Le château de Fukuoka   福岡城

Date de publication :
Le château de Fukuoka

Le château de Fukuoka.

Le château de Fukuoka en avil

Le château de Fukuoka en avril.

Le château de pierre

Le jardin de Maizuru est le lieu idéal pour faire un hanami, pique-nique printanier. On y profite chaque année du magnifique spectacle qu'offrent les fleurs de cerisiers (sakura). Mais c'est aussi un lieu où se trouvent les ruines du château de Fukuoka.

Les efforts de Kuroda Nagamasa et de son fils, Kuroda Josui, lors de la bataille de Sekigahara en 1600 dans les rangs de Ieyasu Tokugawa leur ont permis de récupérer le fief de Chikuzen, l'actuelle préfecture de Fukuoka. Un fief d'une valeur 523 000 koku de riz (ancienne mesure), une récompense considérable pour l'époque.

Pourquoi "de Fukuoka" ?

Il est aujourd'hui clair pour les habitants de la ville que Fukuoka et Hakata sont - à quelques nuances près - les deux noms pour désigner la capitale de la préfecture.

La dénomination "Fukuoka", portée par le château puis la ville, est l'hommage qu'a souhaité rendre Kuroda Nagamasa à sa terre d'origine : la ville Fukuoka de la province de Bizen (aujourd'hui dans la préfecture d'Okayama). Il y a donc deux Fukuoka au Japon.

Pour rester dans la toponymie, le jardin du château, le jardin de maizuru doit son nom au fait que l'on peut apercevoir, depuis la baie de Hakata, la "grue qui danse" (maizuru 舞鶴 en japonais).

Enceinte et décor

À l'époque le château possédait une magnifique architecture, 10 portes d'accès et 47 tours bordés par des douves (devenues le parc de Ohori), qui prennaient directement leur source dans la mer. Le château comprend également d'imposants murs de pierre édifiés grâce au savoir-faire des maçons du château d'Osaka. D'où son surnom de sekijo 石城, "château de pierre".

Les visiteurs peuvent encore observer le Minamimaru (le donjon survivant du château) sur la tour et les impressionnants murs de pierre.

Depuis plusieurs années, l'histoire du château était pour les locaux, eux-même, méconnue. Grâce au taiga drama de l'année 2014, relatant la vie et l'histoire du daimyo (seigneur) Kuroda Kanbei, le prestige du château est remonté en flèche. Des travaux et des fouilles archéologiques sont aujourd'hui en pleine étude.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs