Visite de l'île d'Ôkunoshima   大久野島

Date de publication :
Ôkunoshima

Les lapins de l'île de Ôkunoshima.

Ôkunoshima

Vestiges du passé militaire de Ôkunohima.

Les lapins de Okunoshima

Les lapins de Okunoshima

Guide pour visiter l'île des lapins au Japon

Ôkunoshima, déclarée "kyukamura", littéralement "village pour se reposer", est une petite ile située au large des côtes de la préfecture d'Hiroshima dans la mer de setouchi (la mer intérieure du Japon). Célèbre pour ses lapins et ses jolis paysages, elle n'en  recèle pas moins un terrible passé.

Une île peuplée de lapins sauvages au Japon

Ôkunoshima, ou Ôkuno-jima, fait partie du Parc National de la mer intérieure de Seto (Seto Naikai) dans la préfecture d’Hiroshima. Elle ne fait que 4km3 de  circonférence mais attire en été plus de 100 000 visiteurs qui viennent se prélasser sur ses plages, faire de la randonnée, se plonger dans son onsen  (source chaude) mais aussi et surtout pour ses lapins sauvages, qui lui ont valu le surnom de usagishima, "l’île aux lapins". Il y en aurait  environ sept cents. 

Afin de préserver  cette population particulière, tout autre animal domestique est interdit sur l’île. Vous n’y verrez donc ni chat (contrairement à certaines îles comme les îles Kasaoka), ni chien. Il est permis de nourrir les lapins mais, afin de préserver leur bonne santé, il est impératif d’acheter la nourriture dans les magasins des embarcadères des ferrys avant d’embarquer car il n’y en a pas en vente sur l’île. 

Pour protéger ces petits animaux, d’autres règles sont à respecter :

  • Ne pas attraper les lapins.
  • Ne pas les nourrir sur les routes (afin qu’ils ne prennent pas l’habitude de venir quémander de la nourriture et risquer de se faire écraser, même si la circulation est très peu dense).
  • Ne pas laisser de déchets, ni de nourriture trainer : cela peut attirer les corbeaux.
  • Ne pas approcher ses doigts de la bouche d’un lapin : ils peuvent mordre.

Si c’est l’aspect kawaii (mignon) de ces boules de poils qui attire incontestablement les foules, certains et certaines viennent aussi leur rendre visite pour une autre de leurs caractéristiques : leur taux de fertilité.  Certains couples désirant un enfant pensent que les lapins leur porteront chance… 

L’envers du décor : les ruines des bâtiments du début du XXème siècle et le musée du gaz toxique d’Ôkunoshima

Ôkunoshima ne fut pas toujours une île où se détendre et s’amuser à regarder les lapins. Témoins de son triste passé, les ruines d’une ancienne centrale électrique et d’une usine chimique, de divers bâtiments militaires  et le musée du gaz toxique. Un décor apocalyptique qui contraste avec la beauté des paysages environnants.

Avant la défaite du Japon en 1945, cet ilot abritait une centrale électrique (Ôkunoshima possède d’ailleurs le plus haut pylône électrique du Japon : 226 mètres) et une usine chimique. Dès 1929, le gouvernement impérialiste japonais choisit Ôkunoshima, tout à la fois très éloignée de la capitale, proche de Honshu mais invisible depuis ses côtes, pour y installer une usine chimique destinée à la fabrication de gaz toxiques. L’île fut alors rayée des cartes du Japon. On estime qu’entre  1929 et 1945, l’armé japonaise aurait fabriqué en secret plus de 6 000 tonnes de gaz toxiques, notamment le gaz moutarde, utilisés dans la guerre contre la Chine. L’usine a été détruite après la guerre mais quelques bâtiments subsistent et certains sont même encore utilisés comme entrepôts. 

On dit parfois que les lapins qui peuplent l’île seraient des descendants des malheureux qui ont servi de cobayes pour tester les gaz mortels mais ces derniers auraient tous été euthanasiés après la guerre. Cette population de boules de poils descendrait plutôt d'un petit groupe de lapins laissés sur l'île par des écoliers en 1971. 

Le musée du gaz toxique d’Ôkunoshima

Grâce à la volonté des habitants et des autorités locales, soucieux de ne pas occulter le passé, aussi terrible soit-il, le musée du gaz toxique a ouvert ses portes en 1988. Il comprend deux salles où sont exposés du matériel utilisé dans l’usine, des armes, des journaux intimes d’ouvriers ayant travaillé dans l’usine (dont nombre d’entre eux ont été gravement intoxiqués) ainsi que des photos anciennes et plus récentes de victimes de gaz toxiques. Il y a quelques explications en anglais.

Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi de 9 à 17 heures. L’entrée ne coûte que 100 yen.

Le musée des gaz toxiques-Okunoshima

Le musée des gaz toxiques-Okunoshima

Okunashima

Okunashima

L'ancien bâtiment de l'usine chimique

L'ancien bâtiment de l'usine chimique

Une plage d'Okunoshima

Une plage d'Okunoshima

Terrain de camping à Okunoshima

Terrain de camping à Okunoshima

Okunoshima

Okunoshima

Visite d’Ôkunoshima

On accède  à l’île depuis le port de Tadanoumi dans la préfecture d’Hiroshima. Il faut d’abord se rendre à la gare de Mihara (en 30 minutes de Kodama shinkansen depuis Hiroshima) où l’on prend le train de la  ligne JR Kure jusqu’à  Tadanoumi (20 minutes). Renseignez-vous bien avant d’entreprendre de voyage car il n’y qu’un train par heure sur ce trajet. 

Vous pouvez utiliser votre carte JR Pass pour atteindre e port et explorer la région ! 

Du petit  port de Tadanoumi, il y a un ferry toutes les demi-heures. Le dernier ferry quitte l’île à 19 heures. Le trajet dure moins de 15 minutes.

Ôkunoshima, inhabitée, ne comporte qu’un seul hôtel avec un onsen (source chaude) ouvert au public. Il y a également un terrain de camping. L’île comprend aussi un beau  centre pour les visiteurs, où l’on peut apprendre  de nombreuses choses sur Ôkunoshima, notamment sur sa flore et sa faune. On y propose des visites guidées (en japonais). En été, ceux qui veulent profiter de la mer peuvent se rendre au nord de l’île où il y a une jolie plage.

Les lapins sont partout mais vous en verrez en plus grand nombre sur le terrain devant l’hôtel, dans les petits sanctuaires shintô et aussi vers la plateforme d’observation d’où l’on a une vue splendide sur la mer de Setouchi parsemée d’ilots.  

Malgré la superficie, un bus fait le tour de l’île mais on peut bien sûr la visiter à pied ou à vélo (à louer à l’hôtel, attention aux lapins qui peuvent surgir sur les routes !). Quelques sanctuaires et des pistes de randonnée font de cet endroit une escapade agréable. 



Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs