Le Sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja   北口本宮冨士浅間神社

Date de publication :
Le grand torii du sanctuaire

Le grand torii du sanctuaire

planchette ema représentant la déesse de l'eau

planchette ema représentant la déesse de l'eau Kono Hana Sakuya Hime no Mikoto

Les eaux pures sortant de la gueule du dragon

Les eaux pures sortant de la gueule du dragon

Point de départ du chemin de l'ascension du mont Fuji

Point de départ du chemin de l'ascension vers le mont Fuji

Sous la protection du Fuji-san

Le Sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja est situé dans la forêt de Suwa, de la ville de Fujiyoshida. Ce sanctuaire fait partie d’un ensemble d’éléments englobant le mont Fuji et bien d’autres bâtiments, le tout classé par l’UNESCO en 2013. Il est l’une des portes d’entrée pour l’ascension du grand volcan sacré depuis des siècles, « Fuji Yoshida Guchi ».

Sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja

Sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja et le cyprès millénaire au premier plan

Une montagne de désirs

Le mont Fuji est une montagne sacrée depuis très longtemps, aussi longtemps que l’homme existe près d’elle. Durant des siècles, il était interdit d’y accéder, seulement l’admirer suffisait au bonheur de ces premiers riverains. Elle faisait peur surtout, s’énervant en crachant parfois des cendres, faisant trembler la terre sur des kilomètres. Nul n’osait s’aventurer sur ses pentes raides.

Jusqu’au jour où des religieux tentèrent l’ascension, par bravoure et pour le "Sadhana", l’élévation spirituelle, si bien qu’à l’époque Edo (1603-1868) se développèrent des pèlerinages sur le mont Fuji. Toutefois, l’ascension resta interdite aux femmes jusqu’à l’ère Meiji (1868-1912).

Avant d’entreprendre la montée vers ce lieu sacré, il fallait se purifier, c’est pourquoi le sanctuaire Fuji Sengen-jinja est important et marque le point de départ.

À lire : Fujiyoshida

Un sanctuaire au coeur de feu

Le Sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja a été fondé en l’an 110 par la voie de Yamato Takeru, issu de la famille impériale et héros de légendes japonaises. Une éruption du Fuji a lieu en l’an 781, et en 788 la construction du temple à l’actuel emplacement commence dans le but de calmer cet impétueux volcan, mais aussi d’honorer la déesse de l’eau et du mont Fuji Kono Hana Sakuya Hime no Mikoto, qui mis au monde ses enfants dans le feu pour montrer sa force.

Avec le développement des pèlerinages, le sanctuaire sera aménagé pour recevoir cet afflux vers l’année 1730 par Murakami Kôsei.

Dans le même thème : 5 pèlerinages à faire au Japon

La grande allée des cyprès du Japon menant au sanctuaire

La grande allée des cyprès du Japon menant au sanctuaire

Un temple sacré si près de vous

Depuis l’actuelle gare de Fuji-san, en 15-20 minutes à pied, vous pouvez admirer le mont Fuji droit devant vous. Suivez votre route par une grande allée de cyprès du Japon et de cèdres centenaires, des tôrô, lanternes de pierres recouvertes de mousse, accompagnent solennellement votre progression vers le sanctuaire. Rien que ce moment est déjà magique, empreint d’une grâce toute japonaise. Puis vous arrivez devant le grand torii rouge, le plus grand torii en bois du Japon, 17 mètres de haut. Il est reconstruit tous les 60 ans pour qu’il garde sa superbe; la dernière fois fut en 2014.

Voir aussi : Torii, le portail japonais

Un ruisseau à l’eau si rafraichissante coule ici, rappelant la déesse de l’eau, important car chaque pèlerin s’y purifiait avant de gravir les pentes brûlantes du Fuji-san.

Vous voilà devant le bâtiment principal du sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja, à votre gauche le cyprès sacré de 1 000 ans Fuji Tarô Sugi avec la corde tressée entourant son tronc.

Quelques pas encore et vous serez devant la porte d’entrée marquant le point de départ de l’ascension du mont Fuji, à 850 mètres d’altitude. Depuis ce point 0, vous aurez environ 9 heures de marche jusqu’au sommet. Inutile de vous dire que cet exercice n’est pas à la portée de tout le monde, il faut être très bien entraîné et équipé pour affronter un tel effort. Mais si vous voulez le faire dans les règles de l’art, par la voie sacrée, vous y êtes.

La fête du feu marquant la fermeture du chemin menant au sommet du mont Fuji

La fête du feu marquant la fermeture du chemin menant au sommet du mont Fuji

Fujiyoshida brille de mille feux

Le mont Fuji n’est pas accessible tout le temps, loin de là, au contraire, ce sont les deux seuls mois de juillet et d’août qui ouvrent les accès au public.

Les 30 juin et 1er juillet, une cérémonie religieuse marque l’ouverture de la route, tandis que les 26 et 27 août en marquent la fermeture. Lors d’une grande fête, qui commence au sanctuaire Kitaguchi Hongû Fuji Sengen-jinja et sur plus de 2 kilomètres, 70 torches géantes de 3 mètres sont allumées, ainsi que les refuges le long du parcours jusqu’au sommet. La ville de Fujiyoshida et les pentes du Fuji-san brillent de mille feux. Cette tradition historique perdure depuis 400 ans, pour remercier les kami et les accueillir dans des mikoshi jusqu’au centre de la ville.


Pour aller plus loin :

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs