokyo)

Situé en plein cœur du parc Yoyogi, Meiji-jingu est un sanctuaire des années 1920 construit en l'honneur des empereurs de l'ère Meiji (1868-1912). Totalement détruit sous la deuxième guerre mondiale, le sanctuaire actuel est en réalité une reproduction à l'identique du lieu de culte originel.

Lire aussi : Le sanctuaire Meiji-jingu

En prévision du centenaire du sanctuaire en 2020, des travaux de rénovation sont en cours depuis 2016 sur certains bâtiments du sanctuaire. Cependant, des efforts sont déployés pour limiter au maximum l’impact sur les visiteurs.

En plein cœur de la capitale, le sanctuaire Meiji-jingu semble loin du centre ville.

En plein cœur de la capitale, le sanctuaire Meiji-jingu semble loin du centre ville.

Nagoya-jô

Nagoya-jô sous les cerisiers.

AICHI

  • Le château de Nagoya

Construit par l'une des branches de la famille Tokugawa sous Edo (1603-1868), le château de Nagoya fait la fierté de la capitale de Aichi. Bien que le château actuel ne soit pas directement touché par les travaux, une reconstruction de son donjon est en cours depuis 2009. La reconstruction prendra fin d'ici 2022, mais le donjon actuel sera démoli l'année prochaine. Si vous voulez le visiter tel quel, c'est donc maintenant ou jamais !

Lire aussi : Reconstruction du château de Nagoya

KANSAI

  • Le temple Kiyomizu-dera (Kyoto)

Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, Kiyomizu-dera fait régulièrement l'objet de rénovation. Et bien que les visiteurs aient le droit d'entrer par la porte principale du temple, le hall est recouvert d'une bâche jusqu'en 2020 pour cacher les rénovations du toit.

Voir aussi :  Le temple Kiyomizu-dera


  • Le temple Chion-in (Kyoto)

Ancien quartier général de la branche Jodo, le temple Chion-in est un vaste complexe religieux composé de plusieurs bâtiments. Parmi eux, le Miedo Hall, construit vers 1390, qui est désormais clos au public pour rénovation jusqu'à l'année prochaine.

Lire aussi : Chion-in


  • Le temple Enryakuji (Kyoto)

Situé à deux pas du mont Hiei, Enryakuji est l'un des temples les plus importants du pays puisqu'il a abrité pendant longtemps les quartiers de la branche Tendai, une des branches majeures du bouddhisme japonais. Avec son décor de rêve et ses innombrables érables, il fait partie des temples les plus visités de Kyoto. Cela dit, il faudra prendre son mal en patience pour pouvoir le ré-admirer de près, puisque le bâtiment principal du temple est en rénovation jusqu'en 2026 (mais vous pouvez toutefois accéder à l’intérieur du bâtiment).

Le temple enryakuji, sur le Mont Hiei

Le temple enryakuji, sur le Mont Hiei

  • Le temple Yakushiji (Nara)

Le temple Yakushiji est l'un des plus vieux temples en bois du Japon. Construit au VIIe siècle par l'empereur Tenmu pour implorer les dieux de guérir sa femme malade, c'est un lieu chargé d'histoire très visité sur l'archipel. Malheureusement, bien qu'il soit encore possible de le visiter, sa pagode à l'est restera fermée au public jusqu'en juin 2020.

À lire : Le temple Yakushi-ji


  • Le temple Kofukuji (Nara)

Composé de plus de 150 bâtiments, le temple Kofukuji est l'un des lieux de culte les plus importants de Nara. Et certainement aussi l'un dont les rénovations durent le plus longtemps, puisque ces dernières ont commencé en 1998 !

Aujourd'hui, la plupart des bâtiments sont ré-ouverts au public. Cela dit, des travaux ici et là sont envisagés jusqu'en 2023.

Voir aussi : Kofukuji

Kofukuji à Nara

Kofukuji à Nara

CHUGOKU

  • Le sanctuaire Itsukushima de Miyajima

Le grand torii du sanctuaire Itsukushima de Miyajima est l'un des lieux les plus reconnaissables de l'archipel. Mais sa localisation dans la mer de la baie d’Hiroshima le rend aussi très fragile car la base de ses piliers s'érode avec les marées.

Les travaux de rénovation du célèbre torii de Miyajima ont commencé en juin 2019. Pendant ces travaux, la porte torii rouge est recouverte d'un échafaudage. Elle le restera jusqu'à la fin des travaux, prévus en août 2020.

À lire : Le sanctuaire d'Itsukushima

Torii du sanctuaire d'Itsukushima

Torii du sanctuaire d'Itsukushima, sur l'île de Miyajima, en face de Hiroshima.

Le Torii du sanctuaire d'Itsukushima à Miyajima est en travaux.

Le Torii du sanctuaire d'Itsukushima à Miyajima est en travaux.

KYUSHU

  • Le château de Kumamoto

Suite au tremblement de terre de 2016, le château de Kumamoto a subi de nombreux dégâts : tuiles en moins, structure ravagée, écroulement des enceintes du château, ce mastodonte du XVe siècle devait subir d'importantes rénovations.

Bien que l'intérieur du château soit fermé au public, les visiteurs peuvent quand même admirer la forteresse depuis l'extérieur. Un supplice touristique qui prendra fin en 2021, malgré la prolongation des travaux qui vont s'étaler sur une vingtaine d'année.

Voir aussi : La rénovation du château de Kumamoto

Château de Kumamoto

Château de Kumamoto

  • Téléphérique sur le Mont Aso

Après le tremblement de terre de 2016, le téléphérique menant au cratère volcanique du Mont Aso a été arrêté et il le sera jusqu'à nouvel ordre. En attendant, un service de bus à été mis en place pour permettre aux visiteurs d'aller visiter le cratère (aller-retour pour 1 200 yens), réouvert au public.

  • Le sanctuaire Aso

Au cours du séisme du 16 avril 2016, plusieurs bâtiments principaux du sanctuaire se sont effondrés ou ont subi de graves dommages et ont dû être détruits pour des raisons de sécurité. Parmi ceux-ci, la salle des offrandes Haiden et la porte Romon se sont effondrées.

Les experts estiment qu'il faudra environ 5 à 10 années supplémentaires pour que les travaux de restauration du sanctuaire soient complétés.

À lire : Le Mont Aso

SHIKOKU

  • Le Dôgo Onsen de Matsuyama

L'un des plus anciens onsen du Japon est en travaux depuis janvier 2019 et des rénovations sur ses bains et ses bâtiments sont prévues jusqu'en 2026.

Pendant la première phase des travaux de rénovation, deux petites salles de bains au premier étage resteront ouvert aux visiteurs, tandis que le reste du bâtiment, y compris les aires de repos des deuxième et troisième étages, sera fermé. Certaines parties du bâtiment seront alors recouvertes d’échafaudages. Cependant, certaines façades de l'édifice seront volontairement laissés libres d'échafaudages afin de réduire l'impact sur le tourisme.

Découvrez : Le Dôgo Onsen, une source millénaire

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs