Hakone   箱根

Date de publication :

Les meilleurs onsen près de Tokyo

Entre le mont Fuji et la péninsule d’Izu, la touristique région de Hakone déploie avec charme l’éventail de ses sites naturels, de ses musées et de ses onsen… Hakone la montagneuse se découvre et se redécouvre, au gré d’une excursion, le temps d’un week-end, si près de Tokyo, si loin de son atmosphère frénétique.

Les musées à ne pas manquer à Hakone

Cela peut paraître incongru de fuir la ville pour retrouver la nature (et quelle nature) et d’aller ‘s’enfermer’ dans un musée mais, si vous passez plusieurs jours à Hakone et si vous êtes amateur.rice d’art, ne manquez pas les musées suivants : notre sélection parmi pas moins des 24 musées que comprend cette petite ville de montagne !

Sur le parcours "classique", celui présenté plus haut et qui est faisable grâce au Hakone Free Pass :

  • Chokoku no Mori, le Musée en plein air que nous avons mentionné plus haut et qui allie nature et art pour le plaisir des sens. Ligne Hakone Tôzan Densha, gare de Gora

  •  Le musée d’art Narukawa. On peut y admirer plus de 4 000 œuvres nihonga (peinture japonaise) du XXème siècle. Perché sur une colline,  le musée offre, par temps clair, une vue époustouflante  sur le mont Fuji.  À 3 petites minutes à pied du débarcadère de Motohakone-ko.

En dehors du circuit, mais accessibles en bus :

  • Le Musée d’art Pola  pour ses pièces impressionnistes et contemporaines et son bâtiment futuriste. Accessible en bus depuis la gare de Gora.

  • Le musée d'art Okada qui comprend une importante collection d’œuvres d'art japonaises, chinoises et coréennes datant du VIIIème siècle avant J.-C. à nos jours. Outre les chef-d’œuvre exposés, le musée est agrémenté d’un jardin de plus de 15 000 m2 abritant une maison traditionnelle transformée en maison de thé. Prendre le bus Izu Hakone ou Hakone Tozan jusqu'à l'arrêt Kowakien situé à 2 min à pied du musée

Lovée dans le Parc national de Fuji-Hakone-Izu, Hakone s’articule autour de son réseau de transports, attraction à lui tout seul. Hakone la circulaire défile, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, à contre-courant, en remontant d’abord vers le Nord. 

Un train scénique en montagne

Depuis la gare d’arrivée Hakone-Yumoto, on embarque donc à bord du Hakone Tôzan Densha, la première ligne de montagne du Japon, et l’une des plus abrupte du monde. En juin, la voie ferrée est bordée d’hortensias et à l’automne, érables et autres arbres flamboyants arrachent à leur tour des cris d’admiration aux voyageurs. Les amateurs d’art moderne et de nature descendront à l’avant-dernière gare de la ligne, Chokoku no Mori, pour une magnifique promenade à travers le musée en plein air (voir plus bas) où ils croiseront des œuvres d’Auguste Rodin, Pablo Picasso, Henry Moore, Nikki de Saint-Phalle  et de bien d’autres artistes de renom, japonais ou étrangers.

Arrivé en gare de Gôra, le terminus, on peut choisir de visiter le jardin Gôra-kôen  ou de continuer la visite en prenant le funiculaire qui grimpe jusqu’au mont  SôunzanDe là, c’est parti pour la montée en téléphérique. 

Voir le Mont Fuji depuis le lac Ashi

Les cabines grimpent et l’œuf arrive à Owakudani, site volcanique et halte potentielle pour une visite au milieu des fumées nauséabondes, pour une dégustation d’œufs noirs cuits à l’eau chargée de souffre. 

D’Owakudani, le téléphérique poursuit sa route, il descend cette fois (lorsqu’on vient de Gora), pour parvenir à Togendai, au nord du Lac Ashi, que des navettes ou des bateaux pirates touristiques traversent, laissant découvrir le torii vermillon du sanctuaire Hakone-jinja, brisant la surface immobile et avec elle le reflet de Fuji-san, son sommet enneigé, les images qu’il renvoie, de sa base à son sommet, des forêts aux nuages qui l’encapuchonnent. 

Promenades et randonnées en forêt

La pendule est presque remontée lorsque le navire s’arrête sur la rive Sud, du côté de Hakone-machi ou de Moto-Hakone, les deux bourgades bordant le lac. Entre les deux, on peut traverser la célèbre "allée des cèdres", chemin bordé de cèdres qui avaient été plantés à l’époque d'Edo (1603-1868), lorsque Hakone était une étape sur  la route du Tôkaidô

De l'autre côté du chemin, on peut visiter le point de contrôle reconstitué Sekisho Shiryôkan. En effet, pendant plusieurs siècles, l’entrée dans la capitale était rigoureusement contrôlée et le dernier poste de contrôle, et l’un des plus dangereux, était situé à Hakone. 

De Moto-Hakone on peut longer le lac jusqu’au torii du sanctuaire shinto Hakone-jinja. Avec ses pieds dans l'eau, ce portique est l'un des emblèmes de la ville et l'un des sites les plus populaires pour les instagramers du monde entier ! Il faudra ensuite grimper les séries de marches qui mènent à ce sanctuaire vieux de plus de mille ans. 

Après cette visite, peut-être sera-t-il temps de rejoindre votre ryokan ou de prendre le bus depuis Moto-Hakone pour rentrer à la gare de Hakone-Yumoto. 

Hakone et ses sources chaudes

Enfin, on ne peut évoquer Hakone sans mentionner ses multiples sources chaudes, onsen, connues des Japonais depuis des siècles. Elle n'en compte pas moins de 17 ! Quel bonheur de pouvoir s'y tremper après une journée de visite.

Hakone est la station thermale préférée des tokyoïtes qui s'y rendent régulièrement en weekend pour se ressourcer et se détendre loin de la foule de la capitale.

Ne manquez pas de lire nos articles sur ce sujet : Sources thermales & bains publics