Le musée d’art d’Aomori   青森県立美術館

Date de publication :
aomori-museum

La façade du musée à la nuit tombée

chemin-aomori-museum

Chemin vers le site archéologique Sannai Maruyama depuis la passerelle

aomori-museum-tree

Le logo du musée d'art d'Aomori

Un musée qui a du chien

Ouvert en 2006, le musée d’art d’Aomori est profondément enraciné sur son territoire. Conservant à la fois des œuvres d’artistes originaires de la préfecture et de grands artistes internationaux, il met en exergue la culture locale et officie à son rayonnement au-delà de l’archipel.

aomori-museum-dog

Le gigantesque chien de Yoshitomo Nara

Aomori passionnément

Réalisation de l’architecte Jun Aoki, le musée d’art d’Aomori est profondément attaché à son histoire et sa culture. Son architecture s’inspire du site de fouilles archéologiques Sannai Maruyama, vestige de l’ère Jōmon (15 000-3 000 ans avant J.-C.) situé juste à côté du musée. Un chemin d’accès menant au site historique passe d’ailleurs devant le musée. 

Lire : Le quartier d'Omotesando

Ce chemin comme une grande incision dans le sol est encadré par de larges blocs de béton et plonge sous une passerelle. La référence au site de l’époque Jōmon se poursuit dans la conception même de l’édifice. Les deux niveaux en sous-sol découpés de façon géométrique sont un rappel des tranchées réalisées lors de fouilles archéologiques. L’élévation du musée est une série de grands cubes blancs comme posés sur l’herbe. À l’intérieur, l’architecte a combiné de vastes espaces entièrement blancs à des espaces aux murs et sols bruns rappelant la terre et l’histoire d’Aomori.

Origine : Aomori

Originaire de la préfecture d’Aomori, Yoshitomo Nara réalise des peintures et des sculptures tout à la fois naïves et inquiétantes. Dans un style épuré et énigmatique, ses figures enfantines, aux larges visages poupons, arborent souvent armes ou slogans transgressifs et transpercent le spectateur de leur regard méfiant. Le musée présente des peintures et un ensemble de plus de 120 dessins représentatifs de ses débuts. 

Lire aussi : Naoshima, l'art dans la nature

La pièce exposée la plus impressionnante est sans nul doute son "Aomori-ken" ; un gigantesque chien blanc de plus de 8,5 mètres de hauteur. Situé dans une niche à ciel ouvert à l’arrière du musée, le brave canin regarde d’un œil bienveillant les visiteurs qui s’amassent à ses pattes. Vous pourrez repartir avec un souvenir du brave toutou de Nara si vous passez par la boutique ; le motif étant très largement décliné sur toute sorte d’objets et goodies. D’autres artistes nés dans la préfecture tels que Shiko Munakata, Tetsumi Kudo, Shuji Terayama et Toru Narita sont également mis à l’honneur dans différentes salles.

Le ballet de Chagall

L’autre point d’orgue de la visite est une magnifique peinture murale réalisée par Marc Chagall (1887-1985) pour le ballet Aleko. L’artiste d’origine russe réalisa en effet en 1942 les costumes et les décors du ballet inspiré d’un poème de Pouchkine. Le musée conserve trois panneaux sur les quatre d’origine. Mesurant chacun 9 mètres de haut et 15 mètres de large, ils sont présentés dans une salle dédiée nommée "Hall Aleko".

À lire : Le musée d'art Adachi

Une forêt bleue

La forte identité revendiquée par le musée ne se résume pas uniquement à ses collections célébrant la préfecture. Aomori (青森) signifiant "forêt bleue", le musée s’est doté d’un petit arbre bleu comme emblème. À la nuit tombée, la façade ainsi parée arbore fièrement de petites "forêt bleues".


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs