Le musée municipal de Kobe   神戸市立博物館

Date de publication :
Le musée de Kobe

Les colonnes du musée de Kobe.

Art Namban

Les Portugais représentés par les Japonais !

Façade du musée de Kobe

Façade du musée de Kobe

Entre Est et Ouest

Alors que le Japon peut parfois sembler replié sur lui-même, le musée municipal de Kobe démontre qu'il n'en est rien ! Y est abordée ici l'influence des étrangers et notamment des Européens sur l'histoire et la culture du Japon.


L'art des "Barbares"

Le musée de la ville de Kobe a ouvert ses portes en 1982, dans un ancien bâtiment de la banque de Tokyo. Il réunit ainsi sous le même toit les collections du Musée Archéologique et du Musée de l'Art Namban. On y trouve plus de 39 000 pièces : des objets archéologiques, des œuvres d'art ainsi que des cartes et des documents historiques. L'Art Namban qui date des XVIe et XVIIe siècles, est évidemment bien représenté : il s'agit de l'art des "barbares du Sud", c'est-à-dire les Européens, notamment les Portugais. Rentrent dans cette dénomination les peintures apportées par les Européens au Japon et les représentations de ces Européens par les artistes Japonais de l'époque. Ces représentations sont souvent caricaturales, les Japonais moquant du style européen : grands nez, pantalons gonflés et costumes extravagants sont au rendez-vous ! On y trouve aussi un portrait de Saint Francis Xavier, le jésuite qui a importé le christianisme au Japon.

Lire : Oura, la plus ancienne église du Japon

Saint Francis Xavier

Le portrait de Saint Francis Xavier, le premier missionnaire du Japon.

L'échange culturel : de la période Yayoi à l'ère Meiji

L'échange culturel et la transfiguration culturel de l'Ouest et de l'Est sont les thèmes principaux du musée municipal de Kobe. Les 39 000 pièces sont réparties en six sections, qui permettent de retracer l'histoire des échanges culturels entre le Japon et le monde extérieur. La première section est donc consacrée à la période Yayoi, première période de culture agraire du Japon, où l'on peut observer des objets issus du commerce avec l'Asie de l'Est, découverts sur le site archéologique de Sakuragaoka. La visite continue avec la mise en lumière de l'influence des pays étrangers pendant l'Ère Edo. L'accent est ensuite mis sur la ville et le port de Kobe avant son ouverture internationale. Enfin, plusieurs pièces sont consacrées à la période Meiji et l'influence des Européens sur la culture nippone.

Des expositions temporaires sont de plus régulièrement organisées : elles mettent en valeur des artistes de la ville ainsi que différents aspects de la ville de Kobe. 

Lire aussi : Silence (2017), de Martin Scorsese


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs