Le port d'Onomichi   尾道港

Date de publication :
Vue du parc Senkô-ji depuis le téléphérique

Vue du parc Senkô-ji depuis le téléphérique

Le parc du temple Senkô-ji au printemps

Le parc du temple Senkô-ji au printemps

Escaliers et ruelles du port d'Onomichi

Escaliers et ruelles du port d'Onomichi

En arrivant au temple Senkô-ji en téléphérique

En arrivant au temple Senkô-ji en téléphérique

Station haute du téléphérique d'Onomichi

Station haute du téléphérique d'Onomichi

Les chats d'Onomichi

Les chats d'Onomichi

Havre d'inspirations

Le port d'Onomichi, au bord de la mer du Seto, est un lieu historique du commerce au Japon et d'inspiration pour de nombreux artistes.

Nous sommes au centre de la mer intérieure de Seto, dans l’est de la préfecture d’Hiroshima. La ville et le port d’Onomichi s’étendent sur des petites îles reliées par la route de Shimanami kaidô. Des ferrys assurent aussi les liaisons si bien que le port d’Onomichi a toujours une intense activité.

1 500 ans d'Histoire

Les premières activités maritimes du port d’Onomichi remontent aux époques d’Asuka et de Nara (538-782) selon les archives du temple Tôdô-ji. Mais ce n’est qu’en 1169 que la localité obtint le statut officiel de port. Onomichi développa le commerce avec la Chine, avant de devenir port d’escale entre Kyûshû et Hokkaidô pendant la fermeture du pays aux étrangers à l’époque d’Edo (1603-1868). L’ouverture de la gare ferroviaire d’Onomichi en 1891 accéléra l'activité d'Onomichi. Une vingtaine d’usines de construction navale s'y installèrent.

Hors du temps

On appelle la cité d'Onomichi la petite Kyoto du Setouchi, pour ses nombreux temples. A chaque époque, des riches marchands investissaient en effet pour l’édification d'institutions bouddhiques. Sur les 80 temples alors bâtis, il n'en subsiste que 25. Onomichi, cité cachée, a échappé aux bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est ce qui explique son aspect préservé, comme hors du temps. Des petites ruelles en pente entre les vieilles maisons traditionnelles, avec les chats qui viennent vous saluer, participent beaucoup à cette impression.

Un décor de cinéma

C'est ce charme de cette ambiance nostalgique qui a poussé plusieurs grands réalisateurs de cinéma à choisir Onomichi comme lieu de tournage : Yasujirô Ozu dans le Voyage à Tokyo ainsi que Nobuhiko Ôbayashi. L’écrivain Naoya Shiga et la romancière Fumiko Hayashi, quant à eux, y ont séjourné pour capter l’inspiration artistique.

Des fleurs toute l'année

Pour pouvoir apprécier le magnifique paysage sur Onomichi et la mer intérieure du Seto et ses îles, rien ne vaut le téléphérique. Le parc Senkô-ji offre un panorama inoubliable, en plus d'être reconnu pour ses floraisons de cerisiers en avril, de glycines en mai et pour son festival des chrysanthèmes en automne. 

Un petit Kiyomizu-dera

Profitez-en pour visiter le Senkô-ji, temple bouddhique de l’école Shingon construit sur le versant de la montagne. Son hondô, ou pavillon principal, comprend une grande plateforme extérieure, qui n'est pas sans rappeler le célèbre temple Kiyomizu-dera à Kyoto. Kyôonrô, la grande cloche du temple, annonce l’heure aux habitants depuis 300 ans, même si aujourd’hui elle sonne seulement à 18h.

Balade à vélo

Aujourd’hui, le port d’Onomochi est surtout connu pour le départ de la route Shimanami Kaidô. L'itinéraire enjambe six îles dans la mer jusqu’à l’île de Shikoku sur 70 km. Une piste cyclable est aménagée et vous trouverez des locations de vélo à Onomichi ou sur toutes les îles pour vous balader à votre rythme.

Spécialités et souvenirs

Comme dans tout port qui se respecte, Onomichi propose des spécialités aux fruits de mer, comme les Onomichi râmen, avec le bouillon de poisson iriko à la sauce soja. Quant à l'okonomiyaki, on l'appelle ici onomochiyaki

Comme souvenir à rapporter, vous apprécierez les sacs fabriqués avec le tissu de voile traditionnelle en coton, une industrie importante avant l’arrivée de la fibre artificielle.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs