Le sanctuaire Kumano Hayatama Taisha   熊野速玉大社

Date de publication :
Le sanctuaire et ses pavillons d'un rouge éclatant

Le sanctuaire et ses pavillons d'un rouge éclatant

Le sanctuaire vermillon de Kumano Hayatama Taisha, à Shingu.

Le sanctuaire vermillon de Kumano Hayatama Taisha, à Shingu.

La pierre des dieux du sanctuaire primitif Kamikura Jinja

La pierre des dieux du sanctuaire primitif Kamikura Jinja

Plus de 2000 hommes se rassemblent, torches en mains, pour célébrer Oto matsuri

Plus de 2000 hommes se rassemblent, torches en mains, pour célébrer Oto matsuri

Le temple de la vie

Appelé "Le lieu de la résurrection", le sanctuaire Kumano Hayatama Taisha est une étape incontournable du chemin de pèlerinage de Kumano Kodo.

Haut lieu de la spiritualité de la ville de Shingu, sur la péninsule de Kii, ce sanctuaire shintoïste est l'une des trois étapes incontournables du Kumano Kodo. Il fait partie des trois sites sacrés composant le Kumano Sanzan, classés au patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que "site sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii".

Culte de la nature

Ce sanctuaire aux pavillons d'un vermillon éclatant a été érigé en 1951. Il est dédié à Kumano Hatayama o kami, la divinité de l'eau en mouvement et par extension de la vie elle-même. Le culte de la nature, hérité du shintoïsme, est particulièrement palpable dans les trois sanctuaires du Kumano Sanzan. 

Lire : Visiter Kumano et la péninsule de Kii

Ainsi, une fois passé(e) la porte de l'enceinte sacrée,vous découvrirez l'un des éléments phare du site : le Nagi no ki, un conifère vieux de 800 ans environ, reconnu comme monument naturel important du Japon. Ses feuilles symétriques sont censées symboliser l'harmonie dans le couple.

La pierre des dieux

Après une balade emprunte de quiétude et de mysticisme, il est temps de rejoindre le temple Kamikura Jinja, situé sur le mont Gongen. Après avoir gravi les 538 marches de pierres irrégulières menant à ce sanctuaire primitif, vous découvrez une roche imposante, objet de tous les cultes. Cette pierre appelée Gotobiki iwa serait le premier lieu foulé par les dieux de la région. Son sanctuaire sert aujourd'hui de décor au festival Oto qui se déroule tous les ans, le 6 février.

Dragon de feu

Cette fête du feu rassemble près de 2 000 hommes, les noboriko. Tout de blanc vêtus, ils débutent la journée par un rituel purificateur en s'immergeant dans l'océan en contrebas. Après un déjeuner constitué uniquement d'aliments de couleur blanche, ils gravissent les marches menant au sanctuaire munis d'une torche. 

Lire aussi : Visiter le mont Koya

La nuit tombée, les torches s'enflamment et vient alors le moment où les hommes s'élancent en sens inverse pour dévaler cette pente raide et étroite... La courbe sinueuse et flamboyante évoque l'image d'un dragon parcourant le flanc de la montagne. La fumée rejetée par les torches est censée contenir les vœux et les espoirs des hommes directement transmis aux divinités.

L'une des particularités du sanctuaire réside également dans sa collection d'une douzaine de trésors nationaux, regroupés dans un hall faisant office de musée. Les trésors amassés au fil des années rassemblent notamment des objets déposés par les pèlerins depuis la période Muromachi (1336-1573). Pour entreprendre le pèlerinage dans son ensemble, il vous faudra compléter cette visite par celles des deux autres sanctuaires composant le Kumano Sanzan : le Kumano Hongu Taisha et le Kumano Nachi Taisha

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs