Le sanctuaire Gekû   外宮

Date de publication :
L'empereur Yûryaku, fondateur du sanctuaire Gekû d'Ise, terrassant un sanglier.

L'empereur Yûryaku, fondateur du sanctuaire Gekû d'Ise, terrassant un sanglier.

Le Shôden du sanctuaire Gekû, et son architecture typique shinmei zukuri.

Le Shôden du sanctuaire Gekû, et son architecture typique shinmei zukuri.

Le musée Sengukan, au sanctuaire Gekû d'Ise, expose des maquettes des bâtiments auxquels les visiteurs n'ont pas accès.

Le musée Sengukan, au sanctuaire Gekû d'Ise, expose des maquettes des bâtiments auxquels les visiteurs n'ont pas accès.

Du soleil et du riz

Le sanctuaire extérieur d’Ise, moins prestigieux que le Naiku, est empreint de mystère et dédié à une divinité ancestrale des bonnes récoltes.

La légende l'explique ainsi : une nuit, la déesse Amaterasu apparut en rêve à l'empereur Yûryaku (fin du Ve s.), lui demandant de protéger la nourriture sacrée que les hommes lui apportent chaque jour...

L'empereur fit alors transporter de Tanba (son ancien sanctuaire) à Ise une figure divine des bonnes récoltes et du riz, Toyouke Omikami. Le sanctuaire extérieur du Gekû était né, venant s'ajouter au Naikû (demeure d'Amaterasu), tous deux dédiés au culte du soleil et du riz, deux symboles du Japon par excellence... On considère depuis lors que Toyouke nourrit Amaterasu, et que les deux sanctuaires sont complémentaires.

La cuisine d'Amaterasu

On accède au coeur du Gekû en passant à proximité de l'étang Magatama, devant lequel ont lieu des cérémonies et danses rituelles lors de la récolte du riz en automne, avant de s'avancer vers l'allée principale qui mène au Shôden, le pavillon principal. Les bâtiments ici sont presque tous semblables à ceux du Naikû, permettant d'admirer l'architecture proto-bouddhique dite shinmei zukuri. A côté, dans l'Imibiya-den, sont préparés quotidiennement les plats à l'attention de la déesse Toyouke, qui les apportera ensuite à Amaterasu.

A l'entrée du Gekû a ouvert en 2012 le Sengukan, musée qui expose des maquettes des bâtiments du sanctuaire, et donne des explications sur la reconstruction rituelle qui a lieu tous les vingt ans.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs