Dazaifu Tenman-gû   太宰府天満宮

Date de publication :

Le sanctuaire du poète

A 30 minutes de Fukuoka, la petite ville de Dazaifu est célèbre pour son sanctuaire, consacré à la divine figure de la littérature et des examens : le poète Tenjin.

Parmi les nombreux sanctuaires nippons dédiés à l’homme de lettres Sugawara no Michizane - Tenjin de son nom divin - le Tenman-gû de Dazaifu a une importance toute particulière : c’est ici que gît le célèbre poète.

Sous les auspices de Michizane

Rite purificateur avant de pénétrer le cœur du sanctuaire, on démarre la visite en traversant l'étang Shinji-ike grâce au Taikobashi, un pont divisé en trois parties symbolisant respectivement le passé, le présent et l'avenir...

...Avant d’arriver dans le saint des saints : le honden, le pavillon principal de tout sanctuaire shintoïste. Érigé en 905, celui de Dazaifu a été reconverti à la fin du XVIe siècle dans le flamboyant style Momoyama, tout en dorures et en vermillon.

Ne soyez pas surpris d’y croiser des étudiants japonais en quête de réussite, inquiets à l’approche des examens : ils viennent prier pour leur succès, et inscrire leurs vœux sur les ema - plaques de bois porte-bonheur - du sanctuaire.

Trésors et pruniers

Dans l'enceinte du sanctuaire, le musée du Dazaifu Tenman-gû (1928) renferme une grande collection d'objets d'arts dont quelques uns figurent comme trésors nationaux ou biens culturels importants de différentes périodes. Sabres Tachi (pour cavaliers, à la lame courbée), supports peints de l'époque Muromachi...

Ce sont des pruniers qui ont fait la célébrité du Tenman-gû de Dazaifu, pruniers dont les fleurs étaient autrefois admirées comme le sont aujourd’hui celles des cerisiers. Quelque 6000 d’entre eux sont plantés dans le sanctuaire. Et devant le honden trône fièrement le Tobiume, ou “prunier volant” : envoyé en exil par le clan Fujiwara à Dazaifu, Michizane n’avait pu se résoudre à partir sans son prunier fétiche, dit la légende. 

Le Tobiume se serait donc déplacé dans les airs, de Kyoto à Dazaifu, pour accompagner le poète dans son malheur.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs