Visiter Kobe   神戸

Date de publication :
Harbor Land

Vue sur la zone portuaire de Kobe avec la Port Tower et le musée maritime de la ville.

Harbor Land

Vue sur le Mosaic Garden dans le Harbor Land de Kobe.

Quartier Kitano

Les maisons occidentales du quartier Kitano.

Cascade Nunobiki

Cascade Nunobiki.

La porte des dieux

Kobe n'a pas pour seul attrait son fameux bœuf soigneusement massé à la bière. La ville portuaire au charme exotique a su, à plusieurs reprises, renaître superbement de ses cendres. 

L'histoire de la ville de Kobe, littéralement la porte des dieux, est à peu près similaire à celle de Yokohama et Nagasaki. A l'origine modeste port de pêche, Kobe se développe rapidement grâce à ses échanges commerciaux avec l'étranger et connaît plusieurs périodes fastes.

En 1180, le commandant militaire Taira no Kiyomori choisit d'y établir la capitale du Japon. Une gloire de courte durée puisque Kobe conservera ce statut seulement six mois.

Plus tard, avec la réouverture du pays aux étrangers en 1854, Kobe rayonne encore d'avantage et devient l'une des plus grandes villes portuaires de l'Archipel.

Désormais, constructions modernes et complexes de loisirs se chevauchent sur la zone portuaire Harbor Land. Parmi eux, la tour Port Tower, le parc Meriken, le Mosaic garden ou encore le musée maritime de Kobe.

Couleurs locales et internationales

A l'instar de ses cousines de Yokohama et Nagasaki, plusieurs communautés étrangères constituées de marins et de marchands, s'installent dans la ville après la période d'isolement (1641-1853).

Le romantisme du quartier occidental Kitano ou l'animation du Chinatown Nankin-machi, confèrent à l'éphémère capitale une touche d'exotisme encore visible aujourd'hui.

Stupeur et tremblements

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la ville partiellement détruite par les bombardements, renaît plus prospère et plus moderne que jamais. 

Mais soudain, le 17 janvier 1995 à 5h46, tout s'écroule de nouveau. Un violent tremblement de terre détruit la ville faisant plus de 5000 morts.

Il n'a pourtant fallu que deux années à la ville pour se reconstruire. Aujourd'hui le parc mémorial du tremblement de terre et une partie du quai détruit laissée en l'état, demeurent les seuls vestiges de ce séisme meurtrier...

Echappée sauvage

Coincée entre la mer intérieure de Seto et le mont Rokko, Kobe jouxte des paysages naturels incroyables. De la plage de Suma (à proximité du cosmopolite parc Suma Rikyu et du parc de la vie aquatique), à la cascade de Nunobiki, elle réserve à ses visiteurs quelques panoramas exceptionnels. 

Et depuis le téléphérique Shin-Kobe, profitez d'une vue d'ensemble sur les trésors de la ville !