Ono, cité de l'eau   大野市

Date de publication :
Le village des épinoches

Le village des épinoches

L'eau de source d'Ono

L'eau de source d'Ono

Source d'Ono

Source d'Ono

Puits d'harmonie

Ville de l'ancienne province d'Echizen dans la préfecture de Fukui, Ono a bâti son histoire et sa culture autour des ressources naturelles abondantes dont elle bénéficie, et notamment de sa nappe phréatique.

L'étang Karikomi

L'étang Karikomi

La valorisation des ressources aquatiques

La ravissante ville d’Ono fut édifiée par Kanamori Nagachika en 1576 sur le modèle de Kyoto, ce qui lui vaut le surnom de "petite Kyoto du Hokuriku". Comme perdue au milieu des montagnes, elle constituait à cette époque un point stratégique de la route du Minokaido qui reliait les provinces d’Echizen et de Mino. 

Voir : Echizen, berceau du papier washi

Les habitants d'Ono se feront un plaisir de vous accueillir dans cette petite ville chargée d’histoire, entourée de montagnes attrayantes et qui a su exploiter les bienfaits de son exceptionnelle réserve d’eau pour continuer à prospérer. La ville d’Echizen-Ono se caractérise en effet par sa nappe phréatique abondante et ce n’est pas un hasard si l’on décida de bâtir, il y a plus de 4 siècles de là, la capitale du seigneur Kanamori Nagachika dans cette plaine humide où jaillissent en quantité de nombreuses sources naturelles. Le centre-ville a été conçu dès sa construction au XVIè siècle avec un système complet d’approvisionnement et d’évacuation d’eau. Ce réseau de puits et de canaux de drainage est toujours utilisé par les habitants pour leurs besoins quotidiens et son taux de rendement de distribution reste de 20%. La plupart des ménages consomment de l’eau venant directement de la nappe au point que la gratuité de l’eau relève d’une évidence pour les locaux. 70% des ménages possèdent leur propre puits (soit 8 163 puits privatifs) et aujourd’hui encore, il est courant de forer un puits lors de la construction d’une nouvelle maison, ce qui constitue un cas unique au Japon. L’eau est donc un élément essentiel, qui fait partie du quotidien des habitants et qui a joué un rôle crucial dans l’histoire et la culture de la ville, dans des secteurs comme l’agriculture, la gastronomie, l’industrie et l’urbanisme.


Sources pures

Au cours de votre promenade, vous pourrez profiter de nombreuses sources alimentées par les montagnes environnantes pour vous rafraichir et vous hydrater. Avec un peu de chance, vous allez apercevoir des épinoches nager dans l’eau claire et limpide de la source du Hongan, près de la tombe du seigneur Asakura Yoshikage, et peut-être même dans la rivière Shinbori, au sud de la colline Kameyama. Ce petit poisson d’eau douce à trois épines, particulièrement affectionné par les locaux, est une espèce protégée dans la ville. Vous pouvez d’ailleurs les observer et en apprendre davantage sur eux au village des épinoches près de la source du Hongan.

Les épinoches, de petits poissons

Les épinoches, de petits poissons

  • La source O-Shozu

C'est la source la plus réputée de la ville d’Ono et nombreux sont les Japonais qui viennent de loin pour pouvoir s’y ressourcer. Elle se trouve dans le quartier Izumi-chô, juste à l’est de la colline Kameyama et non loin des rues bordées de résidences de guerriers de l’époque Edo. Son eau servait à l’origine à laver le riz des repas du souverain de la ville, si bien qu’on la nommait respectueusement "Eau pure" O-Shozu ou "Eau pure du Seigneur" Tono-sama Shozu.

Les samouraïs de l’époque l’utilisaient avec une discipline stricte : il fallait toujours la garder propre et puiser dans l’ordre l’eau pour la consommation en amont, rafraîchir les fruits à un endroit précis, laver les légumes à un autre... C’est aussi l’endroit idéal pour rencontrer ses voisins et tenir des conversations. Un bain de pied dans la source O-Shozu sera parfait pour vous rafraîchir l’été et vous réchauffer l’hiver. La source O-Shozu est inscrite depuis 1985 sur la liste des 100 eaux célèbres du Japon du Ministère de l’Environnement japonais.


Informations pratiques :

Adresse : 5-4 Izumicho, Ono-shi, Fukui-ken 912-0086
Téléphone : +81 (0)779-66-1111 

Source du Hongan

Source du Hongan

La source du Hongan

La source du Hongan

Source O-shozu

Source O-shozu

L'eau des sources est utilisée pour laver les fruits et légumes

L'eau des sources est utilisée pour laver les fruits et légumes

  • La source du Hongan

Kanamori Nagachika aménage peu après sa domination sur la plaine un canal d’irrigation pour conduire l’eau en centre-ville d’une source particulièrement abondante, située au sud de l’agglomération. Certains racontent qu’on la nomme Hongan car il y avait autrefois un temple de la branche Hongan-ji au bord de la source. L’eau du Hongan a longtemps été utilisée pour les besoins quotidiens et contre les incendies. La source fait elle aussi partie de la liste des 100 eaux célèbres du Japon

En 1934, elle fut également reconnue patrimoine biologique d’importance nationale pour pour être l’habitat des épinoches le plus austral du Japon. Les autorités locales remettent en valeur ces petits poissons d’eau douce en tant qu’espèce patrimoniale de la ville en construisant en 2001 le musée du « petit village des épinoches » juste à côté de la source. L’établissement a pour but de préserver et de transmettre aux plus jeunes l'importance des ressources aquatiques de la ville d’Ono. Il comprend un aquarium, une exposition sur l’eau dans la culture populaire et propose des ateliers pédagogiques pour les enfants.

