Accueil > Kumano

Visiter Kumano et la péninsule de Kii
熊野 紀伊半島

Shirahama ("sable blanc"), une plage bien nommée, sur la côte sud-ouest de la péninsule de Kii.

Shirahama ("sable blanc"), une plage bien nommée, sur la côte sud-ouest de la péninsule de Kii.

Les sommets de Kumano Sanzan (péninsule de Kii), au lever du soleil.

Les sommets de Kumano Sanzan (péninsule de Kii), au lever du soleil.

A Kawayu, c'est toute la rivière Oto qui sert de baignoire aux amateurs de sources chaudes.

A Kawayu, c'est toute la rivière Oto qui sert de baignoire aux amateurs de sources chaudes.

Le temple du Seigandôji et la cascade Nachi no taki.

Le temple du Seigandôji et la cascade Nachi no taki.

Le Compostelle nippon

Au sud du Kansaï, la péninsule montagneuse de Kii est arpentée par les pèlerins depuis le XIIe siècle. Une région sacrée et classée à l'Unesco, qui offre randonnées et sources chaudes.

C'est une région sacrée, une région de mythes et légendes, où depuis plus de 1500 ans des pèlerins s'enfoncent dans les sentiers forestiers et gravissent les sommets. La particularité des montagnes de Kii est qu'elles incarnent le syncrétisme japonais, la rencontre et le mélange des deux principaux cultes du pays : le shinto, religion première, et le bouddhisme, arrivé de Chine via la Corée au Vie siècle.

Les montagnes et la plage

Un syncrétisme qui a donné naissance aux trois grands sanctuaires de la région, les Kumano Sanzan ("Les trois sommets de Kumano" : Hongu, Hayatama et Nachi), et à de célèbres chemins de pèlerinage, cinq sentiers qui relient les sanctuaires de Kumano à la montagne sacrée du bouddhisme Shingon, le mont Kôya. Le tout a été classé en 2004 au patrimoine mondial de l'Unesco.

La côte Ouest de la péninsule de Kii, ouverte sur le sud-est de Shikoku, semble plus réservée aux touristes qu'aux pèlerins, qui descendent en train d'Osaka à Tanabe. Cette jolie station balnéaire, qui fait office de porte d'entrée vers les sommets sacrés, propose le meilleur office du office du tourisme de la région, très bien renseigné, polyglotte (anglophone et un peu francophone), et associant les habitants au développement touristique local. Train ou bus emmènent ensuite au sud, à Shirahama, célèbre pour sa longue plage de sable blanc, et pour le Saki no Yu, réputé être l'un des plus anciens établissements de sources chaudes du pays.

Chemins pavés et sources chaudes

Un réseau de bus locaux relie Tanabe et Shirahama aux sites de la côte Est, dont les trois incontournables sanctuaires. Le Kumano Nachi Taisha est accessible depuis la ville de Kii-Katsuura, un lieu de culte syncrétique perché dans la montagne, parfois perdu dans la brume, qui abrite le temple bouddhique du Seigantô-ji, le sanctuaire shinto de Nachi, et la cascade du même nom (Nachi no Taki).

En remontant au nord, le site de Kumano Hayatama Taisha est installé à deux pas du centre-ville de Shingu et des rives de la Kumano-gawa depuis le XIIe siècle. Ne ratez pas son musée, conservatoire d'objets de culte ayant appartenu à des pèlerins. 

Il faudra s'enfoncer dans les forêts de cèdres, gravir les sentiers pavés de Kumano, ou faire entre 1h et 2h de car (depuis Tanabe, Shirahama ou Shingu) pour atteindre ensuite le Kumano Hongu Taisha, situé au coeur du réseau de chemins de pèlerinage, à quelques encablures du mont Kôya. Dans ce sanctuaire, le plus prestigieux des trois, les fidèles honorent l'esprit d'Amaterasu, déesse de la lumière. 

Et enfin, le pèlerin repu pourra se délasser dans les nombreux onsen de la région : Kawayu, où l'on se baigne à même le lit de la rivière Oto ; Yunomine, source vieille de plusieurs centaines d'années ; ou encore Totsukawa et Ryûjin.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.