Chiran   知覧

Date de publication :

Des samouraïs aux kamikazes

Cette bourgade du sud de Kagoshima était autrefois une zone résidentielle pour samouraïs, et une importante base de décollage d'avions kamikazes.

Au centre de la péninsule de Satsuma - entre Kagoshima et Ibusuki - Chiran est l'occasion d'une sympathique excursion (1/2 ou une journée) dans un Japon rural et moins fréquenté, où les plantations de thé vert s'étendent à perte de vue (surtout au printemps, juste avant la première récolte).

Comme un samouraï

La petite bourgade a conservé le charme de l'époque Edo grâce aux nombreuses maisons de samouraïs qui bordent la rue Bukeyashiki Dôri.

Réhabilitées, plusieurs sont ouvertes à la visite - quelques pièces seulement car certaines sont encore habitées par les descendants du clan Shimazu, qui régnait autrefois sur la région (voir le Shôko Shûsei-kan de Kagoshima). Leurs jardins valent le détour, modèles de raffinement, bordés de murs de pierres coiffés de mousse.

On peut même déjeuner "comme un samouraï" chez Taki-an, l'une des dernières demeures de la rue, qui propose des plats inspirés de la gastronomie de l'aristocratie locale sous l'ancien régime.

Tora Tora Tora *

C'est surtout le Musée de la Paix des Kamikazes que les touristes viennent voir à Chiran, d'où partirent de nombreux avions bourrés d'explosifs pendant la bataille d'Okinawa (1945).

Une visite bouleversante et silencieuse, à travers les témoignages laissés par cette génération sacrifiée : lettres d'adieux, effets personnels, photos, et quelques exemplaires (intacts) d'avions utilisés lors des attaques kamikazes (des Mitsubishi Zero). 

En sortant, de petits stands proposent l'une des spécialités locales : la patate douce satsuma imo.

* du titre d'un film américano-japonais sur l'attaque de Pearl Harbor (1970).

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs