Le village de potiers d'Okawachiyama   大川内山

Date de publication :
Okawachiyama au moment des cerisiers en fleurs

Okawachiyama au moment des cerisiers en fleurs

Dans un atelier de poterie d'Okawachiyama

Dans un atelier de poterie d'Okawachiyama

Un vase en porcelaine sur le pont d'Okawachiyama

Un vase en porcelaine sur le pont d'Okawachiyama

Un berceau de la céramique

Outre Karatsu et Arita, un autre petit village a écrit ses lettres de noblesse dans l'histoire de la poterie japonaise. Okachiyama est devenu un arrêt obligé pour tous les curieux et passionnés de céramique.

Okawachiyama est un petit village de potiers situé dans la préfecture de Saga, entre Fukuoka et Nagasaki. Okawachiyama est à six kilomètres de sa ville de rattachement, Imari, une autre grande ville historique de la poterie. Les artisans accueillent même les visiteurs au sein de leur atelier pour découvrir dun peu plus près sa fabrication.

Voir aussi : Tokoname, la ville de céramique rouge

Aux origines

Le développement de l'industrie commerciale de la poterie japonaise trouve ses origines dans la première tentative des troupes japonaises d'annexer la Corée sous l'égide du célèbre général Toyotomi Hideyoshi lors des Guerres D'Imjin (1592-1598).

Même si plusieurs débats et théories s'opposent parmi les historiens, un consensus semble se dégager autour du fait que les pères de la poterie japonaise furent Coréens. On y retrouve notamment les noms de Yi Sam Pyong et celui de Ri Sampei, à l'origine de la découverte de l'argile blanche dite Kaolin, base de la fabrication de la porcelaine, en 1615 dans la région d'Arita.

Par la suite, ce savoir-faire sera honoré, développé et perfectionné au Japon et notamment autour du village d'Okawachiyama. La région deviendra un fleuron de l'industrie de la poterie. Toute la cour d'Edo (l'ancienne Tokyo) se précipitera pour acheter et vanter la qualité de la porcelaine de ce village. Le site était donc extrêmement surveillé afin d’éviter toute fuite concernant le procédé de création de cette porcelaine Nabeshima, quasi-exclusivement réservée aux hauts dignitaires du régime shogunal. Le village écopa même du surnom de “village secret des fours à céramique”. 

À lire : Choisir et acheter des céramiques au Japon

Faire connaître son savoir-faire

Le savoir-faire était donc transmis directement aux futurs porcelainiers, qui venaient étudier auprès des Coréens et avaient interdiction formelle d’aller répandre leur savoir plus loin que l’enceinte du villageAujourd’hui, seule une petite trentaine de porcelainiers officient encore à Okawachiyama. En ouvrant leurs ateliers au public, ils s’évertuent à faire rayonner leur savoir-faire et à mieux faire connaître leur porcelaine Nabeshima.

Le musée de la ville, gratuit et disposant de documentations en anglais, permet lui aussi d’en connaître un peu plus sur cet art, notamment en exposant quelques pièces anciennes. Véritables témoins de cette époque, il n’en reste aujourd’hui que très peu, la moindre pièce avec un défaut, aussi petit soit-il, était immédiatement jetée afin de ne pas risquer d’envoyer une création de basse qualité aux shoguns. Le musée expose également des pièces contemporaine et propose quelques expériences ludiques afin de différencier, entre autres, céramique et porcelaine.

Vue sur le joli village

Vue sur le joli village

Une visite pittoresque

Dés votre arrivée, le pont situé en face de l'arrêt de bus plante le décor : deux magnifiques vases en porcelaine ornent les rampes de la construction. Une carte du village en céramique guidera et conseillera votre visite. Vous pourrez ainsi au gré de votre balade sentir les vapeurs d'argile des fours de Kaolin (une vingtaine est encore en activité) et observer l’ingénierie des moulins à eau tout en faisant vos courses chez les boutiquiers du village qui regorgent de trésors et surprises.

Pour ne rien gâcher, ce pittoresque village, situé dans les montages, offre des paysages et une atmosphère typiques de la campagne de l'île de Kyushu. Avant de partir, n’hésitez pas à parcourir les allées du cimetière du village, on y trouve d’ailleurs une stèle érigée en l’honneur et en souvenir des artisans Coréens enlevés et installés à Okawachiyama. Un moyen de se souvenir pourquoi le village attire encore les visiteurs venus en apprendre davantage sur la porcelaine japonaise.

Pour aller plus loin : Top 10 des activités en plein air à Kyushu

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs