Le temple Matsuo Kannonji   松尾観音寺

Date de publication :
Matsuo_Kannon_Hondo

Le hondo ou bâtiment principal du Matsuo Kannon-ji

Futatsu_pond_West_pond

Etang du temple Matsuo Kannon-ji

Matuo_Kannon

Découvrez la légende des deux dragons au Matsuo Kannon-ji

Le temple de Kannon protégé par les dragons

À Ise, le Matsuo Kannon-ji dédié à la déesse de la miséricorde Kannon fait l’objet de plusieurs croyances et légendes particulièrement populaires dans la préfecture de Mie. Le lieu serait protégé depuis sa création il y a 1300 ans par un couple de dragons vivant dans les étangs situés à l’arrière du temple.

Un temple fondé par le grand moine Gyôki

C’est au cours de sa visite des sites sacrés de la ville d’Ise dans la préfecture de Mie en 712 que le grand moine bouddhiste Gyôki (668-749) a fondé le Matsuo Kannon-ji au nord des deux sanctuaires d'Ise Jingu. Celui qui fit élever une cinquantaine de lieux de culte au cours de son existence, choisit pour établir ce temple consacré à la déesse Kannon un lieu à la réputation mystique déjà bien établie à Ise : les deux étangs de Matsuo. 

En effet, Gyôki savait que ces deux étangs abritaient chacun un dragon ; un mâle pour celui de l’est et une femelle pour celui de l’ouest. On dit aussi que le moine sculpta lui-même au bord de l'eau la statue de Kannon vénérée dans le hondô. Le Matsuo Kannon-ji fut des siècles durant le temple du clan Kitabatake qui dirigeait la province du sud d’Ise. 

Il est également la troisième étape du pèlerinage des 33 sites sacrés de Kannon à Ise ; un itinéraire saint cité pour la première fois dans un écrit de l'écrivain et seigneur Takashi Ono (802-853).

Gyoki Bosatsu, Saidaiji, Nara

Le moine Gyoki

La légende de Matsuo Kannon-ji : Kannon sauvée des flammes par les dragons

La statue de Kannon, toujours enchâssée dans le hondô du Matsuo Kannon-ji est un jûichimen Kannon ; une représentation traditionnelle de la déesse avec onze visages miniatures disposés au sommet de sa tête. La déesse de la miséricorde aurait vu sa figure se démultiplier en raison de sa grande inquiétude pour les hommes. 

Un jour de mai 1403, un incendie s'est déclaré dans le bâtiment principal du temple. Le feu était particulièrement intense, si bien que nul ne parvenait à éteindre les flammes. C'est alors que deux ombres noires ont obscurci le ciel. Les dragons des étangs du temple étaient sortis des eaux pour apporter leur secours. Tandis que le dragon mâle protégeait la statue de Kannon en avalant les flammes et en l'enveloppant de tout son corps, le dragon femelle pulvérisait de l'eau sur le brasier ardent. L'intervention des ryujin fut salvatrice. Depuis ce jour, à chaque fin de mois, un moine dépose une offrande aux deux dragons composée de saké, de riz et d'œufs en signe de reconnaissance.


Le dragon, gardien du Matsuo Kannon-ji

La célébration des deux créatures perdurent toujours de nos jours. Ainsi en 1982, 300 plants d'azalées ont été plantés et disposés de manière à représenter un dragon. Il faut dire que d'autres histoires, somme toute moins impressionnantes et héroïques que la précédente, mettent en scène la créature mythologique. On rapporte en effet que le hondô disposerait d'un passage secret par lequel le dragon peut entrer et sortir en toute discrétion. Pour ce faire, il lui suffit de soulever l'une des dalles du plafond pour libérer ce qui est surnommé le "chemin du dragon"


Pour la bonne fortune, caressez le dragon !

Très récemment, le Matsuo Kannon-ji s'est doté d'une légende supplémentaire attirant en nombre les curieux et faisant la une des journaux locaux. À la suite de travaux de réfection du parquet du hondô en 2006, un moine remarque l’apparition d'une bien étrange silhouette sur le sol. Des yeux, un nez, des cornes... il s'agit bien là d'une tête de dragon ! 

Cette découverte s'accompagne depuis d'une nouvelle pratique chez les croyants et visiteurs. Désormais chacun se plait à caresser ce dragon sur le plancher en prononçant à haute voix "Ryu-san, s'il vous plait, portez-moi bonheur". Pour éloigner le mauvais sort et vous prémunir des catastrophes, vous pouvez également écrire votre prière sur un ema du temple. Ces derniers, particulièrement charmants, sont marqués du kanji signifiant "liaison" et revêtent une couleur différente selon leur action : le vert agit sur la santé, le jaune pour la chance, le rouge pour les relations de couple, le blanc pour l'emploi et le violet pour tout autre type de voeu. 

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs