Aomori   青森

Date de publication :

Nebuta Matsuri

Le château de Hirosaki à Aomori.

Le château de Hirosaki à Aomori.

Le Aomori Bay Bridge et le Hakkoda Maru

Maison traditionnelle Jômon du site archéologique Sannai Murayama

lac Towada (十和田湖)

Le port Aomori, la nuit

Le port Aomori, la nuit

Bienvenue dans le Nord

Et si vous dirigiez votre regard vers le nord du Japon ? Le Tôhoku – nord-est de l’île principale de Honshû – offre des trésors naturels et culturels. Parmi ces joyaux se trouve à la pointe nord de l’île la ville d’Aomori, capitale de la préfecture éponyme. Bonne nouvelle, le Shinkansen la relie à Tokyo.

Vaste nature, paysages à couper le souffle : la grande région septentrionale d'Aomori vaut le détour. 

Mangez des pommes !

Certes, il peut y faire très froid, avec des records de précipitations de neige en hiver. Mais c’est un climat bien moins chaud et étouffant qui vous y attend l’été. Pensez-y ! A Aomori, on cultive majoritairement la pomme. C’est une sorte de Normandie nippone, en somme. Forcément, la région propose toutes sortes de spécialités culinaires à base de pomme : jus de pomme chaud, mousse à la pomme et tartes aux pommes.

Les bons plans à Aomori

Qu’on se le dise, Aomori n’est pas, au premier regard, la plus belle ville du Japon. Durement touchée durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut reconstruite dans un souci d’efficacité, en négligeant comme trop souvent l’esthétique et l’harmonie.

Néanmoins, la ville se rattrape en proposant une riche gastronomie, une culture propre à la région et de nombreux spots culturels. Visitez le Aomori Museum of Art, ouvert en 2006. Son architecture mérite le détour. Tout près du musée se trouve le Sannai Murayama, un site archéologique majeur proposant d’observer les vestiges d’un village de la civilisation de la période Jômon (15 000 à environ 300 av. J.C.). Près de 800 habitations sont mises à jour sur ce site, qui vous expliquera tout de ces chasseurs-cueilleurs, ancêtres des Japonais contemporains. Incontournable pour tous les férus d’Histoire.

Ces dernières années, la ville a réhabilité ses berges qui offrent à présent de très belles balades. On se sent tout petit face au Aomori Bay Bridge, le pont à haubans surplombant la baie. Visitez le Hakkoda Maru, un ancien ferry qui faisait le trajet entre Aomori et Hakodate de 1964 à 1988 ; et baladez-vous dans cette étrange pyramide qui accueille l’office du tourisme de la préfecture, l’ASPAM. Sa plateforme au 12e étage offre un très beau panorama.

Mais s’il ne fallait retenir qu’une seule et unique chose de cette ville, ce serait le Nebuta matsuri, festival traditionnel. Organisé 2 au 7 août, il attire plus de 3 millions de personnes chaque année au défilé de chars appelés Nebuta. Ces derniers représentent des personnages ou scènes historiques mais aussi des fleurs ou des animaux. Ils sont fabriqués en papier tendu sur des structures en bambou et en bois (ou fil de fer). Lumineux et très colorés, les chars peuvent faire jusqu’à 9 mètres de largeur, 7 mètres de longueur, et 5 mètres de hauteur !

Les alentours

Visiter la ville d’Aomori, c’est aussi découvrir ses alentours.

Au sud de la ville se trouve le Mont Hakkôda, paradis des skieurs, et tristement célèbre pour la disparition de 199 soldats en 1902 lors d’une tempête. Cet évènement a été immortalisé en 1977 par le film Mont Hakkoda de Shirô Moritani.

Vous aimez la montagne ? Alors partez pour la péninsule de Shimokita au nord-est et osez grimper le mont Osore, réputé chez la Japonais pour être la porte des Enfers !

Vous êtes plutôt sources naturelles d’eau chaude ? Alors rendez-vous sans plus tarder à l’Asamushi onsen au nord-ouest de la ville.

Enfin, songez à vous rendre au lac Towada à cheval entre la préfecture d’Aomori et celle d’Akita. Ce lac de cratère est une véritable merveille naturelle.