Il n’est pas rare d’aperccevoir quelques enfants s’amuser à pêcher des écrevisses dans l’étang du parc. D’origine américaine, ces écrevisses menacent de détruire l’écosystème local en se nourrissant des oeufs des épinoches et leur pêche est fortement encouragée par les autorités.


Informations pratiques :

Adresse : 8-44 Itoyocho, Ono-shi, Fukui-ken 912-0054
Téléphone : +81 (0)779-65-5104
Horaires : fermé le lundi et jours fériés
Tarifs : adulte 200 yens, enfant 50 yens


Lire : Les 5 plus beaux aquariums du Japon


Eau bénite 

Au bout d'une majestueuse allée de cyprès, le sanctuaire Shinokura fondé en 717, mérite le détour pour les nombreuses sources qu’il abrite. Il célèbre la divinité Okuninushi no mikoto, une figure centrale de la mythologie japonaise. La légende raconte qu’Okuninushi no mikoto aurait fait jaillir la source sacrée de l’étang Benten qui se trouve juste derrière le pavillon de prière. L’eau de cette source est notamment connue pour guérir des maladies oculaires, si bien qu’on la surnomme "Remède pour les yeux de Shinokura" et que des gens viennent de loin pour la boire. 

Source du sanctuaire Shinokura

Source du sanctuaire Shinokura

À l’époque d’Heian, un petit sanctuaire dédié à Benzaiten, déesse qui dans le bouddhisme populaire japonais prodige la richesse, fut déplacé juste au berge de l’étang. Pendant la sécheresse de l’époque d’Edo, les villageois des hameaux du nord de la ville se déplaçaient jusqu’au sanctuaire pour prier en exécutant la danse de la pluie.


Pour aller plus loin : 5 légendes japonaises célèbres


Pour les plus curieux d’entre vous, le sanctuaire Shinokura propose à ses visiteurs des tours guidés de 3h avec une introduction à la religion shinto (tablettes votives, amulettes...), la possibilité d’assister à une cérémonie en portant les tenues traditionnels des prêtres (kannushi) et prêtresses shinto (miko). 


Informations pratiques :

Adresse : 42-5 Shinokura, Ono-shi, Fukui-ken 912-0061
Téléphone : +31 (0)779-66-1111
Tarifs : visite gratuite, cours interactifs 
sur le shinto 1 500 yens (12€), location des vêtements religieux 4 500 yens (35€), réservation par mail au minimum 3 jours avant (cafe.namecameono@gmail.com)


L'eau dans l'agroalimentaire

Parmi les spécialités les plus connues de la région, on trouve le riz, le taro, et le champignon maitake. Mais la ville compte plusieurs anciens commerces spécialisés dans les aliments fermentés tels que la sauce soja, le miso, le saké ou le vinaigre témoins d’une longue culture de techniques de brassage et de fermentation à Ono. 

Les sakés d'Ono

Les sakés d'Ono

On produit quatre sortes de saké différents dans la région d’Ono. Le Hanagaki, un saké doux produit par la brasserie Nanbu, est sans doute le plus connu des quatre, il commence même à s’exporter à l’étranger. Il est possible de visiter les quatre brasseries : Nanbu, Uno, Manazuru et Genpei ainsi que de faire des dégustations. Pour tous ceux qui s’intéressent à ce breuvage japonais, c’est l’opportunité de discuter directement avec des brasseurs et d’en apprendre davantage sur ses processus de fabrication.


À lire : Le saké

Le magasin de sauce soja Nomura, fondé pendant l’ère Meiji, est le plus ancien commerce spécialisé dans les produits fermentés d’Ono. Il fabrique encore de nos jours des pâtes de soja fermenté ainsi que des sauces soja à fermentation 100% naturelle en utilisant la délicieuse eau de source de la ville d’Ono.

En plus d’une visite et d’une dégustation des différents types de sauces, la boutique Nomura propose à ses visiteurs de fabriquer leur propre sauce soja, du mélange des ingrédients à la mise en bouteille en passant par les étapes de pressurage et de filtrage. Vous pouvez aussi personnaliser votre bouteille par des dessins. Ne manquez pas l’occasion de découvrir une des techniques de fermentation les plus ancestrales du Japon à travers cette expérience unique en son genre.


Informations pratiques :

Adresse : 野村醤油 NOMURA SHÔYU, 10-1, Hiyoshi-chô, Ono.
Téléphone : +81 (0)779-66-2072
Horaires : de 8h à 19h, fermeture au nouvel-an
Site Web
Tarifs : pour fabriquer 150 ml de sauce soja, 1 000 yens (8€) par personne, durée 1h, à partir de 6 ans, groupe de 2 à 15 personnes. Réservation deux jours à l’avance.
 


À visiter : Le château d'Ono

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs