Kobe Chûkagai   神戸中華街

Date de publication :
Nankinmachi

Les ruelles vermillons du quartier de Nankinmachi.

Nankinmachi

Un kiosque du quartier chinois de Kobe.

Nankinmachi

Une arche du quartier chinois de Kobe.

"Les gens de Nankin"

Plus petit et plus récent que ses cousins de Yokohama et de Nagasaki, le Chinatown de Kobe se distingue par ses rues particulièrement animées et ses couleurs éclatantes. 

Après la réouverture des ports japonais en 1853, les commerçants étrangers foulent de nouveaux le sol nippon. Plusieurs communautés étrangères s'installent alors à Kobe, une ville portuaire en plein expansion avant la période du sakoku, la fermeture du pays aux étrangers de 1641-1853.

En 1868, la petite enclave chinoise développée à proximité du port adopte le nom de Nankinmachi (南京町), littéralement la ville de Nankin. Les marchands chinois étant désignés par la population locale comme "les gens de Nankin".

Un quartier immortel

Anéanti par les bombardement de la Seconde Guerre Mondiale, le Chinatown de Kobe ne tarde pourtant pas à retrouver son animation d'antan.

Plus tard, l'important tremblement de terre de 1995 a lui aussi raison de Nankinmachi. Mais, une fois de plus, le quartier renaît rapidement de ses cendres. Il accueille actuellement  près de 10 000 résidents. 

Attraction touristique

Aujourd’hui Nankinmachi s'impose comme l'une des attractions principales de la ville de Kobe.

Avec ses rues bordées de restaurants, Nankanmachi est l'endroit idéal pour partir à la découverte des spécialités chinoises. Arches, kiosques, boutiques de souvenirs traditionnelles chinoises, clubs de mahjong, lanternes... Tous plongent le quartier dans une ambiance vermillon.

Quand viennent les festivités du Nouvel an chinois, le quartier Nankinmachi s'anime au rythme des danses traditionnelles et des défilés. Un moment très apprécié des visiteurs de la ville !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs