Le Daibutsu de Kamakura   高徳院の大仏

Date de publication :
Le Daibutsu du temple Kôtoku-in de Kamakura

Le Daibutsu du temple Kôtoku-in de Kamakura.

Daibutsu de Kamakura

Le visage du Bouddha Amitâbha.

L'arrière du Daibutsu de Kamakura

Vue sur le dos du Daibutsu du temple Kôtoku-in.

Le géant de bronze du temple Kôtokuin

Il ne reste, de l'ancien temple Kôtoku-in, que son joyau qui, depuis des siècles, lui vaut tant de succès : le Grand Bouddha de bronze. DEPUIS PRÈS DE HUIT SIÈCLES, LE GRAND BOUDDHA (DAIBUTSU) DE KAMAKURA, EMBLÈME DE LA VILLE, ATTIRE LES FOULES.  IMPERTURBABLE, IL VEILLE SUR L’ANCIENNE CAPITALE ET SUR SES HABITANTS, MAIS CE TRÉSOR NATIONAL CONNUT BIEN DES TURPITUDES. 

L'histoire mystérieuse du Daibutsu

Beaucoup de choses ont été dites et écrites à propos du Daibutsu de Kamakura mais les données historiques restent peu nombreuses et parfois contradictoires. On ignore qui l’a commandité bien que la légende rapporte que c’est pour exaucer le vœu du fondateur de la ville, le shôgun Minamoto no Yoritomo, mort une cinquantaine d’années auparavant, que le moine bouddhiste Joko aurait récolté des dons pour faire ériger un grand Bouddha à l’image de celui de Nara du temple Todaiji, comme l’aurait souhaité Yoritomo. 

D’abord construit en bois vers les années 1240, il fut emporté par une tempête cinq ans plus tard. On décida donc d’ériger une statue en bronze, ce qui  s’avéra une sage décision puisque la statue a traversé les siècles, presque intacte. Qui fut le sculpteur, quand sa construction fut-elle achevée, et où a-t-on trouvé les 121 tonnes de bronze dont il est composé, tout cela reste un mystère. 

L'histoire mouvementée du grand Bouddha

Sa construction aurait commencé en 1252 et on le mit à l’abris dans le hall Daibutsu-den du temple Kôtoku-in. Selon certaines chroniques, le temple fut endommagé par des typhons en 1334 et 1369, et un tremblement de terre en 1498 aurait finalement fait disparaitre l’édifice. Mais d’autres documents font remonter la destruction du temple à une date antérieure. 

Il est donc difficile de savoir précisément depuis quand la statue est restée à l’air libre et pourquoi on n’a jamais reconstruit le temple. 

Kamakura, Grand Bouddha

Kamakura, Grand Bouddha

Ce qui est sûr, c’est que la statue et son bâtiment ont  dû  faire face très tôt à plusieurs  gros typhons et même à un tsunami.  Les siècles suivants ne l’ont pas non plus épargnée : typhons, vents marins, fientes d’oiseaux et enfin le grand tremblement de terre de Tokyo en 1923 où le géant a bougé de 50 cm mais a tenu bon. 

En 2016, la statue a eu le droit à un examen médical et à un lifting complet. Bilan : à plus de 750 ans, le Grand Bouddha est en pleine forme !


Un géant de bronze à visiter absolument

Si l’on ne connait pas l’artiste qui a réalisé la statue, les spécialistes s’accordent à dire que son style a été influencé par l’école de sculpture Kei (école apparue au début de l’époque de Kamakura, 1185-1333) ainsi que par une école chinoise de la dynastie des Song (960–1279) . Le Daibutsu est considéré comme un exemple typique du style sculptural bouddhique  de la période Kamakura.

Les fenêtres qui ont servi à la construction du Daibutsu sont restées telles quelles

Les fenêtres qui ont servi à la construction du Daibutsu sont restées telles quelles

De loin, sa tête peut paraitre disproportionnée par rapport à son corps mais c’est apparemment volontaire, plus on s’approche et plus l’ensemble devient harmonieux…Tout comme le chemin qui mène au Bouddha Amitâbha et à son monde de paix et d’harmonie? Ses mains sont jointes en position de grande méditation.

Avec  ses 11,31 mètres de haut (13,35 mètres en comptant la plateforme), il est le deuxième plus grand Bouddha de bronze assis du Japon. Il fut coulé dans plusieurs couches de bronze successives et si l’on peut regretter de voir deux petites fenêtres dans son dos, il faut savoir qu’elles sont d’origine et qu’on s’en est servi pour jeter la terre et le moule intérieur qui ont permis d’ériger la statue. Pour percer les mystères de son imposante stature, pénétrez à l'intérieur du monument et découvrez ainsi les techniques d'assemblages des différentes pièces.

Des chiffres démesurés : il pèse 121 tonnes. Son visage est haut de 2,35 mètres, ses yeux ont chacun une largeur d’un mètre, sa bouche fait 82cm tandis que ses longues oreilles mesurent 1,90 mètres et que sa coiffure arbore 656 boucles.

À l’origine, la statue était entièrement dorée mais les intempéries ont, siècle après siècle, érodé sa couverture d’or. Cependant, en scrutant la statue avec attention, on pourra en apercevoir encore quelques traces.

 Amitâbha : le Bouddha de la Terre pure

La statue du  Grand Bouddha de Kamakura représente le Bouddha Amitâbha (Amida Butsu en japonais) qui  est vénéré par les adhérents des sectes bouddhistes de la Terre pure, doctrine adoptée par les sectes Jôdô et Jōdo-Shinshū au Japon. D’après ces écoles bouddhistes, ceux qui vénèrent  Amitâbha sont assurés de renaître au paradis, celui de la "Terre pure Occidentale de la Béatitude".  Les croyants peuvent atteindre le salut en récitant sans cesse le soutra invoquant le nom du Bouddha, ce qui, en japonais, donne le chant "Namu Amida Butsu, Namu Amida Butsu …" (Je cherche dans le Bouddha Amitâbha).

Le domaine du  temple Kôtoku-in

A droite de la statue, abritées sous un toit, deux immenses sandales de paille (warazori, 1m80  de hauteur, 90 cm de largeur et 45 kilos), attirent le regard. Ce sont des enfants d’un club de la ville de  Hitachi-Ota  (dans la préfecture d’Ibaraki) qui, après la seconde guerre mondiale, ont  tressé et offert ces chaussures au grand Bouddha pour qu’il sillonne le Japon afin d’apporter du réconfort au peuple japonais. Et depuis, tous les trois ans, les enfants du même  club  se chargent de réaliser de nouvelles sandales et de les offrir au temple Kôtoku-in.

Le Daibutsu de Kamakura à la saison des cerisiers en fleur

Le Daibutsu de Kamakura à la saison des cerisiers en fleur

Le grand Bouddha de Kamakura dans un écrin de verdure

Le grand Bouddha de Kamakura dans un écrin de verdure

Dans le parc qui entoure le grand Bouddha, on trouve plusieurs stèles érigées en l’honneur de personnages illustres. Des plaques commémoratives ainsi qu’un arbre planté par des membres de la famille royale thaïlandaise montrent l’importance attachée à ce lieu sacré.

Derrière, au fond du parc, se trouve un petit bâtiment de style coréen qui abrite une statue d'origine coréenne (mais à peine visible) de Kannon, (la déesse de la miséricorde).

Découvrez aussi à KAMAKURA

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs