Le festival de Kamakura   鎌倉祭

Date de publication :
Le festival de Kamakura

Le festival de Kamakura

Parade de mikoshi dans la rue Wakamiya-oji, à Kamakura lors du festival

Parade de mikoshi dans la rue Wakamiya-oji, à Kamakura lors du festival

La danse de Shizuka "Shizuka no Mai"

La danse de Shizuka "Shizuka no Mai"

Le grand bouddha de Kamakura

Le grand bouddha de Kamakura

Yabusame à Kamakura

Le yabusame est une technique de tir à l'arc japonaise pratiquée à cheval

Le passé ravivé

Du deuxième au troisième dimanche d’avril, Kamakura fait revivre son glorieux passé grâce une série d’événements festifs.

En mémoire de son passé de capitale politique, le sanctuaire Hachimangu est le cadre du festival de Kamakura.

Origine

En 1192, lorsque Minamoto no Yoritomo, vainqueur du clan Taira, fut nommé shôgun par l’empereur, il fit de Kamakura la capitale politique du Japon. Le sanctuaire shintô Hachimangu, édifié en 1060 par un ancêtre de Yoritomo, fut transféré sur la colline de Tsurugaoka, d’où son nom "Tsurugaoka Hachimangu. 

Il devint le monument le plus important de la nouvelle capitale. C’est en commémoration d’événements historiques importants que Kamakura et Hachimangu accueillent diverses manifestations, à l'occasion du Kamakura-sai.

Lire : Le shintoïsme

Un premier dimanche animé

Le premier dimanche 9 avril, à partir de 10 heures, fanfare, groupes locaux et mikoshi (sanctuaires shintô portatifs) défilent sur Wakamiya Ôji, la grande rue qui va du sanctuaire Hachimangu à la mer. À 13 heures, dans l’enceinte du sanctuaire Hachimangu a lieu l’élection de Miss Kamakura.

À 15 heures, sur la scène du sanctuaire Hachimangu, la danse de Shizuka, Shizuka no maicommémore un épisode très célèbre de l’ère Kamakura : Shizuka, une grande danseuse de Kyoto et l’infortunée compagne de Minamoto-no-Yoshitsune, le demi-frère de Yoritomo, fut capturée par les soldats de ce dernier qui voulait  assassiner son demi-frère de peur que celui-ci  veuille prendre le pouvoir à sa place. 

Un soir, Shizuka dut danser devant Yoritomo et ses invités, sur la scène située aux pieds de Hachimangu. La danseuse s’exécuta mais chanta son amour pour Yoshitsune, provoquant la colère de Yoritomo. Les versions divergent quant à la suite des événements. Selon certaines, Yoritomo la fit exécuter. On dit aussi que la femme de Yoritomo, Hôjô Masako, obtint la grâce de Shizuka auprès de son mari. Quoiqu’il en fût, cette histoire est restée célèbre et est ravivée chaque année lors du festival de Kamakura.

Des traditions vivantes

Le samedi 15 avril, de 10h00 à 15h00, nodate, des cérémonies de thé à l’extérieur, sont données dans l’enceinte de Tsurugaoka Hachimangu et dans celle du temple Kotoku-in, où se trouve le grand Bouddha.

Lire : Le grand bouddha de Kamakura

À 14 heures, honneur aux enfants. Des garçonnets font une démonstration de tir à l’arc au sanctuaire shintô Kamakura-gu.

Le dimanche 16 avril, à Tsurugaoka Hachimangu, se déroule l’épreuve de yabusame : du tir à l’arc à cheval. Des cavaliers à cheval et en costume d’époque s’élancent sur une piste pour tirer une flèche dans une cible. Cette pratique date de l’époque où Minamoto no Yoritomo dirigeait le pays en tant que shôgun. Il faisait s’entrainer ses soldats sur une allée spécialement aménagée dans l’enceinte de Tsurugaoka Hachimangu.

Lire aussi : Yabusame, le tir à l'arc des chevaliers Japonais

La danse de Shizuka et le yabusame étant très populaires, nous vous conseillons d’arriver bien avant l’heure du spectacle si vous voulez bien voir !

Découvrez aussi à KAMAKURA

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs