Résidence Nomura   加賀藩士野村家跡

Date de publication :
Résidence Nomura

Le jardin de la résidence Nomura.

L'intérieur de la résidence Nomura à Kanazawa

L'intérieur de la résidence Nomura à Kanazawa

Entrée de la résidence Nomura, dans le quartier Nagamachi à Kanazawa

Entrée de la résidence Nomura, dans le quartier Nagamachi à Kanazawa

Le jardin de la résidence Nomura sous un autre angle (Kanazawa)

Le jardin de la résidence Nomura sous un autre angle (Kanazawa)

Le chrysanthème et le sabre

Derrière les murs ocres du district de Nagamachi, plusieurs siècles d'histoire sommeillent doucement. Dans l'ancienne résidence de la famille Nomura, les heures, les jours, les mois et les années se sont figés lors d'une journée de l'époque d'Edo (1603-1868).

Famille de samouraïs au service du clan dirigeant de la ville, les Nomura usaient de leurs épées pour faire régner l'autorité des Maeda sur la région de Kanazawa.

Dans la peau d'un samouraï

L'influence d'une des plus puissantes familles de la ville de Kanazawa se reflétait à la splendeur sophistiquée de leur demeure, aujourd'hui restaurée et ouverte au public. Architecture raffinée, peintures murales à couper le souffle et plafond décoré à vous en faire tourner la tête, les charmes de cette maison ancienne sont nombreux. 

Lire : Le quartier Nagamachi

Une promenade dans le petit jardin dévoile une cascade qui déverse sont flot chantonnant dans un étang où dansent des carpes. Le charme opère sur les visiteurs, instantanément transportés à l'époque d'Edo, loin des voitures et des bruits de la ville. Ils découvrent le rythme de vie de samouraïs richissimes au fil des pièces en enfilades.

Lire aussi Sur les traces des samouraïs

Malheureusement cette gloire fut éphémère pour la famille Nomura. La restauration du pouvoir impérial à l'ère Meiji (1868-1912) entraîna le déclin des seigneurs féodaux comme les Maeda, qui emportèrent dans leur chute les mercenaires, dont les Nomura. Un retour vers un âge d'or qu'on ne cesse de raviver.

Pour aller plus loin : L'ère Meiji (1868-1912)

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs