Temple Mitakidera   三瀧寺

Date de publication :
Temple Mitakidera

Ascension jusqu'au temple Mitakidera.

Temple Mitakidera

Temple Mitakidera sous les érables flamboyants.

Jamais d'eau sans trois

A flanc de montagne, trois cascades découlent dans la forêt. Une divinité y serait abritée. Il n'en faut pas plus pour qu'un temple apparaisse tel un champignon nourri de l'eau de ces chutes : le Mitakidera.

Qui dit bouddhisme, dit bouddhas. Posture assise, jambes croisées, longues oreilles et protubérance crânienne, leur silhouette apparaît comme familière. Mais ils ne sont pas seuls. Dans leur tâche d'apporter l'éveil à tous, ils sont aidés des bodhisattvas, leurs envoyés sur terre. L'un d'entre eux est Kannon, incarné dans les chutes dont l'eau purificatrice inonde les flancs du mont Mitaki (littéralement « mont des trois cascades »). 

Le moine Kûkai, fondateur de la secte Shingon établie au mont Kôya, décida d'y fonder un temple en 809, décrétant que le site était sacré et que l'esprit du bodhisattva s'y manifestait. Ce temple figure comme le treizième du pèlerinage des trente-trois lieux de culte dédiés à Kannon de la région du Chûgoku et l'un des plus importants de la préfecture.

Sublime symbiose

Pour y accéder, une véritable expédition attend les fidèles et les curieux. Cette ascension jusqu'au hall principal est un émerveillement dans une ambiance mystique où il est difficile de distinguer la main de la nature de celle de l'homme. Des statues couvertes de plantes grimpantes semblent prendre racine dans la terre sacrée tandis que des plaques gravées de poèmes et d'effigies divines s'alignent sur la surface des rochers. 

Architecture et nature fusionnent en une composition atemporelle qui mène de chapelle en cascade. L'automne est indubitablement la meilleure saison pour arpenter les chemins de pierre du Mitakidera : la teinte écarlate qui se diffuse dans le feuillage mourant des érables envoûte la forêt d'une magie éphémère.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs