Visiter une fabrique de couteaux japonais

Date de publication :

Le savoir-faire et l'artisanat de la coutellerie japonaise

La ville Takefu dans la région d’Echizen est spécialisée dans la fabrique de couteaux et autres outils en acier. Petite visite qui permet de remonter dans le temps. 

Il y a des régions qui sont davantage marquées que d’autres par l’artisanat. Echizen, dans la préfecture de Fukui, est un parfait exemple. En plus d'être le berceau du papier Washi, la province est aussi spécialisée dans la fabrication couteaux, comme le prouve le village coutelier de Takefu.

Tout commence en 1337, lorsque Kuniyasu Chiyozuru, maître forgeron de Kyoto, commence à fabriquer des épées, mais aussi des faucilles pour les agriculteurs. Quelques locaux ont alors cherché à apprendre les techniques de fabrication pour se lancer eux-mêmes dans la confection de haches et autres outils agricoles à lames.

Un savoir-faire reconnu

Le site de Takefu s’est alors spécialisé dans cet artisanat, au point de devenir, au milieu du XIXe siècle, la ville qui vendait le plus de faucilles dans tout le Japon. Peu à peu, la gamme de produits fabriqués à Takefu s’est étendue, afin de répondre au besoin courant des Japonais, notamment en matière de couteaux de cuisine ou d’outils de jardin. C'est comme cela que les ouvrages de Takefu furent reconnus comme artisanat traditionnel en 1979, une première pour des outils à lame au Japon.

Ce village coutelier de Takefu permet donc au visiteur d’en savoir davantage sur l’histoire des couteaux et autres outils à lame de la région. Le musée, très bien documenté, alterne entre textes de présentation, vidéos et exposition de pièces. Il est possible de découvrir toutes les diverses gammes de couteaux de cuisine et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est impressionnant !

Voir aussi : 10 ustensiles de cuisine japonaise

Voir les artisans au travail

La visite se poursuit ensuite par l’observation des forgerons au travail, grâce à une balustrade située au-dessus de leur poste de travail. On y constate que les lames forgées d’Echizen sont travaillées à la main, en battant l’acier chauffé avec un marteau. Fidèles au processus de forgeage traditionnel Mawashi Kozuke, les artisans laminent et martèlent la ferrite et l’acier dans un flan en forme de losange.

Si vous avez la chance de découvrir Takefu en début d’année, ne loupez pas la cérémonie traditionnelle du jour de l’an. Chaque 1er janvier, les forgerons vêtus de vêtements blancs et de coiffes noires effectuent un premier forgeage, rite ancestral qui est censé apporté de la sécurité sur le site durant l’année entière.

Fabriquer son propre couteau

Enfin, il est également possible de s’essayer à la fabrication de son propre couteau de cuisine, coupe-papier ou encore porte clé. Pour les plus passionnés, il existe un stage de deux jours, soit 12 heures de travail, où l’on forge soi-même l’acier avant de le transformer en couteau. De quoi ramener de beaux souvenirs chez soi une fois le voyage terminé !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs