Myohon-ji   妙本寺

Date de publication :
Le temple Myohon-ji

Soshi-dō, le "bâtiment du fondateur" du temple Myohon-ji.

Niten-mon, la porte d'entrée du temple Myohon-ji à Kamakura

Niten-mon, la porte d'entrée du temple Myôhon-ji à Kamakura

Myohon-ji Kamakura

Myohon-ji Kamakura

Le temple dans la vallée

À moins de 10 minutes de la gare de Kamakura, une première porte et une pierre gravée du nom du temple, annoncent l’entrée du Myôhon-ji, le plus grand et l’un des plus anciens temples de la secte bouddhiste Nichiren de la ville.

Niten-mon, l'imposante porte de bois rouge à l'entrée  du Myohon-ji

Niten-mon, l'imposante porte de bois rouge à l'entrée du Myohon-ji

Ce temple calme et bucolique, à un jet de pierres des foules de touristes fut pourtant le théâtre d’événements historiques tragiques.

Un passé tragique

C’est dans cette vallée que vivait la très influente famille de samouraïs Hiki, exterminée en 1203 sur ces lieux par le clan des Hojo à l’ère Kamakura (1192-1333). Ichiman, le fils de Minamoto no Yoriie, le deuxième shogun de Kamakura, périt lui aussi à l’âge de 3 ans dans la bataille que livra la famille maternelle de Yoriie, les Hojo, à celle des Hiki.

VoirTsurugaoka Hachiman-gû

Le temple fut fondé par Hiki Daigaku Saburo Yoshimoto, le seul survivant du clan  Hiki. Yoshimoto rencontra le moine bouddhiste Nichiren vers 1242, lorsqu’il prêchait dans les rues de Kamakura, alors capitale politique du pays. Très ému par les paroles et la doctrine de Nichiren, qui fonda sa propre secte bouddhiste, Yoshimoto devint son disciple. C’est sur les conseils du moine qu’en 1260, il fit construire Myohon-ji en mémoire de sa famille. Le nom officiel du temple est Chōkō-zan Myōhon-ji. Choko  est le nom posthume du père de Yoshimoto et  Myohon celui de sa mère.

Un ensemble impressionnant

Une fois gravies les marches entourées de verdure, vous passerez sous une imposante porte de bois peinte en rouge, Niten-mon. Elle est flanquée de deux nio, les gardiens des temples bouddhistes. Leur allure terrifiante est censée éloigner les mauvais esprits. À gauche de l’entrée, une imposante statue de Nichiren accueille les visiteurs. Tandis qu’à droite, la tombe d’Ichiman, l’enfant de Yoriie, rappelle les terribles événements qui ont eu lieu à cet endroit. Plusieurs autres sépultures de la famille Hiki sont installées au pied de la colline.

Lire : Hôkoku-ji, le temple des bambous

Dès l’entrée, l’imposant soshi-dō, le "bâtiment du fondateur" accroche le regard. L’intérieur est fermé au public, mais il fait bon marcher sur sa terrasse en bois et admirer la nature environnante. Le paysage est malheureusement gâché par un grand bâtiment en béton, Reihoden, qui abrite et cache, puisque l’entrée est interdite au public, divers objets de valeur en relation avec Nichiren ou Hiki Yoshimoto. Une précieuse statue en bois de Nichiren sculptée au XIVe siècle y est notamment entreposée. Avant de quitter les lieux, allez voir le joli beffroi perché un peu plus loin de la porte Niten-mon.

Pour plus de découvertes

Vous pouvez également rejoindre le chemin de randonnée Gionyama, situé à gauche du soshi-dô et qui mène à Harakiri Yagura, un autre endroit de Kamakura où la beauté de la nature occulte un passé sanglant. 

Lire aussi : Le Goryô-jinja 

De nombreuses tombent rappellent l'histoire tragique de l'emplacement de Myohonji

De nombreuses tombes rappellent l'histoire tragique de l'emplacement de Myohonji

Vue du soshi-dō, le « bâtiment du fondateur », entouré de verdure.

Myôhon-ji. Vue du soshi-dō, le « bâtiment du fondateur », entouré de verdure.

Myohon-ji,Nichiren

Statue du temple Myohon-ji

Découvrez aussi à KAMAKURA

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs