Visiter Himeji   姫路

Date de publication :
Le château de Himeji, le plus célèbre du Japon.

Le château de Himeji, le plus célèbre du Japon.

L'avenue Otemae-dôri relie la gare de Himeji à son célèbre château.

L'avenue Otemae-dôri relie la gare de Himeji à son célèbre château.

Le cimetière de Nagoyama, sur une colline à l'Est de Himeji.

Le cimetière de Nagoyama, sur une colline à l'Est de Himeji.

L'enceinte principale du temple Engyô-ji, à Himeji.

L'enceinte principale du temple Engyô-ji, à Himeji.

Sous le château

En quittant le Kansai vers l'Ouest, la capitale du Hyogo doit sa renommée au château qui la domine.

À mi-chemin entre Kobe et Okayama, Himeji a été dès l’origine pensée comme une ville-forte dans l’ancienne province féodale de Harima, contrôlée par le clan Akamatsu. C’est après l’édification de son célèbre château au XIVe siècle que les alentours se peuplent, et qu'Himeji devient la capitale de la future région du Hyogo.

Le château d'Himeji, la super-star

Le château, on ne voit que lui en arrivant en train, dépasse majestueusement d’un parc touffu au bout de la large artère Otemae-dôri qui le sépare de la gare. De là, on peut opter pour la marche, sinon emprunter le rouge et rétro Loop Bus (100 yen le trajet, nombreux arrêts : gare, Otemae, château…), ou encore pédaler. Les deux offices du tourisme de la ville (situés dans la gare et sur Otemae-dôri, trottoir de droite en direction du château) proposent en effet des bicyclettes gratuites aux touristes qui pourront rejoindre le château tout en visitant Himeji.

À lire Le château d'Himeji

Après une longue période de travaux, le célèbre "château du héron blanc" a retrouvé de sa superbe (réouverture du donjon en mars 2015), et ses alentours concentrent les sites appréciés des touristes, en particulier le jardin de Kôko-en.

Lire aussi : Le jardin Kôko-en

Visiter l'est d'Himeji

Au loin, un grand stupa dépasse d’une colline. Il appartient au cimetière Nagoyama, et tous deux se visitent. Le stupa (mausolée contenant une relique de Bouddha) contient statues, mosaïques, images de Kannon (figure bouddhique de la miséricorde), et des cendres de Bouddha offertes en 1954 par le Premier ministre indien J. Nehru. Le cimetière, lui, est consacré aux sépultures des quelque 111 000 soldats japonais morts depuis le début de l'ère Meiji (1868-1912).

Plus au nord, perché sur une colline, le temple Engyô-ji demande un peu de trajet (30 min de bus depuis la gare, puis un téléphérique) mais reçoit beaucoup de cinéphiles, qui savent qu'ici furent tournées certaines séquences du film "Le dernier samouraï".

Pour aller plus loin :