La cérémonie Omizu-okuri   若狭神宮寺のお水送り

Date de publication :
La cérémonie d'Omizuokuri,  Obama

La cérémonie d'Omizuokuri, Obama

La terrasse du temple Jinguji à Obama

La terrasse du temple Jinguji à Obama

Le temple Jinguji à Obama

Le temple Jinguji à Obama

L’envoi de l’eau sacrée

Chaque 2 mars, dans la ville d’Obama, a lieu une étrange cérémonie nommée Omizu-okuri, littéralement "l’envoi de l’eau". 

Omizu-okuri ("l’envoi de l’eau), ce nom résonne comme celui d’Omizu-tori ("prendre l’eau"), la célèbre cérémonie qui a lieu au temple Todai-ji  de Nara et  qui attire les foules venues de tout le Japon. 

Une légende plus que millénaire

Omizu-okuri, est beaucoup moins connu mais pourtant, tout a commencé à Obama, dans l’ancienne région de Wakasa (à l’Ouest de l’actuelle préfecture de Fukui). En ce deuxième jour du troisième mois  de l’an 752, tous les kami (divinités shintô) de l’archipel s’étaient réunis pour la réception du Shuni-e, donnée en l’honneur de Kannon, le bodhisattva de la compassion (souvent appelé la déesse de la compassion) du temple Todai-ji à Nara. Tous sauf un, le dieu Onyu Miyojin qui, parti à la pêche, arriva fort en retard à la fête. Afin d’apaiser le courroux des autres divinités et de se faire pardonner, Onyu Miyo-jin promit de faire envoyer chaque année de l’eau parfumée (kozui) à la déesse Kannon du temple Todai-ji. Aussitôt dit, aussitôt fait : à peine ces paroles prononcées que deux cormorans, un blanc et un noir, s’envolèrent d’un rocher d’où jaillit de l’eau. 

Il est dit que, depuis ce jour, dans la nuit du 12 au 13 mars, le jour  de la "réception de l’eau" à Nara, de l’eau venue tout droit d'Obama jaillit du puits secret situé sous le bâtiment Nigatsudo du temple Todai-ji. Ainsi, à Obama, tous les 2 mars, depuis 1265 ans sans interruption, même pendant la Seconde Guerre Mondiale, des moines bouddhistes et des prêtres shintoïstes se chargent de "l’envoi de l’eau" lors de l’étrange cérémonie d’Omizu-okuri qui commence au temple Jingu-ji.

À lire :Le village d'Obama

D'eau et de feu 

Tout comme à Nara, la cérémonie d’Omizu-okuri commence par le feu, considéré comme sacré et comme protecteur de l’eau. De la terrasse du Jingu-ji, des moines "purifient" la foule à l’aide d’immenses torches dont ils se serviront pour allumer un grand bûcher. C’est alors que des milliers de participants y jettent leurs petites torches avant d’en reprendre d’autres et d’entamer un long défilé. Plongée dans l’obscurité, la route qui mène du Jingu-ji au petit sanctuaire shintô près de la rivière, d’où sera envoyée l’eau, est bientôt éclairée par la lueur des flambeaux. Une longue procession, appelée dattan, est menée par les yamabushi (ascètes de la montagne) vêtus d’une tunique blanche ornée de six pompons colorés,  suivis de six moines et de musiciens. Vêtus également en blanc, ils accompagnent  le défilé du son de leurs conques. 

Lire aussi : Le mont Haguro, pays des ermites

Suivent également les porteurs d’eau sacrée et deux énormes flambeaux d’environ 7 mètres de long, portées par d’autres yamabushi coiffés d’une cagoule blanche. Enfin, les quelque milliers (entre 2 000 à 4 000, selon les années) de participants terminent la marche un petite torche à la main. Des braseros sont installés le long de la route pour permettre de rallumer celles qui s’éteignent en chemin. Deux kilomètres plus loin, cette étrange procession arrive au sanctuaire où les yamabushi vont chanter et réciter des prières autour d’un immense bûcher censé protéger "l’eau sacrée".

Voir : La cérémonie Daikoku To-e

Puis, l’un derrière l’autre, les religieux traversent un petit pont afin d’atteindre l’autre côté de la rivière Onyu. Dans une ambiance fantasque, seule la lueur des torches éclairant la rivière et ces hommes en blanc, le prêtre du sanctuaire chassera les mauvais esprits à coups de sabre et un moine lira le texte sacré d'Omizu-okuri. Après les incantations d’usage, "l’eau parfumée" sera jetée dans la rivière.

Dix jours plus tard, au temple Todai-ji de Nara, des moines -loin des regards profanes- recueilleront l’eau sacrée envoyée d’Obama pour l’offrir à Kannon la miséricordieuse.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs