Oharaimachi   おはらい町

Date de publication :
Une des rues du quartier d'Okage Yokocho

Une des rues du quartier d'Okage Yokocho

Le quartier d'Okage Yokocho en automne.

Le quartier d'Okage Yokocho en automne.

Les fameux akafuku mochi du quartier d'Oharaimachi d'Ise.

Les fameux akafuku mochi du quartier d'Oharaimachi d'Ise.

Rendez-vous à Oharai

À l’époque d'Edo les grands sanctuaires d’Ise Geku et Naiku étaient un haut lieu de pèlerinage pour les Japonais. Après un voyage long et difficile, ils étaient accueillis dans le quartier d’Oharaimachi, rattaché au Naiku. Jusqu’à nos jours il a réussi à garder son âme et sa convivialité.

Le nom du quartier Oharaimachi vient de celui des onshi, prêtres shinto missionnaires qui vivaient dans ce quartier et accueillaient chez eux des pèlerins. Ils proposaient le gîte et le couvert mais pas seulement. Ils pratiquaient aussi des rituels de purification nommés oharai, en remplacement de ceux des grands prêtres des sanctuaires réservés aux nobles. Ils pratiquaient aussi le kagura, une dance sacrée accompagnée de musique.

Miam

Depuis le pont Uji, au bord de la rivière Isuzu, jusqu'au sanctuaire intérieur d'Ise, tout au long de cette rue de 800 mètres se trouvent de multiples commerçants installés dans des maisons traditionnelles qui proposent leurs spécialités. On y trouve notamment : 

  • Les Ise udon, épaisses nouilles d’Ise garnies de negi ou oignons verts japonais, bonite séchée et baignant bouillon à base d'une sauce soja très noire et épaisse.
  • Des tekone zushi, sashimi de bonite au soja sur du riz vinaigré.
  • De l'isecha, le thé vert d’Ise, la préfecture de Mie étant la troisième région productrice au Japon.
  • Des akafuku mochi, pâtisseries à base de pâte de riz à l’haricot rouge dont le nom signifie mochi du bonheur rouge.
Sans oublier les fameuses perles d’Ise issues de l’aquaculture.

Au milieu de cette longue rue, au niveau de l’enseigne Akafuku, une rue donne sur un nouveau quartier commerçant, c’est Okage Yokocho, reconstitué comme à l’époque d'Edo. 

Il vous accueille tous les week-ends avec des animations, des spectacles de taiko ou tambours japonais, des kamishibai, sorte de petit théâtre en plein air lors duquel un conteur présente une histoire japonaise traditionnelle. 

On y trouve aussi le musée Okage-za qui présente les principaux mythes japonais, ainsi que l’histoire des pèlerinages à Ise.

Au bonheur des lève-tôt

Une des grandes coutumes d’Ise est le Tuitachi mairi : le premier jour de chaque mois, il faut se lever plus tôt que d’habitude et se rendre au sanctuaire pour remercier les kami de leur protection et demander leur bénédiction pour le mois qui commence.

Quelques commerces et restaurants sont alors exceptionnellement ouverts très tôt pour servir le kayu, la bouillie de riz traditionnelle. Dès 5h du matin un gâteau en édition limitée est proposé chez Akafuku. Des centaines de personnes attendent alors dans la rue pour obtenir ce précieux sésame. Il y a aussi un marché ouvert à partir de 4h du matin.

Serez-vous assez matinal pour vous mêler aux habitués ?

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs