Udo-jingu   鵜戸神宮

Date de publication :
Udo_Jingu_from_Tamabashi

Udo jingu : un sanctuaire côtier unique!

Udo_Jingu_Honden

Honden sous la grotte

Romon_Gate_of_Udo_Shrine

Porte principale du sanctuaire Udo jingu

Udo_Jingu_Undama

5 undama pour tenter d'obtenir la bonne fortune

Le sanctuaire sous la grotte

Le temps d'une visite au sanctuaire côtier Udo-jingu à Nichinan, plongez dans l'un des mythes fondateurs de l'archipel. De surcroît, le paysage y est exceptionnel.

Les prémices d'une nation

Rares sont les lieux dont la beauté laisse penser qu'ils sont le fruit d'une intervention divine. Niché dans une grotte au bas d'une falaise escarpée, le sanctuaire shinto Udo-jingu à Nichinan est de ceux-là. Outre un paysage à la palette chromatique incroyable et une vue unique sur l'océan, l’Udo-jingu revêt une importance particulière au regard de l’histoire de la nation japonaise. Le sanctuaire, fondé en 1711, est dédié à Ugayafukiaezu, le père de l'empereur Jinmu (711-585 avant J.-C.), premier empereur de l'archipel et fondateur de l'empire nippon le 11 février 660 avant J.-C. Ugayafukiaezu est le fils du chasseur Hoori et d’Otohime, la fille du dieu des mers. Son nom qui signifie « le chaume de plumes de cormorans inachevé », Ugayafukiaezu le doit à l’histoire de sa naissance.

À lire : Jour de fondation du Japon

Un monstre marin sous un toit de plumes

Son père, Hoori, est un jour contraint d’aller chercher au fond de l’océan l’hameçon égaré de son frère, le pêcheur Hoderi. Il y rencontre Otohime qu’il épouse aussitôt. Après trois années passées au fond des mers, le couple revient sur la terre ferme pour la naissance de leur enfant. C’est dans une grotte, réfugiée sous la hutte dont ils n’ont eu le temps de réaliser entièrement le toit en plumes de cormorans qu’Otohime s’apprête à accoucher. Celle-ci met en garde son époux. Il ne doit en aucun cas la regarder enfanter. Mais, intrigué, Hoori rompt sa promesse et se faufile discrètement pour assister à la naissance. Hélas, bien mal lui en a pris. Hoori hurle d’épouvante en découvrant qu’Otohime a repris sa forme originelle de wani, un effrayant monstre marin.  Furieuse, Otohime se jette dans l’océan abandonnant pour toujours Hoori et son nouveau-né.

La grotte nourricière

Fait rare à signaler, on rejoint l’Udo-jingu en empruntant le chemin d’accès côtier et les escaliers qui descendent jusqu’en bas de la falaise ; là où habituellement le pèlerin gravit des marches pour accéder au honden. Trônant sous une grotte de 1000 m², ce dernier d’un éclatant rouge vermillon offre un contraste saisissant avec la roche et la relative obscurité des lieux. Ce lieu sacré où les jeunes femmes viennent formuler un vœu de fertilité est classé Bien culturel tangible de la préfecture.

Ce pouvoir de fécondité attribué à l’Udo-jingu a pour origine la toute fin de l’histoire de la naissance d’Ugayafukiaezu. En effet, avant de quitter son enfant, Otohime a pris soin de couper sa poitrine et de la fixer à la paroi de la grotte pour que son fils puisse bénéficier du lait maternel. Deux protubérances dans la pierre sont ainsi signalées comme étant les seins d’Otohime. De ces pierres appelées ochiwa continue de s’écouler une eau laiteuse, utilisée pour confectionner de petits bonbons.

Voir aussi : 5 légendes japonaises célèbres

ochiwa-Udo_jingu_shrine

Poitrine de pierre d'Otohime

Udo_Jingu_Reiseki_Kameishi

Visez le cercle sur le dos du rocher tortue pour vous attirer la bonne fortune

oni-no-sentaku-ita

La "planche à laver du démon"

De bien étranges rochers

Un autre signe du passage d’Otohime est visible au pied de la falaise. La tortue qui lui fut envoyée pour son accouchement depuis le royaume de la mer s’est changée en statue de pierre. Sa carapace porte une cavité entourée d’une corde. Si vous parvenez à lancer un undama (une petite boule d’argile marquée du kanji « chance ») dans ce petit trou, vous vous assurerez la bonne fortune. Selon la tradition, les femmes lancent la bille de la main droite et les hommes de la main gauche. Au cours de la balade, jetez un œil à l’Udo Senjojiki, une bien curieuse formation rocheuse à l’ouest du site surnommée la « planche à laver du démon ». Tout un programme !

Pour aller plus loin : Meoto Iwa, les roches mariées de Futami

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs