Le temple Seiganto-ji   青岸渡寺

Date de publication :
La pagode du Seiganto-ji.

La pagode du Seiganto-ji.

La beauté des vieilles pierres du Seiganto ji.

La beauté des vieilles pierres du Seiganto ji.

Le Chozuya (bassin purificatoire) du Seiganto-ji

Le Chozuya (bassin purificatoire) du Seiganto-ji

Des pèlerins arrivent et repartent du Seiganto-ji par le chemin Kumano Kodo.

Des pèlerins arrivent et repartent du Seiganto-ji par le chemin Kumano Kodo.

Carte postale mystique

Le décor du Seiganto-ji est digne d'une carte postale, une pagode rouge vermillon sur fond de nature luxuriante doublée d'une cascade.

Au cœur d'une végétation luxuriante et accessibles par des chemins ancestraux, les sanctuaires Kumano Sanzan accueillent des milliers de visiteurs en quête de spiritualité. Mais on y trouve aussi deux temples Bouddhistes : le temple Seiganto-ji et le temple Fudarakusan-ji. Le Seiganto-ji est le plus connu des deux en raison de sa localisation : au coeur d'une forêt, une cascade derrière lui.

Chemins et sanctuaires

Situé à Nachikatsuura dans la préfecture de Wakayama, le temple Seiganto a été fondé au 4e siècle par un moine venu d'Inde. Selon la légende, Ragyo Shonin serait arrivé aux chutes de Nachi en suivant une rivière depuis la mer en quête d'un endroit où méditer au calme. Il aurait aperçu le bodhisattva de la compassion Kannon au pied des chutes et aurait donc décidé d'y ériger un temple en son honneur.

Le temple s'est notamment fait connaître pour sa statue de Kannon, appelée Nyoirin Kannon, sculptée au 7e siècle par le moine Nyoirin Kannon dans une seule pièce de bois de Camélia.

Le temple a prospéré depuis comme centre de formation ascétique en coeur avec les grands sanctuaires de Kumano Hayatama Taisha, de Kumano Hongu Taisha et de Kumano Nachi Taisha. Ces lieux de culte ont été construits pour célébrer une même foi, puisque jusqu'au 19e siècle les religions Shinto et le Bouddhisme étaient associées.

Détruit au 16e siècle, au moment de la guerre civile, le bâtiment principal nommé Nyorindo fut reconstruit quelques temps après. Plus tard au moment de la restauration de l'Empire, les deux temples bouddhistes du complexe furent endommagés et menacés de déplacement, mais ils n'en fut rien et la fameuse pagode de Seiganto-ji se dresse toujours fièrement sur le mont Nachi.

Depuis 2004, le temple Seiganto-ji est inscrit par l'UNESCO sur la liste du Patrimoine Mondial au titre de "Sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii". C'est la première étape des trente-trois lieux sacrés qui composent le pèlerinage de Kansai Kannon établi en 1161.

Le temple avant la chute

La promenade autour du Seiganto-ji est magnifique et spectaculaire. Avec les chutes de Nachi de 133 mètres de haut comme perspective naturelle somptueuse, la pagode rouge vermillon du temple Seiganto-ji offre un spectacle impressionnant. 

Cette construction à trois étages du temple de la secte Tendai fait partie du complexe de trois sanctuaires Kumano Sanzan. La salle principale est désignée comme bien culturel important du Japon. La cloche géante d'un poids de 450 kg et de 1,4 m de diamètre est la plus grande du pays. Le principal objet de culte est une hibutsu, image de Bouddha habituellement cachée et exposée une seule fois après un certain nombre d'années.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs