1 000 rizières de Maruyama Senmaida   丸山千枚田

Date de publication :
Les rizières au milieu des montagnes

Les rizières au milieu des montagnes

Le puzzle de rizières est inscrit dans les roches

Le puzzle de rizières est inscrit dans les roches

Terrasses en puzzle

Au sud de la préfecture de Mie se cache un petit joyau de l’agriculture nippone : les rizières en terrasse de Maruyama Senmaida.

Routes en lacets serpentant à travers les montagnes, épaisses forêts de cèdres et villages semblant être figés par le temps, la route qui vous emmène aux rizières en terrasse de Maruyama Senmaida vaut en elle-même le détour, donnant cette impression de voyager dans un Japon encore préservé de la foule et dévoilant son côté sauvage.

Après avoir dépassé la ville de Kiwa, les rizières s’offrent enfin à vous. Devant vos yeux, plus de mille rizières aux contours dessinés dans la roche. Mille petits bassins aux formes irrégulières, assemblées comme un puzzle s’étendant sur un dénivelé de 100 mètres.

Un régal pour les yeux, les rizières offrant leurs plus beaux atours en toutes saisons. Si l’hiver elles sont immaculées car recouvertes de neige, elles prennent des allures de miroirs d’eau au milieu du printemps lors de la plantation, tandis qu’en été elles se parent d’un vert vif, ondulant au rythme du vent.

À lire : Le riz au Japon

Un travail méticuleux

Si ces rizières sont un ravissement pour le voyageur, elles exigent en revanche des nombreux travaux de la part des agriculteurs. En effet, impossible aux machines de s’aventurer dans ce dédale céréalier. Il leur faut donc planter, entretenir et moissonner à la main. Mais surtout préserver cet héritage qui a bien failli disparaître.

Sculpté pendant plus de 400 ans, environ 2 200 rizières composaient au XVIè siècle le site de Maruyama Senmaida. Avec l’essor des machines-outils, les africulteurs ont peu à peu déserté ces rizières en terrasse qui demandaient énormément d’investissement humain pour un rendement moindre que les rizières en plateau où les machines imposaient leurs cadences mécaniques.

Un héritage à préserver

Ainsi, en 1950, il ne restait plus que 500 rizières encore en activité. Les autorités locales ont immédiatement réagi afin de préserver cet héritage ancestral, qui assurait, en plus d’un rôle vivrier, un élément clé dans le contrôle de l’érosion, en allouant des subventions aux agriculteurs assurant la préservation de ces rizières en terrasse de Maruyama Senmaida.

Toujours dans l’optique de sensibiliser la population locale à l’importance de ces rizières, un festival y est organisé à la mi-mai. Les festivaliers revêtent des vêtements traditionnels et se lancent dans diverses danses au milieu des terrasses afin de remercier les dieux, tout en priant pour une récolte exceptionnelle. Le festival se clôture par la plantation du riz, à laquelle habitants et visiteurs sont invités à participer. Un très bon moyen de découvrir un peu mieux la ruralité japonaise.

Voir aussi : Le festival du repiquage du riz à Hiroshima

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs