Le temple Myôjô-ji

Date de publication :

Un des bâtiments du temple Myoji-ji.

La pagode du temple Myoji-ji.

Le temple Myoji-ji.

Lieu majeur du bouddhisme de Nichiren

Temple principal de l’École de Nichiren dans la région, le monastère Myôjô-ji se compose d’un ensemble de bâtiments remarquables, dont une pagode de 5 étages, avec un toit à structure tochibuki, la seule du Japon.

Sur la côte ouest de la péninsule de Noto, se trouve le temple Myôjô-ji. Situé dans le quartier Takidani de la ville de Hakui il est le temple principal de l’école bouddhiste de Nichiren dans la région d'Hokuriku.

Voir aussi : Le temple Myohon-ji

Le temple Myôjô-ji est conçu selon ce qu'on appelle "Shichido Garan", c’est à dire sept salles qui composent l’ensemble d’un temple bouddhiste idéal. Mais ce n’est pas tout, le temple est au cœur d’un jardin particulièrement beau, que l’on peut arpenter comme bon nous semble, entre la visite des différents bâtiments. Bambous, arbres bas ou au feuillage dense, mousses... l’atmosphère dégagée par ce jardin met encore plus en valeur ce temple à l’histoire étonnante.

UNE HISTOIRE REMARQUABLE

En effet, en 1294, le moine Nichizo était en route pour Kyoto, selon les instructions laissées par Nichiren, fondateur du courant bouddhiste éponyme, avant sa mort. Durant son périple, Nichizo rencontre Manzohoin, un autre moine, qui l’invite dans son temple. Alors que Nichizo fait découvrir aux moines du temple l’enseignement du Sûtra du Lotus, ces derniers, passablement énervés par ces enseignements, chassèrent Nichizo et Manzohoin du temple, qui partirent trouver refuge au sanctuaire shinto de Hakusan.

Avant de reprendre son périple vers Kyoto, une fois ses blessures guéries, il planta une branche de pagode (ou sophora du Japon) dans le sol et dit à Manzohoin “Si ce bâton prend racine et devient un arbre, vous devrez élever un temple du Sûtra du Lotus”. Alors que le bâton prit racine et qu’un arbre commença à pousser, Monzohoin érigea juste à côté de cet arbre le temple Myojo-ji, comme quartier général du Sutra du Lotus dans la région de Hokuriku. Déclarant le prêtre Nichizo comme fondateur et lui même comme deuxième fondateur de ce temple.

UN TEMPLE PRÉSERVÉ

En 1582, Toshiie Maeda, premier seigneur du clan Kaga, occupa la péninsule de Noto et vint visiter le temple. Après avoir entendu son histoire, il décida d’en faire une salle de prière pour le succès de sa famille dans les combats qu’elle menait.

C’est lui qui acheta plus de terre aux alentours du temple, afin d’y faire pousser davantage d’arbre.

Enfin, c’est le troisième seigneur du clan Kaga qui entreprit la construction du hall principal du temple. Puis la construction de la pagode à cinq étages, avec un toit à structure Tochibuki, la seule du Japon à ce jour.

Relativement préservé des dommages du temps, le temple n’a quasiment souffert d’aucun effondrement ou effritement. Aucun incendie ne l’ayant consumé, il est donc inchangé depuis 400 ans.

UNE BALADE HORS DU TEMPS

La balade dans ce temple vaut donc le détour, tant pour son histoire que pour les bâtiments (dont la plupart ont été désigné "Biens culturels importants”) ou encore le jardin. Vous pourrez, en plus de la pagode majestueuse, y découvrir, à l’intérieur de la salle Joroku-do, une statue en bois du Bouddha Shakamuni d’une hauteur de 5 mètres. Récemment restaurée, on peut l’apercevoir dans son exact état d’origine.

Si l’on peut vous donner un conseil, n’hésitez pas à entrer dans le tout petit café situé juste à côté du parking aux abords du temple. Il est tenu par un adorable couple de Japonais, avec des petites tables à réchaud, et où la machine à café vaut à elle seule le coup d’oeil !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs