Okage Yokochô   おかげ横丁

Date de publication :
maneki neko

Dans la culture populaire japonaise, le maneki-neko, littéralement "le chat qui invite", est un porte-bonheur.

De nombreux magasins, cafés et restaurants sont disposés le long d'Okage Yokocho à Ise

De nombreux magasins, cafés et restaurants sont disposés le long d'Okage Yokocho à Ise

Okage Yokocho est un quartier paisible où il fait bon se promener. Ne manquez pas le sanctuaire sacré d'Ise !

Okage Yokocho est un quartier paisible où il fait bon se promener. Ne manquez pas le sanctuaire sacré d'Ise !

Le quartier d'Okage Yokocho en automne.

Le quartier d'Okage Yokocho en automne.

Spectacle de tambours japonais taiko dans le quartier d'Okage Yokocho à Ise

Spectacle de tambours japonais taiko dans le quartier d'Okage Yokocho à Ise

Le quartier de la gratitude

Le sentiment de gratitude est une valeur très importante dans la culture nipponne, et c’est dans cet esprit de gratitude qu’a été construit le quartier d’Okage Yokochô, juste avant l’entrée du sanctuaire intérieur d'Ise-jingu, le site shintoïste le plus sacré du Japon.

Les manières d'exprimer la gratitude imprègnent la langue japonaise, et le quartier d'Okage Yokochô dans la préfecture de Mie, près du sanctuaire d'Ise, en est l'exemple même.

Une reconstitution scrupuleuse 

Okage Yokochô  a vu le jour en 1993 dans le quartier d'Oharaï machi. Okage signifie "grâce à" tandis que Yokochô désigne une ou plusieurs ruelles formant un petit quartier. La ville d’Ise et ses habitants ont voulu  exprimer leur reconnaissance en reconstituant un quartier où il fait bon se promener et apprécier les divers aspects de la vie culturelle de leur région. 

LireVisiter Ise, le sanctuaire le plus sacré du Japon

Sur environ un hectare, restaurants, cafés, boutiques d’artisanat et de souvenirs se sont installés dans des constructions rappelant l’ère d’Edo (1603-1867) ou Meiji (1868-1912), lorsque les pèlerins venaient à pied des quatre coins de l’archipel pour rendre hommage à Amaterasu Ômikami, la grande déesse shinto du sanctuaire d’Ise-jingu. Ces bâtiments sont pour certains des reproductions d’anciennes boutiques reconstruites à l’identique avec des techniques et matériaux traditionnels. D’autres ont été carrément transférés depuis divers endroits classés de la préfecture de Mie.

Ise-Shima à l'honneur

Dans ce décor d’époque, on peut goûter aux spécialités de la région d’Ise-Shima, telles que les udon, les coquillages, les huitres ou les langoustes (selon les saisons) ou encore les célèbres gâteaux d’akafuku dans la pâtisserie japonaise du même nom.

Les boutiques d'artisanat proposent parfois des ateliers où l'on peut s'initier à la fabrication de gâteaux traditionnels, de décorations pour les fêtes saisonnières ou encore de chats maneki-neko.

Lire aussi : Wagashi, les pâtisseries traditionnelles japonaises

Le petit musée Okageza retrace l'histoire des pèlerinages au sanctuaire Ise-jingu tandis que des spectacles de taiko, le tambour japonais traditionnel ou de kamishibai (récits illustrés) animent le quartier. 


Déplacez-vous en toute liberté : louez une voiture au Japon 

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs