La route des Alpes japonaises   立山黒部アルペンルート

Date de publication :
La route des neiges yuki no otani

La route des neiges yuki no otani est un paysage célèbre au Japon.

Le téléphérique de Tateyama

Le téléphérique de Tateyama avec le lac Kurobe en contrebas.

La vallée de Murodo

La vallée de Murodo en contrebas du mont Tateyama.

les chutes de Shomyo

Avec 350 mètres de hauteur les chutes de Shomyo sont les plus hautes du Japon.

Le lac Mikurigaike

Le lac Mikurigaike est d'une limpidité extraordinaire, le paysage alpin environnant s'y reflète.

Le toit du Japon

Faisant le lien entre les préfectures de Nagano et de Toyama, la Tateyama-Kurobe Alpine Route est un de ces lieux connus de tous les Japonais. Elle vous mènera sur les sommets de la chaîne des Alpes japonaises.

L’ouverture de cette route représenta en 1971 un petit exploit technique, entre l’aménagement des routes, le creusement des tunnels et la mise en place de transports adaptés pour cette situation unique. La route alpine vous mènera ainsi de Omachi (500 mètres d’altitude) à Tateyama (475 mètres), en passant par les monts Akasawadake (2678 mètres) et Tateyama (3015 mètres). Le point le plus élevé de la route se trouve tout de même à 2450 mètres. C’est bien entendu la route d’altitude la plus élevée du Japon.

Merveilles naturelles du Japon

La route traverse le parc national de Chubu Sangaku et offre ainsi à voir une véritable réserve de la faune et de la flore locale. Il faudra d’ailleurs consulter les règles du parc pour ne pas endommager cet écosystème unique. Les moyens de transports ont été adaptés à ces contraintes : les bus sont électriques et le téléphérique a été construit sans utiliser de piliers réguliers. Il s'agit d’ailleurs du plus long téléphérique du genre au Japon.

Le parc compte d’autres sites comme la cascade de Shomyo, la plus haute du Japon avec ses 350 mètres. On trouvera aussi la forêt primaire de Bijodaira et ses cèdres millénaires. C’est aussi un lieu de pèlerinage shintô jusqu’au sommet du mont Tateyama, image du paradis par rapport aux lieux de randonnée en contrebas : Jigokudani, la vallée de l’enfer (en fait une zone de sources d’eau chaude) ou les lacs de sang (colorés par l’oxyde de fer).

D’autres lieux sont extrêmement connus au Japon comme le lac Mikurigaike dont les eaux pures reflètent le mont Tateyama. Vous emprunterez surtout la fameuse passe de Yuki-no-Otani, la route est enchâssée entre deux murs de neiges hauts de 20 mètres toute l’année (un peu moins en été) et que l’on peut parcourir à pied.

Les défis du toit du Japon

Les aménagements ont été conçus pour gérer le flux des visiteurs et le maintenir le plus bas possible, ce qui expliquera parfois des temps d’attente dans les périodes de pointe en été avant de pouvoir embarquer. Les stations rendent cette attente aisée, vous pourrez même passer la nuit à Murodo, à plus de 2000 mètres d’altitude et profiter du plus haut onsen (source thermale) du Japon.

Mais la route des Alpes se mérite, elle n’est pas toujours une promenade de santé. Les chemins de randonnée sont à vérifier avant de les emprunter, il ne faudra pas présumer de ses forces. Les températures aussi sont à prendre en compte avec un écart de 20° entre le sommet à Murodo et l’arrivée sur la côte. La route ne fonctionne par ailleurs qu’entre le mois d’avril et de novembre, avant de fermer pour l’hiver. Enfin la route elle-même ne sera pas de tout repos avec des changements fréquents de moyens de transport : train, bus (électriques), trolleybus, téléphérique, train à crémaillère, etc.

Les contraintes sont nombreuses mais l’effort en vaut la peine. La route des Alpes est une pure merveille naturelle riche en paysages à couper le souffle que ce soit au printemps (saison des nouvelles feuilles), en été (saison des fleurs alpines) ou en automne (saison des feuillages rouges).

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs