L'observatoire d'Enoura   江之浦測候所

Date de publication :
enoura-observatory-stage2

L'observatoire d'Enoura d'Hiroshi Sugimoto est un nouveau complexe d'art

enoura-observatory-vue

Le cadre naturel est remarquable

scene-verre-enoura

La scène en verre semble flotter sur l'océan

scene-enoura-profil

Les visiteurs peuvent contempler les spectacles depuis le petit amphithéâtre en pierre

enoura-observatory-mur

Un nouveau complexe d'art à Odawara

Sous le soleil exactement

L'observatoire d'Enoura, le complexe artistique de la Fondation d'art Odawara, a ouvert ses portes en octobre 2017. Imaginé par l'artiste d'art contemporain Hiroshi Sugimoto, ce lieu d'art total offre une expérience sensorielle et spirituelle tout à fait unique. 

La fondation d'art Odawara

Promouvoir la culture et les arts japonais (théâtre, peinture, sculpture, musique) ; tel est l'objectif d'Hiroshi Sugimoto lorsqu'il créé la Fondation d'art Odawara en décembre 2009.

Né à Tokyo en 1948, Sugimoto bien qu'installé à New York depuis 1974 a fait le choix de la ville d'Odawara pour accueillir sa fondation et ses équipements. Une localisation qui ne doit rien au hasard. Un souvenir d'enfance de l'artiste protéiforme, reconnu internationalement pour ses photographies, projets architecturaux, sculptures, installations monumentales et productions théâtrales, est le point de départ de cette nouvelle aventure artistique qui l'occupe depuis maintenant 10 ans.

Sugimoto raconte ainsi à loisir pourquoi la baie de Sagami à Odawara revêt pour lui une place si particulière. Lors d'un trajet en train entre Atami et Odawara, il se souvient avoir été profondément marqué par l’apparition de l'Océan Pacifique comme ligne d'horizon à la sortie d'un tunnel. L'obscurité avait d'un coup fait place à un soleil radieux projetant ses reflets étincelants à la surface de l'eau. Cette beauté sans commune mesure lui fit alors prendre conscience de sa propre existence.

Une question existentielle

En inaugurant l'observatoire d'Enoura, Sugimoto compte bien transmettre l'essence de la culture japonaise à un public le plus large soit-il. Le vaste complexe est un centre culturel et artistique disposant entre autre de deux scènes de théâtre, de salles de conférences, d'une galerie d'art, d'une maison de thé ; chaque structure du site étant une œuvre à part entière. Mais il ne s'agit pas d'une énième institution proposant uniquement l'exposition de splendides objets de collection.

L'observatoire d'Enoura, œuvre d'art totale, est l'incarnation de la philosophie existentielle de Sugimoto. Les lieux invitent ainsi le visiteur à s'interroger sur le passage du temps et l'importance de la transmission aux générations futures. En employant des techniques de construction traditionnelles et des matériaux anciens (cèdre millénaire, réemploi des roches excavées lors de la construction), l'artiste sensibilise le visiteur à l'histoire de l'art passée.

Il invite ensuite chacun à profiter du moment présent en appréciant la beauté extraordinaire de la baie et de la vue panoramique offerte sur la péninsule de Boso et l'île d'Oshima. Non content de cela, il amène également le visiteur à se questionner sur l'interaction entre l'homme et la nature et le devenir des lieux dans les décennies à venir.

enoura-observatory-stage

La vue sur la baie de Sagami est à couper le souffle

Le règne de l'astre solaire

Parmi les équipements remarquables, citons la maison de thé Uchôten ou "écoute la pluie" qui est une réinterprétation parfaite de la maison de thé Taian à Kyoto, conçue par le maître de thé Sen no Rikyu (1522-1591). La seule entorse à la conception originale est le réemploi du toit en tôle d'une grange d'Odawara pour couvrir la maison de thé. Le bruit de la pluie tombant sur la tôle lui vaut son poétique patronyme. Mais la construction de la plupart des structures de l'observatoire a été en grande partie guidée par le mouvement annuel du soleil.

Hiroshi Sugimoto a accordé une place particulière aux équinoxes et aux solstices qui rythment le passage des saisons depuis la nuit des temps. Il a édifié deux galeries avec vue sur l'océan pour profiter pleinement des solstices : la galerie du culte du solstice d'été, une galerie en verre et en pierre de 100 mètres de long et le tunnel du solstice d'hiver, entièrement en métal et mesurant 70 mètres. Lors des solstices, les rayons du soleil pénètrent et illuminent les deux structures.

La scène de théâtre en verre optique adjacente au tunnel métallique reçoit elle-aussi les rayons du soleil le matin du solstice d'hiver et resplendit de lumière. De plus ce plateau en verre repose sur un cadre et des piliers en cyprès, dans le style architectural du kake-zukuri rendu célèbre par le temple Kiyomizu-dera à Kyoto.

Lors des représentations théâtrales, depuis l'amphithéâtre qui lui fait face, la scène semble flotter à la surface de la mer. Les équinoxes de printemps et d'automne sont célébrées par une seconde scène de  derrière laquelle le soleil se lève. Sur cette dernière, entièrement en pierre, les acteurs se produisent uniquement avant l'aube. L'expérience de visite variant selon l'emplacement de l'astre solaire, il ne tient qu'à vous de choisir la date idéale pour votre venue !

Pour aller plus loin : Le théâtre Nô, représentation subtile des émotions humaines

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs