Musées & galeries

Les Japonais aiment les musées et les galeries. L’art s’apparente à une méditation contemplative partagée et partageuse. Des plus prestigieux au plus insolites, ils se comptent par centaines.

Fièvre muséale

Malgré un long hiver économique, allant de l’éclatement de la bulle financière en 1991 à la tragédie du 11 mars 2011, qui entraîna d’importantes coupes budgétaires, pas une saison sans l’inauguration d’un musée à l’architecture novatrice et audacieuse, d’un nouveau lieu présentant des œuvres contemporaines ou des pièces d’arts populaires représentant l’esprit mingei. Dans cette dynamique, une exception confirme la règle : le musée Suntory à Osaka, dessinée par l’architecte ANDO Tadao, qui ferma ses portes le 26 décembre 2010.

Au Japon, les expositions marquantes sont financées par les grands titres de la presse japonaise et non par un ministère de la Culture. Par-delà les institutions et les musées nationaux, préfectures, municipalités, fondations privées, collectionneurs et généreux mécènes se dament le pion pour susciter un désir d’exposer les splendeurs d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.