Okinoshima   沖ノ島

Date de publication :
L'île d'Okinoshima (préfecture de Fukuoka, Kyushu) vue depuis la mer

L'île d'Okinoshima (préfecture de Fukuoka, Kyushu) vue depuis la mer

Objets rituels utilisés lors des cérémonies entre le 4e et 9e siècle, sur l'île d'Okinoshima

Objets rituels utilisés lors des cérémonies entre le 4e et 9e siècle, sur l'île d'Okinoshima

Le temple Okimitsu-ya sur l'île d'Okinoshima (préfecture de Fukuoka, Kyushu)

Le temple Okitsu-ya sur l'île d'Okinoshima (préfecture de Fukuoka, Kyushu)

Pour entrer sur l'île sacrée d'Okinoshima, même les prêtres du temple Munakata Taisha doivent se purifier au préalable

Pour entrer sur l'île sacrée d'Okinoshima, même les prêtres du temple Munakata Taisha doivent se purifier au préalable

Le temple Okitsu-miya Yohaisho, situé sur l'île d'Oshima, est le lieu où les fidèles vont prier pour Okinoshima, l'accès était restreint. L'île d'Oshima est accessible en ferry depuis la ville de Munakata

Le temple Okitsu-miya Yohaisho, situé sur l'île d'Oshima, est le lieu où les fidèles vont prier pour Okinoshima, l'accès était restreint. L'île d'Oshima est accessible en ferry depuis la ville de Munakata

Vue aérienne d'Okinonshima

Vue aérienne d'Okinonshima

L'île des déesses

Située entre l'archipel japonais et la péninsule coréenne, Okinoshima a fait l'objet des dévotions des habitants de la région de Munakata du IVe au IXe siècle. Depuis 2017, l'îlot est inscrit au patrimoine de l'UNESCO.

Terre sacrée rattachée à la municipalité de Munakata dans la préfecture de Fukuoka, Okinoshima est la propriété du temple Munakata Taisha.

Les trois déesses de Munakata

Okinoshima signifie "l'île habitée des dieux" (dans ce cas, des déesses). Les recherches ont révélé que les rituels étaient dédiés à la croyance en les trois déesses de Munakata. Dès le VIIe siècle, les cultes d'Okinoshima ont été élargis aux temples Nakatsu-miya sur l'île d'Oshima et Hetsu-miya, sur l'île principale de Kyûshû. L'ensemble du Munakata Taisha compte ainsi trois temples dispersés à plusieurs endroits : Okitsu-miya (Okinoshima), Nakatsu-miya (Oshima) et Hetsu-miya (Kyûshû).

Lire Visiter Ise

Rituels des temps anciens

Du IVe et le IXe siècle, les habiants de la région de Munakata allaient prier à Okinoshima pour le succès des commerces faits entre le Japon et les pays environnants, ainsi que la sécurité lors des voyages en mer vers l'île de Kyûshû. Des recherches archéologiques exceptionnelles conduites dans les années 1950 ont révélé plus de 80 000 objets votifs destinés à des rituels religieux séculaires liés à la nature.

Lire aussi : Le shintoïsme 

Parmi ces offrandes similaires à des objets mortuaires, que l'on trouvait aussi dans les tombes, il a été découvert des miroirs de bronze, des épées et des perles. Cette combinaison d'objets, constituant les insignes royaux japonais, est représentative des offrandes rituelles d'usage pendant plusieurs siècles au Japon. D'après les divers objets et les endroits où ils ont été trouvés, il semble que les rituels d'Okinoshima se soient transformés au fil du temps. Les premières traces écrites des formes de rituels anciens n'apparaît qu'au VIIIe siècle au Japon ; ce qui confère au site sacré un statut de source essentielle d'informations concernant les croyances anciennes. 

Tradition religieuse

Lîle d'Okinoshima est très peu fréquentée, et pour cause : seuls les hommes sont autorisés à y pénétrer, et ce, un seul jour de l'année, lors du festival annuel du temple Munakata Taisha ! Le 27 mai, 200 hommes sont sélectionnés pour visiter le temple Okitsu-miya et vont prier pour apaiser les esprits des soldats Japonais et Russes, morts dans la bataille navale près de l'île en 1905. Le reste de l'année, seul un prêtre du temple Munakata Taisha réside sur Okinoshima. 

Découvrez aussi : Atsuta-jingu

Il existe plusieurs théories justifiant l'exclusion des femmes : certains disent que les déesses de l'île seraient jalouses si d'autres femmes foulaient cette terre, d'autres que le voyage maritime était trop éprouvant pour la gent féminine ou encore que les menstruations souilleraient la terre religieuse.

Nouveau patrimoine mondial 

En course depuis 2009 pour l'inscription au patrimoine de l'UNESCO, Okinoshima a réalisé son pari en 2017. Le statut de site reconnu n'a pas engagé de changements quant aux règles de fréquentation de l'île, comme avait prévenu Takayuki Ashizu, prêtre supérieur du temple Munakata Taisha. En effet, le but premier de cette participation était de développer la protection du site sacré. Il ajoute que "les gens ne devraient pas visiter un tel endroit juste par curiosité".

Pour aller plus loin : Le Japon à l'Unesco

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs