Kumamoto et le mont Aso   熊本

Date de publication :
Le château de Kumamoto, Kumamoto-jo

Le château de Kumamoto, Kumamoto-jo

Parc de l'ancienne forteresse des samouraï du clan Hosokawa à Kumamoto

Parc de l'ancienne forteresse des samouraï du clan Hosokawa à Kumamoto

Le volcan Aso sur l'île de Kyushu

Le Mont Aso, dans la préfecture de Kumamoto, sur l'île de Kyushu.

 Illustration issue du Traité des Cinq Roues

Illustration issue du Traité des Cinq Roues

La ville du sud la plus peuplée

À mi-chemin entre Fukuoka et Kagoshima, littorale et montagnarde, fière de son château comme de son volcan, Kumamoto a le vent en poupe.

Capitale de la préfecture de Kumamoto, la ville au même nom est nichée entre la mer intérieure d'Ariake et le massif volcanique d'Aso

Forteresse seigneuriale 

Souvent perçue comme une ville-étape et n'attire pas les foules... Il faut donc être un peu curieux pour poser ses valises à Kumamoto et découvrir (en une ou deux journées) les bonnes adresses de la patrie de Kuma-mon, nouvelle mascotte préférée des Japonais.

Lire Le mont Aso

Le château Kumamoto-jô est souvent présenté comme l'un des plus beaux du pays. Seule sa tour de garde est d'époque (1607), mais l'ancienne forteresse du clan de samouraïs Hosokawa a été rénovée et vaut le détour, surtout au début du printemps, pour profiter dans son parc du spectacle des cerisiers en fleurs. Les Hosokawa, qui régnèrent sur le fief de Higo (l'ancien nom de la préfecture de Kumamoto), ont aussi laissé, de l'autre côté du parc qui abrite le château, une superbe demeure aristocratique de l'époque Edo - le Kyû Hosokawa Gyôbu-tei - tandis que le pavillon de thé familial est situé plus au sud, dans le parc Suizen-ji.

Lire aussi : Le château Kumamoto-jô

Le sabre et la plume

Un autre samouraï - probablement le plus célèbre de l'histoire japonaise - a laissé des traces à Kumamoto : Musashi Miyamoto (1584-1645), l'auteur du fameux Traité des Cinq Roues. Il se dit même que cette Bible des guerriers japonais fut rédigée ici-même, dans une grotte ouverte à la visite, le Reigando.

Et Miyamoto n'est pas le seul illustre personnage de Kumamoto, où se visitent aussi les demeures des romanciers Natsume Sôseki (1867-1916) et Lafcadio Hearn (1850-1904) ! Le premier succéda même au second à la chaire de littérature anglaise de l'université de Tokyo.

À l'Aso !

Chapelets de sommets enneigés, soufre, fumeroles, et traditions séculaires : il est difficile de passer par Kumamoto sans rendre visite au volcan régional, le mont Aso, célébrité qui attire chaque année des millions de visiteurs.

Été comme hiver, ses cinq sommets se prêtent aux randonnées (attention il faut être équipé) dans une caldeira (cratère volcanique géant) d'une beauté envoûtante, parsemée de lacs de montagne et de prairies, d'un vert éclatant de mars à octobre. La région d'Aso est évidemment la terre d'élection de luxueuses stations thermales nichées dans des vallées sauvages, comme Kurokawa ou Tarutama

Et de l'autre côté du massif volcanique, qui déborde à l'Est sur les préfectures de Miyazaki et Oita, le village de Takachiho est le berceau de traditions et de mythes ancestraux : la danse traditionnelle kagura, et d'Amaterasu, divinité du soleil directement rattachée, dit la légende, à la famille impériale.