Accueil > Kamakura > Kômyô-ji - 光明寺

Kômyô-ji
光明寺

La grande porte du Kômyô-ji  à Kamakura au moment des cerisiers en fleur

La grande porte du Kômyô-ji à Kamakura au moment des cerisiers en fleur

Scène rare au temple Kômyô-ji de Kamakura : le jardin sous la neige

Scène rare au temple Kômyô-ji de Kamakura : le jardin sous la neige

Vue du bâtiment principal, Kômyô-ji, Kamakura

Vue du bâtiment principal, Kômyô-ji, Kamakura

Vue sur le temple de Kômyô-ji et le mont Fuji

Vue sur le temple de Kômyô-ji et le mont Fuji

Kômyô-ji lors de la grande fête de o-juya

Kômyô-ji lors de la grande fête de o-juya

La sérénité loin des foules

Cerisiers en fleurs au printemps, lotus en été, proximité avec la mer et événements culturels font du temple Kômyô-ji un endroit très attrayant, loin des foules et des touristes.

Malgré son importance historique et religieuse et la beauté du site, Kômyô-ji est un temple peu visité. 

Symbole historique de la secte Jodo

Fondé en 1243 par le régent Hōjō Tsunetoki et le moine Ryochu (1199-1288) lorsque Kamakura était la capitale politique du Japon (1192-1333), Kômyô-ji acquit  de plus en plus d’importance au cours des siècles, en raison notamment de ses liens étroits avec le pouvoir. Grâce à la réputation et au dynamisme de Ryochu, moine de la secte Jodo, le temple attira de nombreux disciples et devint un grand centre de formation. Il est d’ailleurs resté le temple le plus important de la secte Jodo dans la région du Kanto.

Voir aussi : Le temple Chion-in, le temple de l'école Jodo à Kyoto

Portes riches et imposantes

Une fois passé la porte d’entrée, somon, vous serez impressionné par la seconde porte qui se trouve un peu plus loin, la porte intérieure sanmon. Erigée en 1533 et rénovée en 1847, richement sculptée, c’est  la plus grande porte de bois de la région du Kanto. Elle a été désignée "Bien Culturel Important". L’imposant  bâtiment principal de 30m2, dont la riche décoration intérieure contraste avec la sobriété de la structure extérieure, contient une statue en or du Bouddha Amida, réalisée au XIIIe siècle. D’autres divinités telles Benten, la déesse des arts, et Kannon, la déesse de la miséricorde, sont abritées dans la même salle. A gauche du bâtiment, un passage mène à jolie salle réservée aux cérémonies et fermée au public. Depuis ce passage, on peut admirer le jardin créé par Kobori Enshu, un célèbre paysagiste et maître de thé du début de l’époque d’Edo. En été, la mare se pare de lotus roses.

Lire aussi : Le statuaire bouddhique au Japon 

Jardins sereins

L’autre côté du bâtiment est agrémenté par un jardin sec, karesansui, nommé Sanzon Goso no niwa, c’est-à-dire "le jardin des trois divinités et des cinq fondateurs", symbolisés par des pierres dressées au milieu du jardin de cailloux. Bien que datant de 1973, il est agréable de l’admirer assis sur les bancs mis à la disposition des visiteurs. Cet ensemble un peu hétéroclite procure cependant un sentiment de sérénité et de bien-être. On se sent à l’aise et charmé par ces différents éléments, où parfois seul un chat vient animer la scène.

Trois jours et trois nuits de prières et de fête

Depuis le XVe siècle, du 12 au 15 octobre, le temple s’anime le soir au moment de la grande cérémonie de O-jûya, les "dix nuits". Il s’agissait à l’origine de dix nuits de prières qui ont été réduites au nombre de trois. Pendant trois jours et trois nuits, 24h/24, des moines de la secte Jodo venus de tout le Japon se relaient pour prier et chanter pour le salut des âmes et pour de bonnes récoltes. Les fidèles viennent en grand nombre assister aux messes et aux  processions. Ces soirs-là, dans la grande cour du temple, dès la tombée du jour, des stands de nourriture et de jeux pour enfants attirent une foule de visiteurs et tous les bambins du quartier. L’ambiance est authentique et les vendeurs de barbe à papa et autres pommes d’amour confèrent à la scène un goût d’antan.

Promenades alentour

Derrière Kômyô-ji, un chemin grimpe sur la colline d’où la vue est magnifique : sur les toits du temple, la mer et le mont Fuji sont visibles par temps clair. Tout près du temple, de l’autre côté de la route, sur la plage de Zaimokuza, le même spectacle attend le visiteur : celui de la mer et de la côte, avec parfois le mont Fuji se profilant au loin.

À découvrir près de Kamakura : Enoshima, l'île du dragon

Kômyô-ji
光明寺

Adresse : 6-17-19 Zaimokuza, Kamakura

Téléphone :

+81(0)467-22-0603

Horaires :

De 6h00 à 17h00

Prix :

Gratuit

Accès :

Prendre le bus n°40 depuis la gare de Kamakura et descendre à l'arrêt Kômyô-ji ; 15 min.

Site web: http://komyoji-kamakura.or.jp/

Et aussi ...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.