Kamakura   鎌倉

Date de publication :
Le Daibutsu au temple Kôtoku-in de Kamakura

Le Daibutsu au temple Kôtoku-in de Kamakura

Sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gû

Sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gû à Kamakura

Plage de Kamakura

Vue sur la plage de Kamakura.

Temple Hasadera à Kamakura

Entrée du temple Hasadera à Kamakura.

Vue sur la baie de Kamakura depuis le temple Hase-dera

Vue sur la baie de Kamakura depuis le temple Hase-dera.

La ville du Grand Bouddha et des temples zen

ANCIENNE CAPITALE POLITIQUE DEVENUE STATION BALNEAIRE PHARE DES TOKYOÏTES, LA VILLE DE KAMAKURA CONSERVE LES VESTIGES DE SA GLOIRE D'ANTAN... FOCUS SUR LES PRINCIPAUX POINTS D’INTERET A VISITER A KAMAKURA ET SUR LA RICHE HISTOIRE DE LA VILLE.

KAMAKURA, UNE INFLUENCE ZEN

En 1185, en choisissant d'établir le centre politique et militaire du Japon à Kamakura, le shôgun (généralissime) Minamoto no Yoritomo (1147-1199) métamorphose à tout jamais le petit village de pêcheurs. 

Sorti vainqueur de la longue guerre civile opposant le clan Minamoto au clan Taira, Minamoto no Yoritomo met en place le premier gouvernement militaire du pays, appelé bakufu, qui voit les samouraïs contrôler le Japon. Commence alors le shogunat de Kamakura (1192-1333) et la longue époque féodale de l’archipel, qui ne s’achèvera qu’au milieu de XIXème siècle. L'introduction du bouddhisme zen sur le sol nippon à cette même période - amené par le moine Eisai (1141-1215), fondateur de la secte zen Rinzai, de retour d'un voyage en Chine - a profondément marqué le visage de l'ancienne capitale politique. Au total, la ville de Kamakura est parsemée de 65 temples bouddhiques


Les temples zen à visiter à Kamakura

C’est au nord de la ville (Kita-Kamakura, descendre à la gare JR du même nom, une gare avant celle de Kamakura en venant de Tokyo) que l’on trouve une grande concentration de temples zen. Le plus grand et l’un des plus anciens est le superbe temple Kenchô-ji et ses multiples bâtiments secondaires. Fondé en 1253, il constitue le premier des cinq grands temples zen (gozan) de l'école Rinzai de Kamakura, devant Engaku-ji, Jôchi-ji, Jufuku-ji et Jômyô-ji. 

Tout comme Kenchô-ji, Engakuji, fondé en 1282, charme par ses bâtiments mais surtout par ses jardins et la nature foisonnante qui lui sert d’écrin. Le troisième des cinq grands temples zen, Jôchi-ji, moins important que les deux précédents mais non moins charmant, se trouve également dans le même quartier, perdu dans la verdure. Non loin de là, Tôkei-ji,  est un ancien couvent de nonnes. Il est surnommé "le temple du divorce" car, selon la légende, les femmes qui fuyaient leur mari pouvaient venir se réfugier dans ce temple. Ici encore, on admirera les jardins et la végétation foisonnante.

Toujours à Kita-Kamakura mais un peu plus en retrait, le temple Meigetsu-in,  autre temple zen dépendant de Kenchô-ji, est célèbre pour ses hortensias (en juin, l’endroit devient alors bondé) et sa fenêtre ronde donnant sur la nature.

LES INCONTOURNABLES DE Kamakura : TSURUGAOKA HACHIMAN-GÛ ET KOMACHI-DÔRI

De Kita-Kamakura, on peut prendre un bus ou marcher jusqu’au sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gû, le plus grand sanctuaire shintô de Kamakura, qui incarne la domination des Minamoto. Ici, dans ce lieu dédié au dieu de la guerre Hachiman, les symboles historiques foisonnent. Après avoir réduit à néant le clan Taira, Yoritomo affirme sa supériorité au travers de l'architecture extérieure  (étangs, îlots...) du sanctuaire. Chaque année, ce sanctuaire attire plus de 9 millions de visiteurs. Le 1er janvier, les fidèles y viennent en masse pour la prière rituelle. Plus tard, au mois d'avril, il accueille l'une des cérémonies ancestrales les plus appréciées par les Japonais, le yabusame. Un entraînement samouraï alliant tir à l'arc et équitation.

Depuis Hachiman-gû on peut se rendre facilement au ravissant temple, Le temple Eishô-ji, ancien couvent abritant de très jolis bâtiments de bois à la structure originale.

Tout près d’Eisho-ji, le temple Jufukuji ne se visite pas mais s’admire depuis sa porte d’entrée. C’est le plus ancien temple zen de Kamakura et l’un des plus vieux temple zen du Japon. Et puis, on descendra la fameuse rue Kômachi-dôri, bordée de magasins de souvenirs, de pâtisseries et de cafés. Cette dernière donne sur la place de la gare JR de Kamakura. Derrière, à la sortie Ouest, on peut prendre le train Enoden.


les mythes de Kamakura : Enoden et Grand Bouddha

 L’Enoden est un petit train mythique qui mène à la gare de Hase, non loin de laquelle se dresse l’emblème de la ville : le Daibutsu, le grand Bouddha de Kamakura. Partiellement dissimulé dans l'enceinte du temple Kôtoku-in, la star de la ville, c'est lui ! Ce Bouddha de bronze de 11,3 mètres de hauteur domine la cime des arbres alentour. 

C’est aussi près de la gare de Hase que le temple Hase-dera, perché sur les hauteurs, offre une vue imprenable sur la baie de la cité. À l'intérieur, une impressionnante statue de Kannon, coiffée de onze têtes, confère à l'endroit un charme mystique.

Yabusame à Kamakura

Du tir à l'arc "yabusame" à Kamakura

Sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gû

Sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gû à Kamakura

Daibutsu de Kamakura

Le visage du Bouddha Amitâbha.

Les temples à voir à Kamakura

Le Nord-Est de la ville, un peu plus éloigné du centre, se rejoint à pied, à vélo ou en bus (voir informations pratiques). Très étendu, il abrite plus d’une dizaine de temples et de sanctuaires dont voici les plus importants. Tout d’abord, le sanctuaire shintô Egara Tenjin, avec son rouge vermillon et ses jardins, il ravit les visiteurs. Dédié à Michizane Sugawara, un noble et sage du IXème siècle, il est fréquenté par les écoliers et les étudiants qui viennent prier pour la réussite à leurs examens.

Plus à l’Est, Sugimoto-dera, construit en 734, est le plus ancien temple de la ville. Il est aussi connu sous le nom du « temple de la mousse » à cause des longs escaliers couverts de mousse qui y mènent. Il abrite de précieuses statues de la déesse Kannon aux onze têtes.

Un peu plus loin, Hokokuji, le temple des bambous, attire les visiteurs pour son bosquet de bambous.

Enfin, aux confins de la ville, Zuisen-ji, temple zen fondé à la fin de l’époque Kamakura, est célèbre pour son magnifique jardin dessiné par le moine Muso.


Le paradis des surfeurs du Japon

Visiter les temples de Kamakura n’est pas la seule activité plébiscitée par les touristes et les Japonais. Kamakura est aussi le point de rendez-vous de nombreux surfeurs et baigneurs. À seulement une heure en train de Tokyo, Les plages de Kamakura offrent en effet de belles vagues aux aquaplanchistes... En été, on peut s’y baigner et profiter des nombreuses gargotes installées sur la plage.

Plage à Kamakura

Surf et mont Fuji sur le plage de Zaimokuza, à Kamakura

Surf et mont Fuji sur le plage de Zaimokuza, à Kamakura

Les marches en mousse qui montent au Sugimoto-dera

Les marches en mousse qui montent au Sugimoto-dera

hokokuji bambou

La forêt fait partie des plus célèbres jardins japonais avec ses mousses et ses statues bouddhistes éparpillées.

Les Travel Angels à Kamakura Ils vous accueillent et vous font découvrir Kamakura de l'intérieur.