Musée des Arts Asiatiques   福岡アジア美術館

Date de publication :
"Couple sur un buffle", tableau de Saya Kha (fin XIXe, Birmanie) exposé au Musée d'Art Asiatique de Fukuoka.

"Couple sur un buffle", tableau de Saya Kha (fin XIXe, Birmanie) exposé au Musée d'Art Asiatique de Fukuoka.

La façade du Musée d'Art Asiatique de Fukuoka, dans le quartier de Kawabata.

La façade du Musée d'Art Asiatique de Fukuoka, dans le quartier de Kawabata.

Les voisins d'abord

Le FAAM est l'un des rares musées au monde - le seul ? - à se concentrer sur l'art contemporain asiatique. Une bien jolie collection issue de pays voisins (Birmanie, Inde, Malaisie...) trop souvent négligés.

Quoi de plus normal pour Fukuoka, la porte d'entrée des influences asiatiques dans l'Archipel, que de rendre hommage à ses voisins ? C'est à travers elle qu'hier ont été introduits les arts bouddhiques et le système d'écriture chinois, dans sa région que les potiers coréens ont livré leurs secrets et fait découvrir l'art de la porcelaine. Et c'est ici qu'aujourd'hui se dresse le Fukuoka Asian Art Museum, à deux pas de l'île Nakasu, entre Tenjin et Hakata.

Asie majeure

Le prix d'entée est presque symbolique (200 ¥) pour venir admirer les 2700 pièces que comptent ses collections (plusieurs centaines sont exposées de manière permanente et l'accrochage change 8 fois par an). Des pièces majeures ou plus anecdotiques de l'art moderne et contemporain (XIXe-XXe s.), issues de 22 pays le plus souvent absents des musées internationaux. L'occasion d'admirer des peintures mongoles, philippines ou birmanes, des photos de Singapour, des installations d'artistes cambodgiens. Le chinois Fang Lijun est sans doute le plus célèbre exposé au FAAM, mais l'ensemble des collections retient l'attention.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs